Entre l’offre de dia­logue et les pres­sions de l’ugtt

La Presse (Tunisia) - - ACTUALITÉS - A. DERMECH

• L’ugtt pour­suit ses mee­tings de mo­bi­li­sa­tion en vue de la grève gé­né­rale dans la Fonc­tion pu­blique pro­gram­mée pour le 22 no­vembre • Les syndicats tendent tou­te­fois la main au gou­ver­ne­ment pour une so­lu­tion concer­tée sauf que les syn­di­ca­listes de l’en­sei­gne­ment se­con­daire font mon­ter les en­chères en me­na­çant de boy­cot­ter les exa­mens du troi­sième tri­mestre en dé­pit de l’op­po­si­tion du bu­reau exé­cu­tif de l’ugtt

Les ren­contres pré­pa­ra­toires de la grève gé­né­rale pré­vue dans le sec­teur de la Fonc­tion pu­blique le 22 no­vembre conti­nuent à se dé­rou­ler dans les dif­fé­rentes ré­gions du pays à un rythme in­tense, sous la pré­si­dence des membres du bu­reau exé­cu­tif de l’ugtt avec à leur tête Nou­red­dine Ta­bou­bi, se­cré­taire gé­né­ral de la cen­trale syn­di­cale ou­vrière. Au me­nu de ces ren­contres : les pré­pa­ra­tifs ma­té­riels en pré­vi­sion de la grève ac­com­pa­gnée d’un dis­cours com­mun aux res­pon­sables syn­di­caux qui se re­laient dans les ré­gions : la grève pour­rait être an­nu­lée au cas où l’ugtt et le gou­ver­ne­ment par­vien­draient à un ac­cord qui ré­ponde aux at­tentes et re­ven­di­ca­tions des sa­la­riés de la Fonc­tion pu­blique.

Dans le cas contraire, «nous se­rons dans l’obli­ga­tion de main­te­nir cette grève», a mar­te­lé, hier, à Si­di Bou­zid, Mo­ha­med Ali Bough­di­ri, se­cré­taire gé­né­ral ad­joint de l’ugtt char­gé du sec­teur pri­vé. A Sfax, Nou­red­dine Ta­bou­bi est al­lé à la ren­contre des cadres et des em­ployés de la Fonc­tion pu­blique pour ré­per­cu­ter le même dis­cours concer­nant la stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion adop­tée à pro­pos de la grève gé­né­rale pro­gram­mée dans quelques jours. Ta­bou­bi a ré­vé­lé aux pré­sents que jus­qu’à main­te­nant les con­tacts avec le gou­ver­ne­ment n’ont abou­ti à au­cune so­lu­tion et par consé­quent «la grève est main­te­nue face au mu­tisme du gou­ver­ne­ment». Dans le camp op­po­sé, le gou­ver­ne­ment garde le si­lence, un com­por­te­ment qu’il a dé­jà adop­té lors de la cam­pagne de mo­bi­li­sa­tion si­mi­laire me­née par l’ugtt du­rant la pé­riode qui a pré­cé­dé la jour­née du 24 oc­tobre der­nier, jour où les sa­la­riés des éta­blis­se­ments du sec­teur pu­blic de­vaient ob­ser­ver une grève gé­né­rale, qui a été du reste an­nu­lée au der­nier mo­ment quand Yous­sef Cha­hed et Nou­red­dine Ta­bou­bi sont par­ve­nus à un ac­cord com­por­tant la ma­jo­ra­tion des sa­laires des fonc­tion­naires du sec­teur et aus­si la pré­ser­va­tion des en­tre­prises pu­bliques dont ac­cu­sait le gou­ver­ne­ment de cher­cher à cé­der au pri­vé.

Une affaire in­terne

La nou­veau­té, cette fois, est que la mo­bi­li­sa­tion syn­di­cale en vue d’exer­cer la pres­sion né­ces­saire sur le gou­ver­ne­ment est ac­com­pa­gnée par une po­lé­mique op­po­sant le bu­reau exé­cu­tif de l’ugtt aux membres du syn­di­cat gé­né­ral de l’en­sei­gne­ment se­con­daire. Il s’agit de l’ap­pli­ca­tion ou du re­jet de la dé­ci­sion par la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de l’en­sei­gne­ment se­con­daire re­la­tive au boy­cott des exa­mens du pre­mier tri­mestre. Nou­red­dine Ta­bou­bi a sou­li­gné qu’il s’agit «d’une affaire in­terne qui se­ra ré­so­lue d’une ma­nière dé­mo­cra­tique», ajou­tant : «Nous al­lons trou­ver une so­lu­tion pour sa­tis­faire les re­ven­di­ca­tions des en­sei­gnants tout en pré­ser­vant les in­té­rêts des élèves». En pa­ral­lèle, Mor­ched Driss, SG ad­joint du syn­di­cat gé­né­ral de l’en­sei­gne­ment se­con­daire, as­sure que «le boy­cott des exa­mens se­ra mis en oeuvre en l’ab­sence d’un dia­logue sé­rieux et res­pon­sable avec le gou­ver­ne­ment».

«Et c’est le gou­ver­ne­ment, pré­cise-t-il, qui est res­pon­sable de la ten­sion au sein des éta­blis­se­ments édu­ca­tifs du fait de sa po­li­tique d’ater­moie­ments et de l’ab­sence de sa vo­lon­té de mettre un terme aux ten­sions».

Le syn­di­cat gé­né­ral de l’en­sei­gne­ment se­con­daire est-il en désac­cord avec le bu­reau exé­cu­tif de l’ugtt qui a dé­jà ex­pri­mé son op­po­si­tion au boy­cott des exa­mens du pre­mier tri­mestre ? Mor­ched Driss ré­pond : «Notre re­la­tion avec la cen­trale syn­di­cale est par­faite et la di­ver­gence de points de vue est nor­male vu le ca­rac­tère de l’ac­tion syn­di­cale».

On se de­mande, tou­te­fois, comment l’ugtt va se com­por­ter à l’égard des re­ven­di­ca­tions spé­ci­fiques des en­sei­gnants du se­con­daire. Les né­go­cia­teurs de l’ugtt par­vien­dront-ils à faire ac­cep­ter les de­mandes des en­sei­gnants du se­con­daire (en­com­bre­ment des classes, ab­sence de re­cru­te­ments, in­fra­struc­ture dé­faillante) par­mi les do­léances que le gou­ver­ne­ment dé­ci­de­ra de sa­tis­faire au cas où l’on par­vien­drait à une so­lu­tion qui tou­che­ra l’en­semble des sa­la­riés de la Fonc­tion pu­blique où plu­sieurs autres sec­teurs ont aus­si des re­ven­di­ca­tions spé­ci­fiques.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.