L’IN­NO­VA­TION CE SÉ­SAME EN MAL DE STRA­TÉ­GIE

Suf­fit-il de mettre en place des ou­tils et des ins­tru­ments de sou­tien à l’in­no­va­tion et le tour est joué ? C’est bien là une ques­tion rhé­to­rique! The Next So­cie­ty, pro­jet fi­nan­cé par l’union Eu­ro­péenne, ras­semble des ac­teurs en­ga­gés pour l’in­no­va­tion et l

Le Manager - - DOSSIER | DU MANAGER -

es­saye d’at­ti­rer les banques com­mer­ciales en leur pro­po­sant une ga­ran­tie, Bpi­france fi­nance des en­tre­prises pour mieux ban­ca­ri­ser l’en­tre­prise, et par le tru­che­ment de sub­ven­tions et qu’il y ait d’autres fi­nan­ceurs que le de prêts; Bpi­france In­ves­tis­se­ment pu­blic”. Les aides fi­nancent les études opère à tra­vers des fonds di­rects ou de fai­sa­bi­li­té en amont, les be­soins de des fonds de fonds. Troi­sième vo­let: dé­ve­lop­pe­ment, les me­sures fis­cales, l’as­sis­tance et as­su­rance à l’ex­port. les aides pu­bliques, sous forme de subA no­ter que les Tu­ni­siens peuvent en ven­tions ou d’avances rem­bour­sables, bé­né­fi­cier à tra­vers le fonds fran­co-tuet de prêts à taux 0. Pour le fi­nan­ce­ment ni­sien ou fran­co-afri­cain. Pour Syl­vie en aval du pro­jet in­no­vant, il existe des Co­gneau, Res­pon­sable conseil in­ter­na­prêts à taux ré­duit avec deux ga­ran­tio­nal à Bpi­france, le fi­nan­ce­ment de ties : na­tio­nale et eu­ro­péenne; à tra­vers l’in­no­va­tion doit in­ter­ve­nir à chaque In­nov­fin, du Fonds Eu­ro­péen de l’in­ins­tant du dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­no­va­tion. Ac­ces­sible dans le cadre du prise. Elle té­moigne: “À Bpi­france, on Pro­gramme H2020, il ga­ran­tit la prise es­saye de ca­ta­ly­ser toutes les éner­gies de risque dans le prêt oc­troyé et per­met et Orien­ta­tion les ou­tils qui de l‘offre sont pro­po­sés de fi­nan­ce­ment par les de l‘in­no­va­tion ain­si à l’etat se­lon de l‘avan­ce­ment faire des éco­no­mies du Pro­jet à dif­fé­rents ac­teurs de l’éco­sys­tème.on tra­vers des taux ré­duits.

in­dus­trielle et d’in­no­va­tion, fi­nan­cé par la BAD. L’en­semble des ac­teurs pré­sents sont d’ac­cord sur un point: les en­tre­prises ont be­soin de coa­ching et de men­to­ring, elles manquent sé­rieu­se­ment d’ac­com­pa­gne­ment et d’ap­pui à l’en­tre­pre­neu­riat in­no­vant. Par ailleurs, les 28 pé­pi­nières peu­plant l’éco­sys­tème sont à trans­for­mer en in­cu­ba­teurs, au plus près des ré­gions. Autres failles à com­bler: ins­tau­rer les fonds de pré-amor­çage et dé­ve­lop­per un sys­tème na­tio­nal de re­cherche et d’in­no­va­tion pour connec­ter les deux. Il faut faire du B to R en re­cen­trant les mé­ca­nismes par rap­port à l’en­tre­prise.

La star­tup : l’en­fant dé­lais­sée S’ap­puyant sur le Glo­bal In­no­va­tion In­dex qui fait res­sor­tir le dé­ca­lage entre les in­di­ca­teurs d’out­puts et ceux d’in­puts; pour Kaïs Me­j­ri, le bi­lan reste obs­cur: manque d’ef­fi­cience du sys­tème na­tio­nal d’in­no­va­tion, ab­sence de struc­tures de pi­lo­tage qui har­mo­nisent l’in­ter­ven­tion des ac­teurs de l’in­no­va­tion. Les po­li­tiques res­tent sec­to­rielles, non connec­tées, tra­vaillent en si­lo, don­nant lieu à des che­vau­che­ments et pertes d’ar­gent. Quant aux ré­formes ju­ri­diques, il y a lieu de mettre en place un cadre ju­ri­dique pour fa­vo­ri­ser l’achat in­no­vant au­près des PME. Les mar­chés pu­blics sont un le­vier pour dy­na­mi­ser les PME, à l’ins­tar de la France qui s’est fixé comme ob­jec­tif de ra­me­ner à 2% la com­mande pu­blique orien­tée vers les PME en 2020. Le sys­tème de pro­prié­té in­tel­lec­tuelle, lui, se base sur une loi vieille de 17 ans ! Qui de sur­croît est plus adap­tée aux grandes na­tions, avec un tis­su dense de Re­cherche et Dé­ve­lop­pe­ment. Fi­na­le­ment, en Tu­ni­sie, il faut être très “ca­lé” pour dé­po­ser un bre­vet ! Le pe­tit bre­vet ou le mo­dèle d’uti­li­té, qui per­met de pro­té­ger l’idée d’une star­tup, ce n’est pas de­main la veille. La val­lée de la mort, ce dé­sert ca­li­for­nien que bien des en­tre­prises connaissent n’est tou­jours pas consi­dé­ré dans les pro­grammes d’ap­pui à l’in­no­va­tion. Les star­tup n’ont pas les moyens de fi­nan­cer les bre­vets d’in­ven­tion, d’au­tant plus que les centres de re­cherche exigent de faire par­tie du bre­vet. Rien que pour en­ta­mer la né­go­cia­tion, ils de­mandent un contrat pour fixer les termes. Autre point né­gli­gé par nos po­li­tiques : il y a lieu de ré­gle­men­ter les nou­veaux mé­tiers, tels cher­cheurs de bre­vet, éva­lua­teurs de bre­vet et conseillers en pro­prié­té in­tel­lec­tuelle. Kaïs Me­j­ri ren­ché­rit: “Il y a lieu de chan­ger d’ap­proche: ren­for­cer les ca­pa­ci­tés de ma­na­ge­ment de l’in­no­va­tion, adop­ter une ap­proche mul­ti­sec­to­rielle, plu­ri­dis­ci­pli­naire, et cy­clique, dé­ve­lop­per des mo­dèles de PPP et adop­ter les nou­velles ten­dances de l’in­no­va­tion so­ciale, col­la­bo­ra­tive, et in­clu­sive”.

Il fau­dra bien com­men­cer quelque part ! Pour Em­ma­nuel Nou­ta­ry, Dé­lé­gué Gé­né­ral ANI­MA In­vest­ment Net­work, la Tu­ni­sie a fait quelques pous­sées, avec l’émer­gence d’in­cu­ba­teurs, d’es­paces de net­wor­king, de struc­tures d’ac­com­pa­gne­ment. Mais les obs­tacles per­sistent. Faible cul­ture en­tre­pre­neu­riale, at­trait pour le pu­blic au dé­tri­ment de l’ini­tia­tive pri­vée, cadre ré­gle­men­taire et ad­mi­nis­tra­tif ar­chaïque. L’ac­com­pa­gne­ment des jeunes star­tup doit en­core être in­té­gré dans la chaîne de va­leur en­tre­pre­neu­riale pour les ac­com­pa­gner de bout en bout : de la concep­tua­li­sa­tion jus­qu’à la réus­site sur mar­ché, et l’ac­cès au fi­nan­ce­ment est loin de cou­vrir les be­soins. Le ré­seau ANI­MA, por­teur du pro­jet The Next So­cie­ty, est une pla­te­forme de dia­logue pu­blic/pri­vé. Un éco­sys­tème dy­na­mique, por­té par le pu­blic et sur­tout par de jeunes ac­teurs ou­verts sur le monde qui sont dé­si­reux de re­pla­cer la Tu­ni­sie sur la carte des pays qui comptent en ma­tière d’in­no­va­tion. The Next So­cie­ty a été lan­cé en mai 2017. C’est une dé­marche à long terme, une ini­tia­tive struc­tu­rante pour faire bou­ger les lignes, gui­dée par la phi­lo­so­phie que la ré­gion mé­di­ter­ra­néenne peut in­ven­ter le fu­tur du monde. Car il y a des entre-

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.