Es­pé­rance, es­poirs…

La Presse (Tunisia) - - LA UNE - Par Jaw­har CHATTY

BRAVO à l’es­pé­rance Spor­tive de Tu­nis. Bravo à la Tu­ni­sie. Une brillante vic­toire bien mé­ri­tée. Les 60.000 sup­por­ters qui se sont dé­pla­cés pour voir le match n’ont pas été dé­çus. Tout a été mis en oeuvre à tous les ni­veaux pour ga­ran­tir le suc­cès de cette grande com­pé­ti­tion. Le chef du gou­ver­ne­ment, le mi­nistre de l’in­té­rieur, le pré­sident du par­ti En­nahd­ha ont sui­vi la par­tie sur le ter­rain. Le pré­sident de la Ré­pu­blique a, à la fin de la par­tie, fé­li­ci­té les «Sang et Or» pour cette brillante vic­toire.

Évé­ne­ment spor­tif de taille, mais éga­le­ment évé­ne­ment hau­te­ment po­li­tique, dans un pays bous­cu­lé par les crises en tous genres et qui a plus que ja­mais be­soin de bouf­fées d’air et d’es­poirs. Tant mieux si le foot­ball et le sport per­mettent au peuple d’ac­cé­der à ces bouf­fées d’op­ti­misme et de po­si­ti­vi­té. Nous ne sau­rions ima­gi­ner l’im­pact contraire si notre équipe n’avait pas réus­si à l’em­por­ter.

Le foot­ball, en tant que puis­sant vec­teur de mo­bi­li­sa­tion, ne sau­rait ce­pen­dant nous trom­per sur ce qui se cache dans l’in­cons­cient de tout un peuple, pro­fon­dé­ment at­teint dans son mo­ral de­puis main­te­nant huit ans et qui char­rie des dé­boires, dont il peine à sor­tir. Cette mo­bi­li­sa­tion de toute une jeu­nesse pour le foot­ball, et qui n’est pas propre uni­que­ment à la Tu­ni­sie, se doit d’être re­ca­drée pour vi­ser d’autres sec­teurs.

Notre jeu­nesse doit se mo­bi­li­ser pour le tra­vail, le dé­voue­ment, l’ab­né­ga­tion, le sé­rieux, pour être le vé­ri­table mo­teur du chan­ge­ment et du dé­ve­lop­pe­ment dans notre pays. Il y va de notre res­pon­sa­bi­li­té à tous de sa­voir re­di­men­sion­ner les choses, dans un es­prit d’apai­se­ment et de sé­ré­ni­té, en sa­chant faire du do­sage notre cré­dit et en évi­tant les fuites en avant.

Mo­bi­li­sée pour un jour, cette jeu­nesse pour­rait être mo­bi­li­sée pour tou­jours, dans un sens comme dans l’autre. A nous de sa­voir la ca­na­li­ser sans la brus­quer pour en faire la force du pro­grès et non le mo­tif de re­grets. L’en­jeu est de taille. A nous de sa­voir le sai­sir dans toute sa por­tée.

Mo­bi­li­sée pour un jour, cette jeu­nesse pour­rait être mo­bi­li­sée pour tou­jours, dans un sens comme dans l’autre. A nous de sa­voir la ca­na­li­ser sans la brus­quer pour en faire la force du pro­grès et non le mo­tif de re­grets. l’en­jeu est de taille. A nous de sa­voir le sai­sir dans toute sa por­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.