Swivre, la star­tup qui pro­longe la vie des en­tre­prises

Les self-made-men se font rares. Az­zam Soual­mia est l'un d'eux ! Dans les lo­caux du Ma­na­ger, il a par­ta­gé avec nous ses pre­miers pas dans l'en­tre­pre­neu­riat et ... la création de Swi­ver.

Le Manager - - Sommaire - AH­MED SAOUDI

Swi­ver est une pla­te­forme web qui se pro­pose d’ac­com­pa­gner les chefs d’en­tre­prise dans les tâches ad­mi­nis­tra­tives et comp­tables. Cet ERP offre à ses uti­li­sa­teurs les ou­tils qui leur per­mettent d’avoir une meilleure ges­tion com­mer­ciale, un sui­vi au­to­ma­ti­sé des dé­penses et des re­cettes et plein d’autres ser­vices. Lan­cée en 2016 par Az­zam Soual­mia un jeune se­rial en­tre­pre­neur dé­jà à sa troi­sième ven­ture la so­lu­tion compte au­jourd’hui plus de 150 clients payants de 14 sec­teurs dif­fé­rents. Ces clients sont tous des très pe­tites en­tre­prises : “Mon rêve est de voir Swi­ver de­ve­nir le stan­dard de la ges­tion des TPE”, dé­clare son fondateur. Et d’ajou­ter “Notre mis­sion est d’ac­com­pa­gner les en­tre­pre­neurs pour dé­ve­lop­per leurs pro­jets”. Et pour qu'il n'y ait pas mal­en­ten­du, il dé­clare: “Nous ne vou­lons pas concur­ren­cer Sage ou les autres grands édi­teurs de ce type de so­lu­tion”. Et pour­tant, la jeune pousse compte se dé­ve­lop­per au-de­là des fron­tières na­tio­nales. Pro­chai­ne­ment, Swi­ver se­ra à la dis­po­si­tion des en­tre­prises ma­ro­caines et al­gé­riennes. L’afrique… est aus­si dans la ligne de mire de la jeune start-up. « Ce­ci n’est pas une mince tâche », re­con­naît Az­zam, à plus forte rai­son pour un ma­na­ger en herbe. Conscient de l’am­pleur des chal­lenges aux­quels doit faire face son en­tre­prise, Az­zam a pro­po­sé à un ma­na­ger che­vron­né de prendre les rênes de son en­tre­prise. “J’ai re­cru­té mon boss”, iro­ni­set-il. Une ap­proche certes peu com­mune sous nos cieux. Hi­chem Ra­doine, parce que c’est de lui qu’il s’agit, a fait la connais­sance d’az­zam et de son pro­jet lors de leur pas­sage par l’incubateur [email protected] “J’ai été im­pres­sion­né par sa ri­gueur et son dé­voue­ment au pro­jet et sur­tout par sa volonté de dé­lé­guer la ges­tion de son en­tre­prise à une autre per­sonne”, dé­clare Ra­doine, qui oc­cupe au­jourd’hui le poste de CEO à Swi­ver.

Un che­min pa­vé de char­bon et de bé­ton Vous ne l'au­riez ja­mais de­vi­né ! L’his­toire de Swi­ver a dé­mar­ré dans une usine à char­bon de bois à Mak­thar ! La fa­brique, fon­dée par Az­zam et un ami à lui, avait réus­si à dé­cro­cher d’im­por­tants contrats avec des géants de la grande dis­tri­bu­tion et même à ex­por­ter son pro­duit à Oman et aux Pays-bas. Gé­rer une telle en­tre­prise n’était pas fa­cile pour Az­zam qui dé­ci­da de re­cru­ter un dé­ve­lop­peur pour lui créer un sys­tème de ges­tion en-ligne, simple d’uti­li­sa­tion. Le lo­gi­ciel était tel­le­ment ef­fi­cace que le jeune en­tre­pre­neur dé­ci­da de le trans­for­mer en un ser­vice payant. “Je me suis vite ren­du à l’évi­dence que cet ou­til de­vrait être utile à d’autres en­tre­pre­neurs”, se rap­pelle Az­zam. Per­sua­dé que ce pro­jet a les atouts né­ces­saires pour réus­sir, notre in­vi­té a dé­lé­gué la ges­tion de l’usine à son frère pour se dé­dier en­tiè­re­ment au dé­ve­lop­pe­ment de ce ser­vice. Az­zam, vous l’avez cer­tai­ne­ment com­pris, est un grand fé­ru de l’en­tre­pre­neu­riat. De re­tour en Tu­ni­sie, en 2008, après avoir pas­sé les pre­mières an­nées de sa vie à l’étran­ger, Az­zam Soual­mia se rend compte que sa for­ma­tion en langue an­glaise l’em­pê­che­rait de ter­mi­ner ses études. “Au tra­vail !”, dé­cide-t-il. Le jeune homme dé­marre sa car­rière dans une pâ­tis­se­rie, pour at­ter­rir en­suite chez un mar­chand de vo­lailles, avant de dé­bar­quer dans un ca­mion pompe-à-bé­ton en chef d’équipe. Jus­qu’à ce que son pa­tron fasse faillite. C'est alors qu'az­zam ra­chète le ca­mion de son ex-pa­tron ! “J’ai pris ce risque parce que je sa­vais, d’après ma propre ex­pé­rience, que l’en­gin est ca­pable de gé­né­rer pas moins de 1000 di­nars de re­ve­nus par jour”, a-t-il ex­pli­qué. Grâce à son au­dace, l’ou­vrier tou­chant 20 di­nars par jour de­vient son propre pa­tron et est mon­té lar­ge­ment en gamme. Ce­pen­dant, l’ar­ri­vée sur le mar­ché d’un grand nombre de concur­rents et la baisse consi­dé­rable des prix ont pous­sé Az­zam à quit­ter le sec­teur quelques an­nées plus tard. Cette ex­pé­rience a cer­tai­ne­ment été très for­ma­trice au ni­veau ma­na­gé­rial, tou­te­fois Az­zam re­con­naît que s’il avait pu dis­po­ser de Swi­ver, ses deux pre­mières en­tre­prises au­raient pu se dé­ve­lop­per da­van­tage. Au­jourd’hui, il est ha­bi­té par la convic­tion de lui don­ner toutes ses chances de réus­site.

Hi­chem Ra­doine et Az­zam Soual­mia

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.