DU SCALE-UP

LE CA­TA­LY­SEUR Ins­tal­lé en Tu­ni­sie de­puis 2017, En­dea­vor vise à four­nir le sou­tien à une sé­lec­tion d’en­tre­pre­neurs et d’en­tre­prises à fort im­pact et qui ont le po­ten­tiel de se dé­ve­lop­per au ni­veau in­ter­na­tio­nal. L’ap­proche aty­pique de l’as­so­cia­tion nous a

Le Manager - - DOSSIER | DU MANAGER -

Le pre­mier De­mo­day de l’in­cu­ba­teur B@labs a été or­ga­ni­sé dans la soi­rée du 22 mars 2018, dans un hô­tel si­tué dans la ca­pi­tale Tu­nis. Un évé­ne­ment qui a per­mis à la toute pre­mière co­horte com­po­sée de 7 , les plus in­no­vantes par­mi les 200 ayant pos­tu­lé en ligne de­puis sep­tembre 2017, de pré­sen­ter leur pro­jet de­vant une large au­dience. Après 5 mois d’in­cu­ba­tion, les équipes ont réus­si à concré­ti­ser leurs idées en des en­tre­prises in­no­vantes. Les CEO de Strike Mo­tors, de P’tit Chef, de Tou­fou­la Kids, de Mar­ki, d’epi­lert, de Wa­ters­pi­rit et de Swi­ver ont té­moi­gné avoir ti­ré pro­fit d’une as­sis­tance tech­nique, du men­to­rat et d’un ac­com­pa­gne­ment, leur per­met­tant d’at­ti­rer des co-fon­da­teurs et des clients. «Grâce à cet ac­com­pa­gne­ment, j’ai réus­si à avoir un team des plus com­pé­tents, à dé­ve­lop­per mon idée et à voir les pre­miers pas de mon ave­nir ra­dieux se tra­cer. Je suis de­ve­nu en­tre­pre­neur et je tra­vaille ac­tuel­le­ment avec 3 clients», a dé­cla­ré Fares Han­tous, CEO de Mar­ki, la so­lu­tion mo­bile qui aide les bu­reaux de pi­lo­tage à gé­rer le sui­vi des tâches sur les chan­tiers de construc­tion.

En quoi consiste la mis­sion d’en­dea­vor? Notre mis­sion est de créer le mou­ve­ment des en­tre­pre­neurs à fort im­pact, fo­ca­li­sant sur des so­cié­tés en phase de « scale-up ». En d’autres termes, nous ci­blons des en­tre­prises ayant dé­pas­sé la phase de star­tup et qui ont un très fort po­ten­tiel de crois­sance. Le ré­seau En­dea­vor, cou­vrant trente pays, a sé­lec­tion­né plus de 1500 en­tre­pre­neurs du­rant ses deux dé­cen­nies d’exis­tence. Il a été très ef­fi­cace dans des pays comme le Bré­sil ou le Mexique, pour la créa­tion d’un éco­sys­tème en­tre­pre­neu­rial là où il n’y en avait pas. Les en­tre­pre­neurs à fort po­ten­tiel que nous sé­lec­tion­nons sont dé­si­gnés « En­dea­vor En­tre­pre­neurs ». C’est le cas des deux En­dea­vor En­tre­pre­neurs tu­ni­siens, Ka­rim Joui­ni, fon­da­teur d’ex­pen­sya et Ha­tem Sel­la­mi, fon­da­teur de Co­gni­ra.

Com­ment sou­te­nez-vous les en­tre­pre­neurs ? Grâce à une sé­rie de pro­grammes et de ser­vices, En­dea­vor four­nit aux en­tre­pre­neurs les res­sources né­ces­saires pour réus­sir, en amé­lio­rant l’ac­cès aux ta­lents, en l’oc­cur­rence de ni­veau in­ter­na­tio­nal, aux mar­chés et aux ca­pi­taux. En ef­fet, En­dea­vor a réus­si à at­ti­rer les pro­fils les plus brillants et com­pé­tents aux quatre coins du monde et d’uni­ver­si­tés aus­si pres­ti­gieuses que Har­vard et Stan­ford qui vont ve­nir faire des stages et tra­vailler pour ces en­tre­pre­neurs. Ces res­sources sont cri­tiques pour des en­tre­pre­neurs qui opèrent sur des mar­chés très concur­ren­tiels. A preuve, Ka­rim Joui­ni vient d’an­non­cer qu’il vient de re­cru­ter Marc Cal­cot, an­cien di­rec­teur gé­né­ral d’ame­ri­can Ex­press Cartes En­tre­prises France et Be­ne­lux, pour lui confier le pi­lo­tage de sa stra­té­gie de dé­ve­lop­pe­ment et d’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion. En ce qui concerne l’ac­cès aux ca­pi­taux, En­dea­vor col­la­bore avec plus de deux cents fonds d’in­ves­tis­se­ment par­mi les plus per­for­mants au monde afin de fa­ci­li­ter à ces en­tre­pre­neurs l’ac­cès à un fi­nan­ce­ment as­so­cié à un ac­com­pa­gne­ment de qua­li­té. En­dea­vor offre aus­si l’op­tion de coin­ves­tis­se­ment au­près du fonds prin­ci­pal à tra­vers son fonds Ca­ta­lyst. Par ailleurs, En­dea­vor offre à ces en­tre­prises dès leur sé­lec­tion la mise en place d’un « ad­vi­so­ry board » consti­tué de men­tors de son ré­seau qui va les ac­com­pa­gner du­rant un mi­ni­mum d’une an­née sur la dé­ter­mi­na­tion et l’exé­cu­tion de leur stra­té­gie et va aus­si per­mettre d’op­ti­mi­ser le dé­ploie­ment des ser­vices En­dea­vor. Ce­la est très ap­pré­cié par les en­tre­pre­neurs qui n’ont pas un conseil d’ad­mi­nis­tra­tion en place.

Par­lez-nous de la fa­çon dont le mo­dèle d’en­dea­vor Ca­ta­lyst sou­tient la mis­sion d’en­dea­vor ? Le fonds Ca­ta­lyst est gé­ré de la fa­çon sui­vante : à chaque fois qu’un En­dea­vor en­tre­pre­neur réa­lise une le­vée de fonds de 5 mil­lions de dol­lars ou plus, En­dea­vor lui donne la pos­si­bi­li­té d’un com­plé­ment de le­vée de 10% se­lon les mêmes termes que le fonds prin­ci­pal. Ce­la nous per­met de jouer notre rôle cent pour cent fo­ca­li­sé sur le sup­port aux cô­tés de l’en­tre­pre­neur en n’ayant pas à né­go­cier avec lui.

Sur quels cri­tères sé­lec­tion­nez-vous les en­tre­pre­neurs ? Pour qu’un en­tre­pre­neur fasse par­tie du ré­seau En­dea­vor trois cri­tères es­sen­tiels sont exi­gés. Il s’agit, tout d’abord, du pro­fil de l’en­tre­pre­neur. Sont ju­gés ain­si sa ca­pa­ci­té de ré­in­ves­tir dans l’éco­sys­tème lo­cal une fois le pro­jet a pris son élan mais aus­si son sens de l’écoute et sa ca­pa­ci­té à évoluer. Est éva­luée, en se­cond lieu, l’en­tre­prise qui doit né­ces­sai­re­ment avoir une pro­pen­sion à croître d’une fa­çon ex­po­nen­tielle. Le cô­té in­no­va­tion est sans le moindre doute de grande im­por­tance. Il faut que le concept de l’en­tre­prise soit dif­fé­ren­cié à l’échelle glo­bale. Au fi­nal, est pris en compte le ti­ming. Il faut que les en­tre­prises soient un point d’in­flexion. En d’autres termes, nous nous ma­ni­fes­tons au mo­ment où la so­cié­té a jus­te­ment be­soin de sup­port pour le scale-up.

Quelles sont les dif­fé­rentes étapes du pro­ces­sus de sé­lec­tion des En­dea­vor En­tre­pre­neurs? Le pro­ces­sus de sé­lec­tion se fait sur une phase lo­cale sui­vie d’une sé­lec­tion in­ter­na­tio­nale toutes deux as­su­rées par des men­tors et des en­tre­pre­neurs. Le pro­ces­sus est bap­ti­sé « Se­lec­tion as a ser­vice » puis­qu’à chaque étape du pro­ces­sus nos can­di­dats sont mis en in­ter­ac­tion avec des men­tors de très grande qua­li­té. Pen­dant des ses­sions d’une heure, ils re­çoivent un feed­back qui leur per­met d’af­fi­ner leur stra­té­gie et à mieux se pré­pa­rer pour les étapes sui­vantes de la sé­lec­tion. La der­nière étape de la sé­lec­tion lo­cale, le « Lo­cal Se­lec­tion Pa­nel » où les en­tre­pre­neurs sont in­vi­tés à pit­cher de­vant quatre pa­né­listes au to­tal. Ceux qui sont re­te­nus passent à la phase fi­nale soit l’« In­ter­na­tio­nal Se­lec­tion Pa­nel ». Un évé­ne­ment de 3 jours qui s’or­ga­nise à l’étran­ger et au­quel par­ti­cipent près d’une tren­taine d’en­tre­pre­neurs ayant été sé­lec­tion­nés par les bu­reaux lo­caux. Le ga­gnant est bap­ti­sé En­dea­vor En­tre­pre­neur. Ha­tem Sel­la­mi et son Coo Ba­ha­dir Us­tao­glu ont vé­cu cette ex­pé­rience à New York et Ka­rim Joui­ni à Du­baï. A chaque étape, les en­tre­pre­neurs bé­né­fi­cient de l’ex­per­tise de nos men­tors qui sont des poin­tures de re­nom­mée. Alors que nous clô­tu­rons la pre­mière an­née d’en­dea­vor Tu­ni­sia, nous avons in­ter­viewé plus de 40 en­tre­pre­neurs, 7 sont ar­ri­vés au stade du Lo­cal Se­lec­tion Pa­nel, trois en­tre­pre­neurs (deux com­pa­gnies) ont été sé­lec­tion­nés En­dea­vor En­tre­pre­neurs et deux autres vont par­ti­ci­per à un pro­chain In­ter­na­tio­nal Se­lec­tion Pa­nel.

Com­ment est struc­tu­ré le ré­seau En­dea­vor ? Un En­dea­vor En­tre­pre­neur, après avoir élar­gi et dé­ve­lop­pé son bu­si­ness, de­vient un men­tor. Une fois qu’il a réa­li­sé son exit, on l’aide à créer son fonds d’in­ves­tis­se­ment s’il le dé­sire. Le par­cours idéal se­rait qu’il de­vienne à terme membre du Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion d’en­dea­vor Tu­ni­sia. En sui­vant ce par­cours, on per­met à ces en­tre­pre­neurs de mul­ti­plier leur im­pact au-de­là de leur réus­site per­son­nelle. On les aide à de­ve­nir des mo­dèles de suc­cès pour les gé­né­ra­tions suc­ces­sives et ain­si à im­pac­ter consi­dé­ra­ble­ment la créa­tion d’en­tre­pre­neu­riat en Tu­ni­sie.

Par­lez-nous de votre bu­si­ness mo­del ? Les re­ve­nus d’en­dea­vor sont gé­né­rés par les contri­bu­tions des membres du Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion et des en­tre­pre­neurs. Une fois sé­lec­tion­nés, les En­dea­vor En­tre­pre­neurs contri­buent à hau­teur de l’équi­valent de dix mille dol­lars par an pour per­mettre le fonc­tion­ne­ment du bu­reau lo­cal. Ces frais sont lar­ge­ment amor­tis par les avan­tages dont bé­né­fi­cient ces en­tre­pre­neurs.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.