Béa­ti­fi­ca­tion de 19 ca­tho­liques as­sas­si­nés lors de la guerre ci­vile

La cé­lé­bra­tion a eu lieu à Oran en pré­sence des fa­milles et amis

La Presse (Tunisia) - - INTERNATIONAL -

— L’eglise ca­tho­lique a béa­ti­fié hier en Al­gé­rie 19 re­li­gieux ca­tho­liques as­sas­si­nés du­rant la guerre ci­vile, dont les sept «moines de Ti­bé­hi­rine», une pre­mière dans un pays mu­sul­man.

La cé­lé­bra­tion sur l’es­pla­nade de la cha­pelle Notre-dame de San­ta-cruz à Oran (400 km à l’ouest d’al­ger) a dé­bu­té dans l’après-mi­di en pré­sence de quelque 1.200 per­sonnes, dont des cen­taines ve­nues de l’étran­ger — fa­milles, amis, pè­le­rins.

La cha­pelle, qui sur­plombe Oran et son port, a été ré­cem­ment ré­no­vée et son es­pla­nade re­bap­ti­sée «Place du Vi­vreen­semble».

Pla­cée sous haute sé­cu­ri­té, la cé­lé­bra­tion est as­su­rée par l’en­voyé spécial du pape Fran­çois, le car­di­nal An­ge­lo Bec­ciu, pré­fet de la Con­gré­ga­tion pour la Cause des saints (char­gée au Va­ti­can de l’en­semble des pro­ces­sus de béa­ti­fi­ca­tion et ca­no­ni­sa­tion).

Ces «19 mar­tyrs d’al­gé­rie» sont 15 Fran­çais, deux Es­pa­gnoles, un Belge et une Mal­taise, is­sus de huit congré­ga­tions ca­tho­liques dif­fé­rentes, as­sas­si­nés entre 1994 et 1996.

Hier, lors de la prière de l’an­ge­lus Place Saint-pierre, le Pape Fran­çois a évo­qué la béa­ti­fi­ca­tion de «Mgr Pierre Cla­ve­rie et ses 18 com­pa­gnons, re­li­gieux et re­li­gieuses tués dans la haine de la foi» en Al­gé­rie.

«Cons­truire en­semble»

«Que cette béa­ti­fi­ca­tion soit pour tous une in­ci­ta­tion à cons­truire en­semble un monde de fraternité et de so­li­da­ri­té», a-t-il dé­cla­ré de­vant des mil­liers de fi­dèles.

Mgr Pierre Cla­ve­rie, do­mi­ni­cain et ar­che­vêque d’oran, fervent par­ti­san du dia­logue avec l’is­lam, a été tué en août 1996 par une bombe avec son jeune chauf­feur al­gé­rien Mo­ha­med Bou­chi­khi.

Sont éga­le­ment béa­ti­fiés les sept moines trap­pistes de Ti­bé­hi­rine, en­le­vés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 et dont seules les têtes furent re­trou­vées, un as­sas­si­nat dont les cir­cons­tances exactes res­tent en­core au­jourd’hui mys­té­rieuses.

Leur des­tin tra­gique a ins­pi­ré le film du réa­li­sa­teur fran­çais Xa­vier Beau­vois, «Des Hommes et des Dieux», ré­com­pen­sé au Fes­ti­val de Cannes, qui les a fait connaître.

Fi­gurent aus­si par­mi les «mar­tyrs» quatre Pères blancs mi­traillés dans la cour de leur mis­sion de Ti­zi-ou­zou (100 km à l’est d’al­ger) fin 1994, ain­si qu’un frère ma­riste, une soeur de l’as­somp­tion, deux soeurs es­pa­gnoles au­gus­tines mis­sion­naires, deux soeurs de No­tredame des Apôtres et une soeur du Sa­cré-coeur, tous tués par balles à Al­ger en 1994 et 1995. Tous re­fu­sèrent, mal­gré les risques crois­sants, de quit­ter l’al­gé­rie et sa po­pu­la­tion, avec qui ils se di­saient pro­fon­dé­ment liés.

D’où la vo­lon­té de l’église ca­tho­lique que leur béa­ti­fi­ca­tion ait lieu en Al­gé­rie, avait ré­cem­ment in­di­qué à L’AFP Mgr Paul Des­farges, l’ar­che­vêque d’al­ger.

«Nous ne vou­lions pas d’une béa­ti­fi­ca­tion entre chré­tiens, car ces frères et soeurs sont morts au mi­lieu de di­zaines et di­zaines de mil­liers d’al­gé­riens» mu­sul­mans qui ont pé­ri du­rant la dé­cen­nie (1992-2002) de guerre ci­vile, a ex­pli­qué Mgr Des­farges.

C’est la pre­mière cé­ré­mo­nie de béa­ti­fi­ca­tion à se dé­rou­ler dans un pays mu­sul­man, a rap­pe­lé à Rome le Père Tho­mas Geor­geon, pos­tu­la­teur de leur cause.

Béa­ti­fi­ca­tion en pays mu­sul­man

Les di­gni­taires mu­sul­mans d’oran se sont as­so­ciés à la cé­lé­bra­tion en re­ce­vant dans la ma­ti­née les fa­milles des bien­heu­reux à la Grande Mos­quée Ibn Ba­dis de la ville, en pré­sence du car­di­nal Bec­ciu et du mi­nistre al­gé­rien des Af­faires re­li­gieuses, Mo­ha­med Aïs­sa. «Cet évé­ne­ment, nous mu­sul­mans, nous y as­so­cions avec beau­coup de joie», a ex­pli­qué un imam d’oran, Mos­ta­pha Ja­ber, à la Grande Mos­quée, «ces mar­tyrs chré­tiens tués pen­dant cette tra­gé­die na­tio­nale étaient des hommes de paix, des hommes de bonne foi, des hommes qui avaient une mis­sion bien dé­ter­mi­née, celle de ré­pandre la paix». «Ces gens ont pas­sé leur vie au mi­lieu de gens du pays, à leur don­ner ce qu’ils pou­vaient leur of­frir», a ex­pli­qué à L’AFP le père Thier­ry Be­cker, cu­ré d’oran depuis 1962, an­née de l’in­dé­pen­dance de l’al­gé­rie et an­cien ad­joint de Mgr Cla­ve­rie. De très nom­breux po­li­ciers étaient dé­ployés depuis ven­dre­di à Oran, se­lon un jour­na­liste de L’AFP.

Ces 19 mar­tyrs ont «bien été tués parce que chré­tiens», a sou­li­gné ré­cem­ment à Rome le père Ré­mi Ba­zin, un res­pon­sable de la Con­gré­ga­tion pour la Cause des Saints.

La cause en béa­ti­fi­ca­tion a pu at­tes­ter qu’ils ont été as­sas­si­nés par «haine de leur com­por­te­ment ins­pi­ré par la foi», a-t-il ex­pli­qué.

«Les frères et les soeurs qui ont don­né leur vie l’ont don­née de ma­nière consciente pour le peuple al­gé­rien», a in­di­qué à L’AFP Soeur Bé­né­dicte de la Croix, cis­ter­cienne — confré­rie des moines de Ti­bé­hi­rine — ve­nue de France pour la cé­ré­mo­nie.

«A tra­vers eux, on pense à tous ceux qui ont per­du la vie» du­rant la guerre ci­vile, qui fit quelque 200.000 morts, dont de nom­breux ci­vils, tués dans les at­ten­tats ou les mas­sacres at­tri­bués aux groupes ar­més is­la­mistes.

La tombe d’un des moines fran­çais as­sas­si­nés du­rant la guerre ci­vile en Al­gé­rie dans les an­nées 1990, le 28 no­vembre 2018 au mo­nas­tère de Ti­bé­hi­rine, à en­vi­ron 80 ki­lo­mètres d’al­ger.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.