Co­men­tre­pre­neurs

« Des pa­roles car­rées n’entrent pas dans des oreilles rondes. » — Ro­ger Dar­ro­bers, Pro­verbes chi­nois.

Le Manager - - Sommaire - Par Fa­ten Ben Ais­sa Con­sul­tante en com­mu­ni­ca­tion

Le monde d'au­jourd'hui est en pleine mu­ta­tion : po­li­tique, éco­no­mique, so­ciale, cultu­relle... Le re­la­tion­nel s’ins­crit dans cette évo­lu­tion voire ré­vo­lu­tion et se dis­tingue par la com­mu­ni­ca­tion en tant qu’ou­til pré­cieux pour se com­prendre, par­ta­ger et échan­ger. Rares sont les chefs d’en­tre­prise, les pro­mo­teurs, les créa­teurs, les me­neurs, les dé­ci­deurs au sens le plus large qui sont conscients que le par­tage est im­por­tant, que l’échange est es­sen­tiel et que l’ave­nir est col­la­bo­ra­tif. Sans par­tages, ni échanges, il ne peut y avoir de vie pro­fes­sion­nelle réus­sie.

De par son éty­mo­lo­gie, rap­pe­lons-le, le verbe «communiquer » vient du la­tin «com­mu­ni­care » et si­gni­fie "mettre en com­mun", conjoin­te­ment voire col­lec­ti­ve­ment. Dans le monde pro­fes­sion­nel, une com­mu­ni­ca­tion ef­fi­cace est sy­no­nyme de bonnes af­faires. Un chef d’en­tre­prise qui oeuvre à la pé­ren­ni­té de son en­tre­prise se doit de fa­vo­ri­ser un cli­mat so­cial se­rein pour ses em­ployés afin qu’ils puissent tra­vailler dans les meilleures condi­tions d’une part et dé­li­vrer un meilleur ren­de­ment, d’autre part. Soyons d’ac­cord ! Tout ce­la n’est pas pos­sible sans pla­ni­fi­ca­tion. La mise en place d’une stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion dé­cri­vant ce que l’employeur ou le di­ri­geant veut dire à qui il veut le dire et com­ment il en­tend le dire, per­met de s’ap­pro­prier la dé­marche, de tra­vailler en trans­pa­rence tout en évi­tant les conflits voire les si­tua­tions de crise. Si la com­mu­ni­ca­tion est mal éta­blie (au­to­ri­ta­risme de la part de l’en­tre­pre­neur, in­suf­fi­sante ap­pro­pria­tion, mes­sages mal conçus, in­for­ma­tions confuses et in­cer­taines, sup­ports de com­mu­ni­ca­tion mal ré­di­gés, res­sources mal uti­li­sées) l’en­tre­prise ren­contre for­cé­ment des dif­fi­cul­tés ce qui gé­nère des obs­tacles à la com­mu­ni­ca­tion. Le grand Ro­land Barthes di­sait : « le lan­gage étant un moyen de com­mu­ni­ca­tion ex­clu­sif de l’homme, tout re­fus de lan­gage est une mort. »

Ce­la étant dit, par­tant du fait que l’en­tre­pre­neur est un agent ca­pable d’opé­rer des chan­ge­ments, il doit tout mettre en oeuvre pour amé­lio­rer la com­mu­ni­ca­tion. Pour ce­la, quelques pistes mé­ritent qu’on s’y at­tarde. Pour com­men­cer, il faut s’as­su­rer du trans­fert et de la ré­cep­tion de l’in­for­ma­tion et de la bonne ges­tion des flux in­for­ma­tion­nels d’une per­sonne à une autre et/ou d’un groupe à un autre. Une bonne am­biance est aus­si es­sen­tielle pour pou­voir sol­li­ci­ter un meilleur ren­de­ment où chaque em­ployé est va­lo­ri­sé se­lon les tâches qu’il ef­fec­tue afin qu’il se sente re­con­nu. Autres clés de réus­site : ins­tau­rer une cul­ture d’en­tre­prise ba­sée sur le res­pect mu­tuel et l’es­time de l’autre in­dé­pen­dam­ment du lien hié­rar­chique. L’en­tre­pre­neur doit fa­vo­ri­ser un contact ré­gu­lier avec ses troupes, par exemple en pla­ni­fiant des réunions sys­té­ma­ti­que­ment pour bien ex­pli­quer les ob­jec­tifs à at­teindre. La com­mu­ni­ca­tion est un art qui né­ces­site sou­plesse, fi­nesse et adresse afin de ga­ran­tir échanges, écoute, dis­cus­sions, in­ter­ac­tions, co­or­di­na­tion. Soyons donc de bons com­mu­ni­ca­teurs, soyons de bons en­tre­pre­neurs, soyons les Co­men­tre­pre­neurs de de­main !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.