ON A 20 ANS POUR CHAN­GER LE MONDE !

Dans en­vi­ron 30 ans, la ré­gion MENA fe­ra par­tie des ré­gions qui se­ront les plus dé­fi­ci­taires en termes de res­sources ali­men­taires dans le monde. Cette pro­jec­tion des ex­pert.e.s d’agri­monde ne prend même pas en compte les ef­fets du chan­ge­ment cli­ma­tique, q

Le Manager - - Entreprise Communication -

Le 30 oc­tobre 2018, il y avait foule à l'ins­ti­tut Fran­çais pour l'évé­ne­ment or­ga­ni­sé par le Lab'ess, une pro­jec­tion-dé­bat sur le thème de l'agroé­co­lo­gie.

Pour­quoi ce thème est-il si fé­dé­ra­teur? Car la po­pu­la­tion tu­ni­sienne semble avoir pris conscience que le mo­dèle do­mi­nant de l’agri­cul­ture conven­tion­nelle est res­pon­sable de nom­breux im­pacts né­ga­tifs sur notre so­cié­té. Au­jourd’hui, l’agroé­co­lo­gie ap­pa­raît comme la so­lu­tion la plus so­lide pour as­su­rer une ali­men­ta­tion de qua­li­té, des condi­tions de tra­vail et de vie ac­cep­tables pour les agri­cul­teur.trice.s et un ave­nir res­pec­tueux des éco­sys­tèmes. Pour nour­rir le dé­bat et in­for­mer le pu­blic, le film « On a 20 ans pour chan­ger le monde » semble être un choix ju­di­cieux. Fruit d’une ren­contre entre la réa­li­sa­trice Hé­lène Mé­digue, et le fon­da­teur de Fermes d’ave­nir, Maxime de Ros­to­lan, ce do­cu­men­taire pré­sente les com­bats me­nés par l’as­so­cia­tion pen­dant plus d’un an pour ac­cé­lé­rer la tran­si­tion agri­cole. De quoi s'ins­pi­rer de bonnes pra­tiques et ré­flexions dé­jà pro­duites et pour­sui­vies chez nos voi­sins mé­di­ter­ra­néens. Afin d'en­ri­chir la thé­ma­tique, Pierre Pa­geot, di­rec­teur de Fermes d'ave­nir, fut pré­sent mais pas seule­ment. Ji­hed Bi­tri, fon­da­teur de la ferme l’he­re­dium, une ferme agri­cole bio­lo­gique tu­ni­sienne sen­si­bi­li­sant les « consa­mac­teur.trice.s » en leur ap­pre­nant les bonnes pra­tiques res­pec­tueuses de l'in­di­vi­du et de l'en­vi­ron­ne­ment, a pu pré­sen­ter le contexte tu­ni­sien. En­fin, Bo­ris Mar­cel, co­or­di­na­teur des Cols Verts, une as­so­cia­tion qui dé­ve­loppe des so­lu­tions d'agri­cul­ture ur­baine simples pour per­mettre à cha­cun de se nour­rir et de pro­té­ger la na­ture, a pu dis­cu­ter de l’im­por­tance de mo­bi­li­ser le champ po­li­tique et de les sen­si­bi­li­ser aux bien­faits de l’agroé­co­lo­gie.

Des par­te­naires en phase au­tour d’une thé­ma­tique com­mune ! Le La­bo­ra­toire de l’eco­no­mie so­ciale et so­li­daire (Lab’ess) vise à contri­buer ac­ti­ve­ment au dé­ve­lop­pe­ment du­rable des ac­teur.trice.s de l’in­no­va­tion so­ciale. Au-de­là de son pro­gramme d’in­cu­ba­tion qui s’adresse aux struc­tures ayant un im­pact en­vi­ron­ne­men­tal ou so­cial, le Lab’ess pro­meut L’ESS au tra­vers de nom­breuses ini­tia­tives no­tam­ment cel­le­ci. Cet es­pace d’in­no­va­tion so­ciale fut sou­te­nu pour cette soi­rée par la Fon­da­tion Hein­rich Böll et le Pro­gramme de mi­cro­fi­nan­ce­ments du Fonds pour l’en­vi­ron­ne­ment mon­dial (PMF/FEM). Ce pro­gramme gé­ré par le PNUD vise à trou­ver des so­lu­tions lo­cales aux pro­blèmes en­vi­ron­ne­men­taux glo­baux. Il est des­ti­né aux or­ga­ni­sa­tions de la so­cié­té ci­vile aux­quelles il ap­porte des ap­puis tech­niques et fi­nan­ciers pour l’exé­cu­tion de pro­jets sus­cep­tibles de contri­buer à la ges­tion du­rable des res­sources na­tu­relles et à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Cette thé­ma­tique est com­mune à la Fon­da­tion Hein­rich Böll qui a no­tam­ment pour prin­cipes fon­da­men­taux l’éco­lo­gie, le dé­ve­lop­pe­ment du­rable mais aus­si des thé­ma­tiques liées à la pro­blé­ma­tique du genre, des droits de l’homme et de l’éga­li­té entre les femmes et hommes. Ces trois forces se sont donc liées du­rant une soi­rée afin d’of­frir une soi­rée riche en pers­pec­tive concer­nant la san­té et les res­sources des Tu­ni­sien.ne.s.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.