Mêmes maux, mêmes re­mèdes !

L’équipe di­ri­geante, qui l’a li­mo­gé en 2017 après avoir ga­gné la coupe, est pra­ti­que­ment celle qui le rap­pelle . Est-ce la seule so­lu­tion?

La Presse (Tunisia) - - SPORT - R. EL HERGUEM

Jo­sé Ri­ga ne pou­vait plus res­ter à la barre au CA après ce cin­glant 4-1 contre le Stade Tu­ni­sien et après un dé­but de sai­son très moyen. L’en­traî­neur belge a un bon CV, ce n’est pas n’im­porte qui en foot­ball belge. Mais, et comme c’est at­ten­du, il n’a pas pu s’in­té­grer dans le foot­ball tu­ni­sien et dans les rouages d’un CA qui a sou­vent mis de grands en­traî­neurs sous rude épreuve. Ri­ga a eu plus de 2 mois après le re­tard pris dans la pré­pa­ra­tion (dû es­sen­tiel­le­ment aux élec­tions tu­mul­tueuses), mais au bout de tout ce temps, l’équipe n’a pas conser­vé l’élan de la sai­son der­nière. Pour une équipe qui a rem­por­té haut la main la Coupe de Tu­ni­sie, jouer de cette fa­çon et ca­pi­ta­li­ser 4 points en 4 matches ne pou­vaient convaincre per­sonne. Ri­ga n’a pas su gé­rer des matches pas très com­pli­qués même si son équipe a pu do­mi­ner et avoir des mo­ments forts qu’elle n’a pas su ex­ploi­ter. Il n’a pas réus­si, à notre avis, à im­po­ser la dis­ci­pline et l’ap­pli­ca­tion au­près de ses joueurs. Ri­ga est de ces en­traî­neurs qui aiment mettre une touche «af­fec­tive» sur sa re­la­tion avec les joueurs. Ce­la s’est tra­duit par une sorte de re­lâ­che­ment et de dis­trac­tion. Des joueurs cadres de l’équipe ont bais­sé de ré­gime comme Aya­di, Ben Yahia ou Khe­fi­fi.

Le dé­part de Khe­li­fa, Be­laïd, Tka et Opo­ko n’a pas été bien gé­ré. Pour les rem­pla­cer, So­fiane Hi­dous­si, un grand per­dant dans le li­mo­geage de Ri­ga, s’est tour­né ver le «low cost». Les Bal­bou­li, Laâ­bi­di, Ben Oth­mane, Mou­chi­li, Tli­li, Sas­ra­ku, M’cha­rek, n’ont pas, jus­que­là, réus­si à faire mieux que les joueurs-cadres du CA. Le pro­jet de Hi­dous­si tombe à l’eau. Il part après avoir échoué ter­ri­ble­ment à réa­li­ser le saut de qua­li­té pro­mis. Le CA ne pou­vait pas ra­jeu­nir et in­té­grer de nou­veaux joueurs, même jeunes et pro­met­teurs (Laâ­bi­di, Mou­chi­li et M’cha­rek), sans ga­gner et res­ter dans le groupe de tête.

L’équipe di­ri­geante pré­si­dée par A. Youn­si (un pré­sident peu dis­po­nible et qui ne com­mu­nique pas as­sez dans un CA où il y des di­zaines de clans et de par­ties qui posent des ques­tions et des pro­blèmes aus­si), qui re­groupe un grand nombre de l’équipe de Slim Ria­hi, a ra­té sa pre­mière épreuve de la sai­son. Ces di­ri­geants sont ceux qui ont li­mo­gé Chiheb Ellili en 2017 quand il a ga­gné la coupe et réus­si un beau par­cours en coupe de la CAF, pour ra­me­ner le fa­meux Mar­co Si­mone. Une bonne par­tie de ces di­ri­geants re­vient par le vote des urnes et ra­mène de nou­veau un Chiheb Ellili, li­mo­gé par L’ESS, après l’éli­mi­na­tion en Ligue des cham­pions.

Que peut-il faire ?

Chiheb Ellili a sor­ti une as­sez bonne sai­son en 2017, bien qu’il ait mal gé­ré les matches du play-off à l’époque (les matches de L’EST et de L’ESS en 4 jours). L’en­traî­neur re­ve­nant du CA a eu tou­jours des dif­fi­cul­tés à ga­gner le titre de cham­pion alors que c’était fai­sable. On se sou­vient de son pas­sage au CSS où il a ra­té au fi­nish un titre qu’il a per­du face au CSHL.

Après avoir bat­tu L’EST, Ellili n’a même pas pu ter­mi­ner deuxième du cham­pion­nat en per­dant le match qu’il ne fal­lait pas face à L’ESZ. A L’ESS aus­si, son pas­sage ne peut être qua­li­fié, non plus, d’écla­tant. Après deux mois de tra­vail et après avoir eu un ef­fec­tif in­té­res­sant, il a mal gé­ré la double confron­ta­tion contre L’EST en Ligue des cham­pions. L’etoile, qui avait plus de so­lu­tions, s’est conten­tée de suivre le rythme de L’EST et de tom­ber dans un jeu dé­fen­sif sté­rile. Alors en re­ve­nant à un CA où la qua­li­té des joueurs est net­te­ment moins bonne, que peut faire Chiheb Ellili.

Ce n’est fran­che­ment pas un «ga­gneur», mais en ce mo­ment, le CA a be­soin de quel­qu’un qui re­met de l’ordre dans la mai­son et qui re­donne de la confiance aux joueurs. Sur le pa­pier, les joueurs du CA n’ont pas les qua­li­tés et les so­lu­tions de L’EST ou de L’ESS, mais dans un cham­pion­nat moyen comme le nôtre et avec les pro­blèmes de L’EST et de L’ESS, le coup est jouable. Ellili peut-il ré­édi­ter l’ex­ploit spor­tif de Kol­si et de Mar­chand de la sai­son der­nière? En tout cas, il a une bonne em­prise sur ses joueurs. C’est quel­qu’un qui garde de bonnes re­la­tions avec les joueurs qu’il en­traîne. Sau­ra-t-il in­té­grer Laâ­bi­di, Mou­chi­li et M’cha­rek, qui ont du ta­lent dans les pieds ? Réus­si­ra-t-il à re­don­ner à Aya­di, Ben Yahia et Khe­fi­fi la joie de jouer ? Que fe­rat-il pour mettre fin à l’in­ef­fi­ca­ci­té of­fen­sive ? Cer­tai­ne­ment qu’il va chan­ger un peu le mo­dèle de jeu, et uti­li­ser des joueurs de mé­tier (un joueur comme Bal­bou­li s’avère dé­ci­sif) pour re­trou­ver une dy­na­mique de vic­toires et une confiance qui fait dé­faut en ce mo­ment.

C’est une chance unique pour Chiheb Ellili qui, au bout d’un pe­tit mo­ment, de­vrait ap­por­ter sa touche. Il n’au­ra cer­tai­ne­ment pas beau­coup de temps au­près du pu­blic. Au CA, les maux tech­niques et de ges­tion sont tou­jours les mêmes.

Les re­mèdes sont aus­si tou­jours les mêmes. Ri­ga et Hi­dous­si partent, Ellili re­vient, mais je­tez un coup d’oeil sur les pro­blèmes de fond dans la ges­tion spor­tive, pour com­prendre que c’est le même dé­cor plan­té de­puis des an­nées !

Le CA doit re­trou­ver un élan de confiance et de vic­toires. Chiheb Ellili sait ce qu’il faut faire

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.