Les Yé­mé­nites fuient la pro­vince d’ho­deï­dah en masse

Le Temps (Tunisia) - - MONDE -

Yé­men

Des di­zaines de mil­liers de Yé­mé­nites fuient Ho­deï­dah alors que les com­bats s’in­ten­si­fient sur les lignes de front près de cette pro­vince aux mains des re­belles hou­this, an­nonce jeu­di Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal.

Les forces sou­te­nues par la coa­li­tion mi­li­taire di­ri­gée par l’ara­bie saou­dite avancent vers Ho­deï­dah, prin­ci­pal port du pays. La coa­li­tion a été créée pour ré­ta­blir au pou­voir du pré­sident yé­mé­nite Abd-rab­bou Man­sour Ha­di. Les Na­tions unies es­timent que 100.000 per­sonnes ont été dé­pla­cées le long de la côte ouest du Yé­men ces der­niers mois. La plu­part d’entre elles sont ori­gi­naires d’ho­deï­dah, la deuxième pro­vince la plus peu­plée du pays, in­dique Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal. «L’im­pact hu­main de cette nou­velle of­fen­sive mi­li­taire sur les zones cô­tières oc­ci­den­tales du Yé­men res­sort clai­re­ment des his­toires af­fli­geantes ra­con­tées par les ci­vils dé­pla­cés par le conflit», a dé­cla­ré Raouiya Ra­geh, conseillère prin­ci­pale d’in­ter­ven­tion dans les si­tua­tions de crise chez Am­nes­ty In­ter­na­tio­nal. «C’est un aper­çu de ce qui pour­rait po­ten­tiel­le­ment se pro­duire à plus grande échelle si les com­bats dé­bordent sur la ville por­tuaire d’ho­deï­dah, den­sé­ment peu­plée».

La ma­jeure par­tie des im­por­ta­tions com­mer­ciales du Yé­men et de l’aide ont le pays a cruel­le­ment be­soin passe par Ho­deï­dah. Les Hou­this sont ac­cu­sés d’uti­li­ser le port pour faire pas­ser en contre­bande des armes fa­bri­quées en Iran, ac­cu­sa­tions re­je­tées par le groupe chiite et par Té­hé­ran. Des ha­bi­tants de Za­bid, al Dja­ra­hi, Hays et al Khou­khah, à en­vi­ron 100-150 km au sud de la ville d’ho­deï­dah, ont ra­con­té au groupe de dé­fense des droits hu­mains qu’ils s’étaient ré­fu­giés dans la ville por­tuaire d’aden, où le gou­ver­ne­ment yé­mé­nite s’est re­plié. La ca­pi­tale, Sa­naa, est contrô­lée par les Hou­this. La ma­jo­ri­té des per­sonnes dé­pla­cées ex­pliquent qu’elles n’ont pu fi­nan­cer le voyage qu’en ven­dant leurs biens, in­dique Am­nes­ty. Une femme a fait une fausse couche en ar­ri­vant à Aden après ce qu’elle a dé­crit comme un voyage ter­ri­fiant et épui­sant, a ajou­té L’ONG bri­tan­nique. Elle pré­cise que pour faire le tra­jet, trois jours sont dé­sor­mais né­ces­saires au lieu des six heures ha­bi­tuelles, en rai­son des points de contrôle, mines ter­restres et autres dan­gers.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.