Woo­dy Al­len contraint de faire une pause

Le Temps (Tunisia) - - MAGAZINE -

Alors que son der­nier film – le 48e – A Rai­ny Day In New York, de­vrait sor­tir aux Etats-unis avant la fin de l’an­née, Woo­dy Al­len prend une pause pour la pre­mière fois de­puis 1981. Alors que le ci­néaste avait pour ha­bi­tude de pro­duire un film par an, au­cun n’est pré­vu pour 2019.

Si un ac­cord a été si­gné avec Ama­zon pour trois films en­core après A Rai­ny Day In New York - ac­cord qui pour­rait tout à fait être rom­pu, si l’on en croit le Hol­ly­wood Re­por­ter -, seul un pro­jet ap­pa­raît sur IMDB comme étant en pré-pro­duc­tion pour 2020. Par ailleurs, cer­taines sources laissent en­tendre que le réa­li­sa­teur n'au­rait pas en­core ob­te­nu les fi­nan­ce­ments né­ces­saires pour en­trer en pro­duc­tion: «Woo­dy aime tra­vailler. Il ne prend ja­mais de va­cances. Mais il pren­dra congé cette an­née jus­qu'à ce qu'il puisse trou­ver un fi­nan­ce­ment», rap­porte un té­moi­gnage.

Des va­cances for­cées qui se­raient la con­sé­quence di­recte des faibles au­diences des films de Woo­dy Al­len, d’une part, et du mou­ve­ment METOO, d’autre part. Ce der­nier est conduit no­tam­ment par le fils du ci­néaste, Ro­nan Far­row, qui a ra­layé les té­moi­gnages des vic­times d’har­vey Wein­stein et a rap­pe­lé à de mul­tiples re­prises que sa soeur Dy­lan avait ac­cu­sé Woo­dy Al­len de l’avoir agres­sée sexuel­le­ment lors­qu’elle était en­fant. Woo­dy a tou­jours eu de bons ac­teurs (...), mais avec METOO, il est de­ve­nu toxique.

L’évo­ca­tion de ce vieux dossier, pour­tant dé­jà bien connu de tous, a re­froi­di un cer­tain nombre de co­mé­diens. «Woo­dy a tou­jours eu de bons ac­teurs. Les stars ve­naient en nombre car ce­la leur don­nait du pres­tige, mais avec le mou­ve­ment METOO, il est [de­ve­nu] toxique», a dé­cla­ré un pro­duc­teur hol­ly­woo­dien. Plu­sieurs co­mé­diens, par­mi les­quels Ti­mo­thée Cha­la­met et Re­bec­ca Hall, ont dé­ci­dé de ver­ser le sa­laire qu’ils avaient tou­ché pour A Rai­ny Day in New York à di­verses oeuvres ca­ri­ta­tives pour les vic­times d’abus sexuels.

Avant même la naissance du mou­ve­ment METOO, Woo­dy Al­len ren­con­trait dé­jà de nom­breuses dif­fi­cul­tés pour fi­nan­cer ses films. C’est no­tam­ment la rai­son pour la­quelle il a beau­coup tour­né en Eu­rope ces der­nières an­nées.

«Ses films ne rap­portent rien», a com­men­té une source ano­nyme. « De­puis des an­nées, il passe d’un fi­nan­ce­ment à un autre. Il est même al­lé en Eu­rope. Mais il est à court d’op­tions. » Des dé­cla­ra­tions fer­me­ment niées par un por­te­pa­role du réa­li­sa­teur, qui as­sure que « rien de tout ce­la n'est vrai ».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.