Me­nace d’an­nu­ler la ren­contre avec Trump

Le Temps (Tunisia) - - LA UNE -

Le ré­gime nord-co­réen a an­nu­lé au der­nier mo­ment une ren­contre de haut ni­veau pré­vue hier ma­tin entre des vice-mi­nistres du Sud et du Nord. Le ré­gime pro­teste contre la te­nue d'exer­cices militaires conjoints entre Amé­ri­cains et Sud-co­réens, mais aus­si contre de ré­centes dé­cla­ra­tions de l'ad­mi­nis­tra­tion Trump. La ren­contre du 12 juin pour­rait être com­pro­mise.

Le mi­nistre ad­joint des af­faires étran­gères, Kim Kye Gwan, me­nace de re­con­si­dé­rer ce som­met avec Do­nald Trump si Washington « met au pied du mur » le ré­gime et « exige uni­la­té­ra­le­ment » qu'il re­nonce au nu­cléaire.

Le haut res­pon­sable at­taque aus­si au vi­triol le conseiller amé­ri­cain à la sé­cu­ri­té, John Bol­ton, qui ne cesse de mettre en avant le mo­dèle li­byen de dé­nu­cléa­ri­sa­tion. Un mo­dèle in­ac­cep­table pour les di­ri­geants nord-co­réens, qui es­timent que Mouam­mar Kadha­fi se­rait tou­jours en vie s'il avait gar­dé son pro­gramme ato­mique.

Dans un se­cond com­mu­ni­qué, le ré­gime qua­li­fie les ma­noeuvres aé­riennes or­ga­ni­sées par Séoul et Washington de « pré­pa­ra­tifs à une frappe ». Se­lon la presse sud­co­réenne, ces exer­cices in­cluent des bom­bar­diers B-52, ca­pable d'em­por­ter des charges nu­cléaires (lire en­ca­dré).

Le ré­gime y voit une « pro­vo­ca­tion mi­li­taire dé­li­bé­rée » dans le contexte ac­tuel de dé­tente, d'au­tant plus qu'il vient d'ac­cep­ter de li­bé­rer trois pri­son­niers amé­ri­cains et de dé­man­te­ler son site d'es­sais nu­cléaires.

« Au­cune no­ti­fi­ca­tion » Aux Etats-unis, le dé­par­te­ment d'etat s'est dit sur­pris de la ré­ac­tion de Pyon­gyang : « Nous n'avons re­çu au­cune no­ti­fi­ca­tion for­melle ou in­for­melle à ce su­jet, a af­fir­mé la porte-pa­role Hea­ther Nauert. Tout ce dont nous dis­po­sons, c'est ce qu'a dit Kim Jong Un avant, à sa­voir qu'il com­pre­nait la né­ces­si­té et l'uti­li­té de la pour­suite de ces exer­cices conjoints entre les Etats-unis et la Co­rée du Sud. »

Pour la di­plo­ma­tie amé­ri­caine, ces exer­cices « lé­gaux » et « pré­vues très long­temps à l'avance. Ce sont des exer­cices que nous pra­ti­quons dans le monde en­tier avec beau­coup de nos par­te­naires et de nos al­liés, de­puis des dé­cen­nies et des dé­cen­nies. » Et sur Fox News, la por­te­pa­role de la Mai­son Blanche a af­fir­mé avoir tou­jours « bon es­poir que la réunion se tienne »

Faire mon­ter la pres­sion Ces me­naces font par­tie du pro­ces­sus de né­go­cia­tion en cours, es­timent pour leur part les ana­lystes à Séoul : le Nord cherche à ren­for­cer ses po­si­tions, avant le som­met avec Trump, et il rap­pelle que lui aus­si exige des conces­sions si­gni­fi­ca­tives de la part de Washington.

Les dif­fi­cul­tés ac­tuelles des Etatsu­nis au Proche Orient et en Iran ont peut-être aus­si joué dans le cal­cul de la Co­rée du Nord. Le ré­gime a pu es­ti­mer que c'était le bon mo­ment pour faire pres­sion sur un Do­nald Trump qui ne peut pas se per­mettre de faire échouer le dos­sier nord­co­réen...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.