On s’y bous­cule !

C’est hier que 15 points de vente di­recte du pro­duc­teur au consom­ma­teur ont été ou­verts en même temps à Tu­nis et de­vront res­ter opé­ra­tion­nels pen­dant les 20 pre­miers jours du mois du Ra­ma­dan. Nous avons vi­si­té le pre­mier d’entre eux, ce­lui de l’ave­nue Bou

La Presse (Tunisia) - - SOCIÉTÉ - Sar­rah O. BAKRY

L’im­mense tente de l’ave­nue Bour­gui­ba à Tu­nis, face à la fon­taine mu­si­cale avec plus de 50 m de lon­gueur sur 10 m de lar­geur, ac­cueillait, hier, une foule de Tu­ni­siens de tous âges sé­duits par l’an­nonce en très gros ca­rac­tères, sur le fron­ton de la tente: du pro­duc­teur au consom­ma­teur. Un vo­cable ma­gique pour les Tu­ni­siens qui su­bissent l’ex­plo­sion des prix comme chaque an­née pen­dant le mois de Ra­ma­dan et qui es­pèrent que ce genre de points de vente di­recte leur fe­ront bé­né­fi­cier d’une re­mise consé­quente sur les pro­duits agri­coles. Ce pre­mier point de vente di­recte ba­sé à l’ave­nue Ha­bib Bour­gui­ba a été inau­gu­ré hier dans la ma­ti­née par le chef du gou­ver­ne­ment et le mi­nistre de l’Agri­cul­ture et nos conci­toyens se sont alors mis à af­fluer vers l’énorme tente. Quand on y entre, on voit tout de suite que les Tu­ni­siens font confiance à ce genre d’ini­tia­tive et viennent en foule pour pro­fi­ter de l’au­baine.

Files d’at­tente de­vant les «stars»

La pre­mière ca­té­go­rie est évi­dem­ment celle des «stars», dont on ne peut ra­ter la po­si­tion grâce à une vraie file d’at­tente où on s’ob­serve avec sé­rieux et où on ne laisse sa place à per­sonne : il s’agit d’abord évi­dem­ment de la viande rouge — no­tam­ment la ha­bra — et de la viande d’agneau. Prix af­fi­ché : 19,8 di­nars le ki­lo­gramme. Ce n’est pas la seule file d’at­tente, car une autre file (cette fois une grande foule) se forme na­tu­rel­le­ment au ni­veau des to­mates, poi­vrons... et on en sai­sit tout de suite la rai­son quand on jette un coup d’oeil sur les prix, avec les pommes de terre à 600 mil­limes le ki­lo, les poi­vrons doux à 1 di­nar tout rond, les to­mates à 1,2 di­nar et les oi­gnons à 600 mil­limes. Il reste en­core une autre foule que l’on ne peut man­quer, cette fois de­vant le rayon des dattes qui se vendent à 6,5 di­nars le ki­lo­gramme. Ain­si, on ne se bous­cule pas pour la viande blanche, no­tam­ment le pou­let, ven­du à près de 6,5 di­nars, comme le pro­pose le rayon d’une marque connue, mais aus­si entre 13,5 di­nars le ki­lo d’es­ca­lope et 5,150 le ki­lo d’ailes chez une autre marque. Reste les pro­duits qui n’at­tirent pas la foule mais qui connaissent tout de même une at­ten­tion de pas­sage de la part de la ma­jo­ri­té alors que les ventes n’y sont pas aus­si ani­mées que du cô­té des «stars». Ici, il s’agit du miel, des épices, de la bsis­sa, de la chri­ha, des fro­mages... et aus­si des fruits. Dans tous les cas de fi­gure, nos conci­toyens étaient ra­vis de cette pe­tite bouf­fée qui leur fait sen­tir qu’ils ne se sont pas fait avoir par les in­ter­mé­diaires mais ce n’est évi­dem­ment pas aus­si simple, puisque cette ini­tia­tive des points de vente di­rects ne peut vrai­ment don­ner la pleine me­sure de son in­fluence sur les prix que si elle est gé­né­ra­li­sée. Certes, le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture est en train de co­or­don­ner avec ses di­rec­tions ré­gio­nales pour ou­vrir d’autres points de vente dans les autres gou­ver­no­rats, mais en at­ten­dant l’in­fluence qu’ils ont ne peut être que mi­nime.

(Pho­tos : Ab­del­fa­tah Be­laid)

Le point de vente di­rect du pro­duc­teur au consom­ma­teur a en­re­gis­tré hier une grande affluence

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.