ILS ONT DIT:

Le Temps (Tunisia) - - PROXIMITE -

«Pen­dant la pé­riode de 6 mois à la tête du dé­par­te­ment, des di­zaines de dos­siers de cor­rup­tion ont été ré­vé­lés au sein du mi­nis­tère. Nous avons éta­bli, au­jourd’hui, un ac­cord his­to­rique avec l’ins­tance na­tio­nale de lutte contre la cor­rup­tion. Ce par­te­na­riat s’ins­crit dans le cadre de l’en­ga­ge­ment du gou­ver­ne­ment à lut­ter contre la cor­rup­tion ain­si qu’à la bonne gou­ver­nance. C’est un tra­vail à long terme, de sen­si­bi­li­sa­tion, de pré­ven­tion et de trai­te­ment car nous es­ti­mons que la cor­rup­tion ain­si que la mau­vaise gou­ver­nance consti­tuent 70% de l’en­semble des pro­blèmes des pays. Par ailleurs, tous les mi­nis­tères sont ap­pe­lés à col­la­bo­rer avec L’INLUCC en gé­né­ra­li­sant cette conven­tion, et je sou­haite que le gou­ver­ne­ment de­vienne un mo­dèle de lutte contre la cor­rup­tion et de la bonne gou­ver­nance.» Slim Fe­ria­ni (Mi­nistre de l’in­dus­trie et des Pe­tites et Moyennes En­tre­prises)

«Le gou­ver­ne­ment de Yous­sef Cha­hed est dé­sor­mais ob­so­lète et, à pré­sent, il est de­ve­nu un gou­ver­ne­ment de ges­tion des af­faires cou­rantes. Ce­la re­vient à sa faible per­for­mance et son mau­vais ren­de­ment ain­si qu’à la crise so­cio-éco­no­mique qui s’ap­pro­fon­dit de plus en plus. Le fait de chan­ger le gou­ver­ne­ment mais de gar­der en même temps la même vi­sion ne ré­sou­dra rien. De ce fait, j’ap­pelle le gou­ver­ne­ment ac­tuel à ad­mettre sa dé­faite avant de ré­flé­chir à pro­cé­der à un re­ma­nie­ment qui vise à ca­mou­fler l’échec. La Tu­ni­sie a be­soin d’être sau­vée et il est peu pro­bable que la coa­li­tion gou­ver­ne­men­tale au pou­voir re­pré­sen­tée dans Ni­daa Tounes et En­nadhd­ha, par cette fausse al­liance, en se­ra ca­pable.» Gha­zi Chaoua­chi (Se­cré­taire gé­né­ral du Cou­rant dé­mo­cra­tique (At­tayar))

«La pos­si­bi­li­té d’un re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel n’en­trave pas l’ac­tion gou­ver­ne­men­tale sa­chant que les conseils mi­nis­té­riels n’ont pas abor­dé cette ques­tion. Concer­nant les pré­pa­ra­tifs du mois de Ra­ma­dan, il est à si­gna­ler que le mar­ché tu­ni­sien est ap­pro­vi­sion­né des pro­duits ali­men­taires de pre­mière né­ces­si­té ce qui contri­bue­ra à l’équi­libre de leurs prix. Le contrôle de ces pro­duits sur tous les ni­veaux no­tam­ment hy­gié­nique est, par ailleurs, as­su­ré et se­ra in­ten­si­fié du­rant le mois de Ra­ma­dan.» Hi­chem Ben Ah­med (Se­cré­taire d’etat au Com­merce ex­té­rieur)

«J’ap­pelle à l’ap­pli­ca­tion de la dé­ci­sion sti­pu­lant le rat­ta­che­ment de la ra­dio Zi­tou­na au sec­teur pu­blic. D’ailleurs il est à pré­ci­ser que plu­sieurs res­pon­sables à la ra­dio oc­cupent des postes im­por­tants à En­nahd­ha. Son di­rec­teur de pro­gram­ma­tion est un membre du Conseil Echou­ra d’en­nahd­ha, qui avait oc­cu­pé le poste de conseiller dans les gou­ver­ne­ments d’ali Laa­rayedh et Ha­ma­di Je­ba­li.» Hi­chem Snous­si (Membre du bu­reau de la HAI­CA) Ces dé­cla­ra­tions ont été ac­cor­dées à dif­fé­rents mé­dias

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.