Un cou­rage qui force le res­pect

Le Temps (Tunisia) - - MONDE -

Dans le même temps lun­di of­fi­ciels is­raé­liens et amé­ri­cains se congra­tu­laient et se sont adon­nés à des ré­jouis­sances cé­lé­brant le trans­fert de l’am­bas­sade amé­ri­caine à El Qods, l’ar­mée de l’etat sio­niste per­pé­trait un car­nage sur les ma­ni­fes­tants pa­les­ti­niens qui pro­tes­taient pa­ci­fi­que­ment près de la ligne sé­pa­rant la bande de Gha­za du ter­ri­toire is­raé­lien contre ce trans­fert qui à leurs yeux s’ins­crit dans le dé­ni de leur as­pi­ra­tion à un Etat na­tio­nal avec El Qods comme ca­pi­tale. Le bi­lan de la tue­rie en ce jour noir a été hor­rible. Pas moins de 60 Pa­les­ti­niens, hommes, femmes, vieillards et en­fants, ont été tués tan­dis que près de 2.000 ont été plus ou moins griè­ve­ment bles­sés. L’hé­ca­tombe a in­di­gné le monde en­tier mais sans per­tur­ber les consciences des par­ti­ci­pants à la cé­ré­mo­nie d’inau­gu­ra­tion de l’am­bas­sade amé­ri­caine. Ceux qui y ont pris part ont même fé­li­ci­té la sol­da­tesque qui com­met­tait le car­nage dont ils ont re­je­té la res­pon­sa­bi­li­té sur le Ha­mas ac­cu­sé par eux d’être le chef d’or­chestre d’une ma­ni­fes­ta­tion vi­sant à « l’en­va­his­se­ment » d’is­raël. A l’en­droit des Pa­les­ti­niens qui ont bra­vé à main nue cette sol­da­tesque for­ma­tée pour être im­pi­toyable à leur égard et ivre de leur sang, ils ont été in­fâ­mants en les consi­dé­rant comme des êtres ré­duits à l’état de mou­tons de Pa­nurge do­ci­le­ment sou­mis à une or­ga­ni­sa­tion qui s’en ser­vi­rait comme masse de ma­noeuvre et de bou­clier hu­main. Voi­là à quoi se ré­duit le peuple pa­les­ti­nien pour l’oc­cu­pant sio­niste et son al­lié amé­ri­cain dont ils tentent de dé­va­lo­ri­ser la haute conscience pa­trio­tique et l’ex­tra­or­di­naire cou­rage. L’in­di­gna­tion in­ter­na­tio­nale pro­vo­quée par la tue­rie sui­vie en di­rect dans le monde en­tier cloue au banc de l’op­probre Is­raël et son pro­tec­teur amé­ri­cain.

Par la di­ver­si­té des voix qui se sont unies pour dé­non­cer et condam­ner un car­nage aux di­men­sions de crime contre l’hu­ma­ni­té, il ap­pa­raît clai­re­ment que l’etat sio­niste s’est ir­ré­vo­ca­ble­ment dé­mo­né­ti­sé en le com­met­tant.

Des Etats et des per­son­na­li­tés qui se sont tou­jours re­fu­sés à la condam­na­tion et aux cri­tiques d’is­raël au mo­tif que cet Etat est éthique agis­sant dans le res­pect des hautes va­leurs hu­maines même à l’égard de ses en­ne­mis vou­lant sa des­truc­tion, ont cette fois pro­non­cé de sé­vères ju­ge­ments contre lui. Des mé­dias oc­ci­den­taux qui ont la même ligne de conduite que ces Etats et per­son­na­li­tés à l’égard d’is­raël ont eux-mêmes at­tié­di leur par­ti pris en sa fa­veur et émis des ana­lyses et com­men­taires sur les évè­ne­ments se dé­rou­lant sur la ligne de sé­pa­ra­tion entre la bande de Gha­za et l’etat sio­niste au ton désap­pro­ba­teur du com­por­te­ment de ce der­nier.

Mais la ré­pro­ba­tion in­ter­na­tio­nale qui frappe Is­raël et pousse cer­tains de ses dé­fen­seurs tra­di­tion­nels à lui faire com­prendre qu’il y a une li­mite à leur in­con­di­tion­na­li­té, n’au­ra au­cun ef­fet sur les sio­nistes ayant vi­ré au fas­cisme qui le gou­vernent, si elle ne se tra­duit pas par des pres­sions et en­core plus par des sanc­tions in­ter­na­tio­nales qui les for­ce­raient à chan­ger de po­li­tique et de com­por­te­ment à l’égard des Pa­les­ti­niens. Par leur cou­rage et leur di­gni­té dans l’épreuve, les Pa­les­ti­niens forcent au res­pect et à la so­li­da­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.