Bruxelles met au point une ré­ponse aux sanc­tions amé­ri­caines

«Nous lan­çons le pro­ces­sus de la loi de blo­cage, le ‘blo­cking sta­tus’ de 1996, qui vise à neu­tra­li­ser les ef­fets ex­tra­ter­ri­to­riaux des sanc­tions amé­ri­caines», ex­plique le pré­sident de la com­mis­sion

La Presse (Tunisia) - - INTERNATIONAL -

AFP — Les Eu­ro­péens ont an­non­cé hier leur pre­mière ré­plique concrète aux ten­ta­tives des Etats-Unis de Do­nald Trump d’iso­ler éco­no­mi­que­ment l’Iran, dans le sillage des pions avan­cés par les Russes et les Chi­nois pour main­te­nir leurs liens avec Té­hé­ran. Le re­trait amé­ri­cain de l’ac­cord sur le pro­gramme nu­cléaire ira­nien, ac­com­pa­gné du re­tour des re­dou­tées sanc­tions amé­ri­caines, fait brus­que­ment pla­ner des risques fi­nan­ciers consi­dé­rables sur les en­tre­prises vou­lant in­ves­tir en Iran de­puis la si­gna­ture de ce do­cu­ment his­to­rique en 2015. «Nous de­vons main­te­nant agir», a dé­cla­ré le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne Jean Claude Jun­cker, à l’is­sue d’un som­met des di­ri­geants eu­ro­péens avec leurs ho­mo­logues des Bal­kans à So­fia, éclip­sé par le «front uni» que les Eu­ro­péens ont vou­lu af­fi­cher face à Wa­shing­ton. «C’est la rai­son pour la­quelle nous lan­çons le pro­ces­sus de la loi de blo­cage, le ‘blo­cking sta­tus’ de 1996, qui vise à neu­tra­li­ser les ef­fets ex­tra­ter­ri­to­riaux des sanc­tions amé­ri­caines», a-t-il dé­cla­ré de­vant la presse. «Nous de­vons le faire et nous le fe­rons de­main ma­tin à 10h30», a-t-il ajou­té. L’ou­til évo­qué est un rè­gle­ment eu­ro­péen da­tant de 1996, créé à l’ori­gine pour contour­ner l’em­bar­go sur Cu­ba et qu’il s’agit dé­sor­mais d’adap­ter. Il per­met aux en­tre­prises et tri­bu­naux eu­ro­péens de ne pas se sou­mettre à des sanc­tions prises par des pays tiers. Le désac­cord avec les EtatsU­nis sur l’em­bar­go cu­bain avait tou­te­fois été ré­so­lu au ni­veau po­li­tique, et donc l’ef­fi­ca­ci­té de ce rè­gle­ment n’a ja­mais été éprou­vée. Son ef­fet pour­rait être plus sym­bo­lique qu’éco­no­mique, se­lon une source eu­ro­péenne. «Le cas ira­nien va pro­ba­ble­ment im­pli­quer le ren­for­ce­ment de la Chine dans la ré­gion», s’est in­quié­tée hier une source di­plo­ma­tique à So­fia, illus­trant les craintes de voir les Russes et les Chi­nois ti­rer avan­tage de la si­tua­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.