Ef­fets per­vers de la fermeture de Ras Je­dir

Le Temps (Tunisia) - - PROXIMITE -

L’union tu­ni­sienne de l’in­dus­trie, du com­merce et de l’ar­ti­sa­nat (UTICA) a ap­pe­lé le gou­ver­ne­ment à son­ger à mettre en place un pas­sage fron­ta­lier entre la Tunisie et la Li­bye spé­ci­fique aux mar­chan­dises réunis­sant tous les fon­de­ments né­ces­saires de l’échange com­mer­cial et à prendre des me­sures al­ter­na­tives pour li­mi­ter les dé­gâts de la fermeture du pas­sage fron­ta­lier de Ras Je­dir. Dans un com­mu­ni­qué, pu­blié hier, l’organisation pa­tro­nale s’est in­quié­tée pro­fon­dé­ment de la si­tua­tion dans le pas­sage trans­fron­ta­lier de Ras Je­dir, fer­mé de­puis deux mois suc­ces­sifs.

Elle a re­com­man­dé de mettre en place un mé­ca­nisme com­mun d’in­ter­ven­tion ra­pide en co­or­di­na­tion avec les par­ties étran­gères, afin d’évi­ter la si­tua­tion qui porte at­teinte aux in­té­rêts des deux par­ties, ap­puyant la "légalité des re­com­man­da­tions des ha­bi­tants de la ré­gion et les droits de ses fils à l’em­ploi et au dé­ve­lop­pe­ment".

Le Pa­tro­nat a af­fir­mé que les ef­fets per­vers de la fermeture ont été consi­dé­rables tou­chant même les in­té­rêts des en­tre­prises éco­no­miques des deux pays, sans comp­ter les consé­quences sur les ha­bi­tants de la ré­gion qui en pâ­tissent le plus. Il a si­gna­lé, dans le même com­mu­ni­qué, la dé­gra­da­tion de la si­tua­tion et l'aug­men­ta­tion du vo­lume des pertes, sur­tout pour les en­tre­prises ayant des contrats d’ex­port avec des en­tre­prises li­byennes, les­quels contrats ont été an­nu­lés.

Pour sa part, le par­ti Afek Tounes ap­pelle à la mo­bi­li­sa­tion pour ré­soudre le pro­blème de la fermeture, du cô­té li­byen, du pas­sage fron­ta­lier de Ras Je­dir.

Dans une dé­cla­ra­tion pu­bliée, hier, le par­ti ex­horte le gou­ver­ne­ment à dia­lo­guer avec la par­tie li­byenne pour trou­ver les so­lu­tions ap­pro­priées dans les plus brefs dé­lais et évi­ter le pro­lon­ge­ment de la crise.

Le par­ti met en garde contre les consé­quences de ce ma­rasme sur l’éco­no­mie lo­cale et na­tio­nale qui "pour­rait conduire à la vio­lence", condam­nant toutes les formes de pro­tes­ta­tion non pa­ci­fiques. Afek Tounes ap­pelle toutes les par­ties po­li­tiques et com­po­santes so­ciales à se fo­ca­li­ser da­van­tage sur les dos­siers éco­no­miques afin de re­don­ner confiance aux ci­toyens et de trou­ver des so­lu­tions ef­fi­caces aux dif­fi­cul­tés dont souffrent les en­tre­prises na­tio­nales.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.