UIB AC­COM­PAGNE LES PROS DE LA SAN­TÉ ET LES DI­RI­GEANTS DES PME

Le Manager - - Décryptage Actu De Mois -

C’est une re­la­tion de proxi­mi­té que la banque en­tend construire avec les PME. S’ins­cri­vant dans une stra­té­gie qui vise à in­ten­si­fier les ac­tions d’ac­com­pa­gne­ment des clients et à am­pli­fier l’ap­pui en ex­per­tise et en con­seil pour les di­ri­geants de PME, deux ma­ni­fes­ta­tions ont été te­nues, en étroite col­la­bo­ra­tion avec Pro­par­co, fi­liale de l’agence fran­çaise de dé­ve­lop­pe­ment (AFD). Il s’agit de la qua­trième édi­tion des Jour­nées Pro by UIB et de la sixième édi­tion des Jour­nées PME by UIB. Au me­nu de ces ren­contres, des dé­bats entre les di­ri­geants des PME, les pro­fes­sion­nels de la san­té, des ex­perts comp­tables et des conseillers fis­caux. Le but était de per­mettre aux chefs d’en­tre­prise de dis­cu­ter et d’op­ti­mi­ser l’usage des in­ci­ta­tions que pro­posent la loi de fi­nances 2018 et la loi sur l’in­ves­tis­se­ment. Les pros de la san­té s’ex­priment… « Notre res­pon­sa­bi­li­té va au-de­là du fait de dé­li­vrer des pro­duits et des ser­vices ban­caires. L’UIB s’en­gage à par­ta­ger avec ses clients une somme d’in­for­ma­tions, d’ana­lyses et d’ex­per­tises fi­nan­cières sé­lec­tion­nées en fonc­tion des en­jeux im­por­tants de leurs ac­ti­vi­tés », a avan­cé Mond­her Gha­za­li, di­rec­teur gé­né­ral de L’UIB. Ain­si, les mé­de­cins et phar­ma­ciens pré­sents aux Jour­nées Pro by UIB ont bé­né­fi­cié d’une ex­pli­ca­tion dé­taillée des me­sures fis­cales de la loi de fi­nances 2018, le but étant de les ai­der à mieux ap­pré­hen­der les dé­fis de leurs en­tre­prises en ma­tière de ges­tion et à avoir une meilleure connais­sance des lois concer­nant les exo­né­ra­tions fis­cales. Par la même oc­ca­sion, le res­pon­sable mar­ché haut de gamme, ban­cas­su­rance et épargne, Wa­lid Ben Ba­der, a ex­po­sé les fa­ci­li­tés et les so­lu­tions d’op­ti­mi­sa­tion fiscale pro­po­sées par L’UIB telles que le compte épargne en ac­tions ou l'as­su­rance vie CAP épargne. La pre­mière concerne les per­sonnes exer­çant une pro­fes­sion li­bé­rale quel que soit leur ré­gime d’im­po­si­tion. Of­frant, se­lon le res­pon­sable, jus­qu’à 55% de gains sur les im­pôts, 80% des mon­tants pla­cés sur ce compte se­ront pla­cés en Bourse, les 20% res­tants se­ront in­ves­tis en bons du Tré­sor as­si­mi­lables. Quant à la deuxième so­lu­tion, d’ailleurs cu­mu­lable avec la pre­mière, elle per­met de gé­né­rer des rentes via­gères, en plus des in­té­rêts à hau­teur de 5.41% en 2016, exo­né­rés d’im­pôts sur le re­ve­nu. PME et Loi de fi­nances : sé­pa­rer le bon grain de l'ivraie ! Lors des Jour­nées PME by UIB, les ex­perts ont rap­pe­lé que le taux de L’IS a été ra­bais­sé de 25 à 20% pour les so­cié­tés qui réa­lisent un chiffre d’af­faires an­nuel pla­fon­né à un mil­lion de Di­nars (MD) pour le sec­teur des achats en vue de la re­vente et des ac­ti­vi­tés de trans­for­ma­tion et 500 000 DT pour le sec­teur des ser­vices ou des pro­fes­sions non com­mer­ciales. L’ac­cent a été éga­le­ment mis sur les me­sures d’en­cou­ra­ge­ment de l’épargne. Elles concernent no­tam­ment l’aug­men­ta­tion de la li­mite du mon­tant des in­té­rêts des comptes épargne pour l’in­ves­tis­se­ment, qui ne sont pas sou­mis à l’im­pôt de 2000 à 4000 Di­nars par an. Il s’agit éga­le­ment de la ré­duc­tion de la du­rée ef­fec­tive mi­ni­male dans le cadre des contrats as­su­rance-vie. Par contre, a été dé­plo­rée l’aug­men­ta­tion du taux de l’avance sur L’IRPP re­la­tive aux im­por­ta­tions des pro­duits de con­som­ma­tion et de L’IS de 10 à 15% au titre des opé­ra­tions d’im­por­ta­tion réa­li­sées du 1er jan­vier 2018 au 31 dé­cembre 2019. Éga­le­ment, les ex­perts ont re­gret­té que le taux de la re­te­nue à la source li­bé­ra­toire sur les di­vi­dendes dis­tri­bués aux per­sonnes phy­siques ait dou­blé, pour pas­ser de 5 à 10%. Les me­sures fis­cales en ma­tière de TVA ins­crites dans la Loi de fi­nances pour 2018, et qui ont sou­le­vé une po­lé­mique na­tio­nale, ont été au coeur de ces ren­contres-dé­bats. Rap­pe­lons ain­si que le re­lè­ve­ment du taux de la TVA a été de 1%, et que les ventes d’im­meubles à usage d’ha­bi­ta­tion par les pro­mo­teurs sont dé­sor­mais sou­mises à la TVA au taux de 13%, le­quel se­ra relevé à 19% à par­tir du 1er jan­vier 2020.

Deux conven­tions ont été si­gnées entre la Tu­ni­sie et la Banque mon­diale (BM) du­rant le mois cou­rant. Y étaient pré­sents, Zied Laâd­ha­ri, mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment, de l’in­ves­tis­se­ment et de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale et To­ny Ve­rhei­jen, re­pré­sen­tant ré­sident à Tu­nis de la BM. La pre­mière conven­tion de fi­nan­ce­ment, d’une va­leur de 140 mil­lions dol­lars, porte sur la va­lo­ri­sa­tion des sys­tèmes d’ir­ri­ga­tion dans les ré­gions agri­coles. Ce prêt est des­ti­né à sou­te­nir les ef­forts de dé­ve­lop­pe­ment de l’agri­cul­ture ir­ri­guée en­tre­pris par la Tu­ni­sie en vue d’amé­lio­rer la ges­tion des res­sources li­mi­tées en eau. “En bé­né­fi­cient les ré­gions agri­coles des gou­ver­no­rats de Bé­ja, Bi­zerte, Jen­dou­ba, Na­beul, Sfax et Si­lia­na”, a pré­ci­sé Sa­mir Bet­taïeb. Le but étant de ré­duire les pertes, qui peuvent at­teindre jus­qu’à 40 % de l’eau uti­li­sée, et de ré­gu­ler l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en eau. La deuxième conven­tion est d’une va­leur de 100 mil­lions de dol­lars. S’éta­lant sur deux ans, ce pro­jet vise à amé­lio­rer la qua­li­té de l’en­sei­gne­ment pri­maire et à ac­croître l’ac­cès à l’en­sei­gne­ment pré­sco­laire dans les ré­gions dé­fa­vo­ri­sées. 1144 000 élèves dans les éta­blis­se­ments pri­maires et pré­sco­laires pu­blics, 64 000 en­sei­gnants du pri­maire, de­vraient en bé­né­fi­cier par le biais d’une meilleure offre de per­fec­tion­ne­ment pro­fes­sion­nel.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.