Sis­si dé­ploie la grosse ar­tille­rie

Un im­por­tant dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té a été mis en place au­tour de l’édi­fice, au len­de­main d’un nou­vel in­ci­dent an­ti-copte

La Presse Business (Tunisia) - - INTERNATIONAL -

AFP — Le pré­sident égyp­tien Ab­del Fat­tah al-Sis­si de­vait inau­gu­rer hier soir une ca­thé­drale à l’oc­ca­sion du Noël copte, au len­de­main de la dé­cou­verte près d’une église d’un en­gin ex­plo­sif qui a tué un po­li­cier. Dans un nou­vel in­ci­dent vi­sant la com­mu­nau­té copte, un com­man­dant de po­lice spé­cia­li­sé dans le dé­mi­nage a été tué avant-hier soir au Caire en ten­tant de désa­mor­cer une bombe près de l’église Al-Az­raa Wa Abou Si­fin, se­lon des sources de sé­cu­ri­té. Deux autres po­li­ciers ont éga­le­ment été bles­sés dans l’ex­plo­sion de la bombe pla­cée dans un sac, se­lon les mêmes sources. Si une source de sé­cu­ri­té a af­fir­mé à l’AFP que l’église était «vi­sée», les au­to­ri­tés n’ont pas of­fi­ciel­le­ment com­mu­ni­qué sur cet in­ci­dent, dont la presse ne se fai­sait l’écho hier que dans des en­tre­fi­lets. Les coptes d’Egypte sont dans le collimateur de­puis 2016 du groupe ter­ro­riste Etat is­la­mique (EI) qui a re­ven­di­qué plu­sieurs at­taques meur­trières contre cette com­mu­nau­té.

Des «ex­tré­mistes» der­rière l’at­taque

Un im­por­tant dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té était tou­jours dé­ployé sur les lieux hier ma­tin, em­pê­chant tout ac­cès aux abords de l’église, se­lon un té­moin sur place. Le muf­ti d’Egypte a dé­non­cé dans un com­mu­ni­qué sur sa page Fa­ce­book «l’opé­ra­tion ter­ro­riste qui a vi­sé l’église Abou Si­fin», et qui a été per­pé­trée par des «ex­tré­mistes». Se­lon lui, des en­gins ex­plo­sifs ont été po­sés sur le toit d’un bâ­ti­ment abri­tant une mos­quée si­tué tout proche de l’église. Le fils du muez­zin de cette mos­quée, in­ter­ro­gé par l’AFP au té­lé­phone, a af­fir­mé que deux bombes avaient été découvertes sur le toit de ce bâ­ti­ment. «On était dans la mos­quée quand une per­sonne est ve­nue nous voir mon père et moi, et nous a dit qu’un homme était mon­té sur le toit en por­tant un sac. Nous sommes mon­tés et nous avons vu deux sacs. On a aver­ti la po­lice», a-t-il dit à l’AFP. Mal­gré cet in­ci­dent, la cé­ré­mo­nie du Noël or­tho­doxe copte, qui de­vait avoir lieu hier soir, était main­te­nue, se­lon la presse of­fi­cielle. Le Noël copte est cé­lé­bré le 7 jan­vier dans toute l’Egypte. Au cours de cette cé­ré­mo­nie, le pré­sident Sis­si doit inau­gu­rer, dans la fu­ture ca­pi­tale ad­mi­nis­tra­tive égyp­tienne à 45 km à l’est du Caire, la ca­thé­drale de la Na­ti­vi­té, pré­sen­tée comme la plus grande du Proche-Orient. La mos­quée Al Fat­tah al-Alim de­vait aus­si être inau­gu­rée par le pré­sident dans la nou­velle ca­pi­tale hier. Dans un com­mu­ni­qué dif­fu­sé dans la nuit, l’Église copte a dit pleu­rer «l’of­fi­cier mar­tyr» qui a été tué dans l’ex­plo­sion. Les fu­né­railles du po­li­cier, Mous­ta­fa Abid, de­vaient avoir lieu hier.

Ren­for­ce­ment de la sé­cu­ri­té

Ces der­nières se­maines, les forces de sé­cu­ri­té avaient an­non­cé un ren­for­ce­ment du dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té au Caire à l’oc­ca­sion des fêtes de fin d’an­née et des cé­lé­bra­tions de Noël. L’Egypte af­fronte des mou­ve­ments ex­tré­mistes, dont l’EI, en par­ti­cu­lier de­puis la des­ti­tu­tion par l’ar­mée du pré­sident is­la­miste Mo­ha­med Mor­si en 2013, sui­vie d’une ré­pres­sion contre les partisans de l’an­cien chef de l’Etat. Pour sa part, la com­mu­nau­té copte, es­ti­mée à 10% de la po­pu­la­tion égyp­tienne d’en­vi­ron 100 mil­lions d’ha­bi­tants, est ré­gu­liè­re­ment la cible d’at­taques. Plus d’une cen­taine de per­sonnes ont été tuées dans des at­taques contre des chré­tiens de­puis fin 2016. La der­nière en date re­monte à no­vembre 2018 lorsque des as­saillants avaient ti­ré sur un bus trans­por­tant des fi­dèles chré­tiens au sud du Caire, tuant sept per­sonnes et en bles­sant sept autres. L’at­ten­tat avait été re­ven­di­qué par l’EI. A la tête de l’Egypte de­puis 2014, M. Sis­si se pré­sente souvent comme un dé­fen­seur des chré­tiens face aux ex­tré­mistes. Mais cer­tains ana­lystes et mi­li­tants re­prochent tou­jours à l’Etat de dis­cri­mi­ner et de ne pas suf­fi­sa­ment pro­té­ger les coptes. En fé­vrier 2018, l’Egypte a lan­cé une vaste opé­ra­tion contre l’EI, dont la branche lo­cale est ba­sée au Si­naï (est). Plus de 500 ji­ha­distes pré­su­més ont été tués de­puis cette date, se­lon les chiffres of­fi­ciels. Les coptes ne sont pas les seules cibles des mou­ve­ments ex­tré­mistes. Des cen­taines de po­li­ciers et de sol­dats ont été tués dans des at­taques. Par ailleurs, trois tou­ristes viet­na­miens et leur guide égyp­tien ont été tués le 28 dé­cembre dans l’ex­plo­sion d’une bombe ar­ti­sa­nale au pas­sage de leur bus près des py­ra­mides de Gui­zeh, en pé­ri­phé­rie sud-ouest de la ca­pi­tale égyp­tienne.

Des membres des forces de sé­cu­ri­té égyp­tiennes bloquent l’ac­cès à une rue dé­bou­chant sur l’église de­vant la­quelle l’ex­plo­sion d’un en­gin a tué un po­li­cier, au Caire, avant-hier

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.