Arith­mé­ti­que­ment, le re­ma­nie­ment de­vrait pas­ser comme une lettre à la poste

De­main, vote de confiance aux nou­veaux mi­nistres du gou­ver­ne­ment

Le Temps (Tunisia) - - LA UNE - Wa­lid KHEFIFI

L’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) tien­dra de­main (lun­di 12 no­vembre) une séance plé­nière consa­crée au vote de confiance aux nou­veaux membres du gou­ver­ne­ment nom­més dans le cadre du re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel par­tiel an­non­cé lun­di der­nier par le chef du gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed.

L’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP) tien­dra de­main ( lun­di 12 no­vembre) une séance plé­nière consa­crée au vote de confiance aux nou­veaux membres du gou­ver­ne­ment nom­més dans le cadre du re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel par­tiel an­non­cé lun­di der­nier par le chef du gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed.

Pour ob­te­nir la confiance de l’as­sem­blée, il est né­ces­saire de re­cueillir la ma­jo­ri­té ab­so­lue des membres (109 voix), confor­mé­ment à l’ar­ticle 140 du rè­gle­ment in­té­rieur de L’ARP. Ce­la pa­raît ac­quis si l’on fait une simple ad­di­tion des dé­pu­tés de blocs par­le­men­taires qui ont an­non­cé leur sou­tien au gou­ver­ne­ment for­mé par le pa­tron de la Pri­ma­ture. Le mou­ve­ment En­nahd­ha, qui dis­pose du pre­mier groupe par­le­men­taire (68 dé­pu­tés) a dé­jà an­non­cé qu’il vo­te­ra la confiance aux nou­veaux membres du gou­ver­ne­ment. Le par­ti is­la­miste a jus­qu’ici permis au chef du gou­ver­ne­ment, dont le dé­part est ré­cla­mé par son propre par­ti Ni­daa Tounes et l’union Gé­né­rale Tu­ni­sienne du Tra­vail (UGTT), a permis au chef du gou­ver­ne­ment de se res­ter en poste, en ar­guant de la né­ces­si­té de pré­ser­ver la sta­bi­li­té po­li­tique. Le groupe de la Coa­li­tion na­tio­nale, qui compte 68 dé­pu­tés, est ré­pu­té proche de Cha­hed et a dé­jà an­non­cé qu’il ap­puie le re­ma­nie­ment du gou­ver­ne­ment bien qu’au­cun de ses membres n’a ob­te­nu un por­te­feuille mi­nis­té­riel.

Le par­ti Ma­chrou Tounes (14 dé­pu­tés) vo­te­ra, lui aus­si, la confiance aux nou­veaux mi­nistres et se­cré­taires d’etat ; A eux seuls, ces trois groupes par­le­men­taires to­ta­lisent 122 voix. Mais, se­lon les pre­mières in­dis­cré­tions, une quin­zaine de dé­pu­tés de Ni­daa Tounes pour­raient aus­si vo­ter en fa­veur du re­ma­nie­ment mi­nis­té­riel. Le gel de l’adhé­sion du chef du gou­ver­ne­ment à Ni­daa Tounes ne fait pas en ef­fet l’una­ni­mi­té dans ce par­ti. Beau­coup de membres du par­ti vain­queur des élec­tions lé­gis­la­tives et pré­si­den­tielle de 2014 ont plai­dé ces der­niers mois pour une ré­con­ci­lia­tion entre les di­verses ailes du Ni­daâ et la ré­in­té­gra­tion de Yous­sef Cha­hed, sans ob­te­nir gain de cause.

Par ailleurs, plu­sieurs dé­pu­tés in­dé­pen­dants de­vraient ap­por­ter ac­cor­der leur confiance aux nou­veaux membres de l’exé­cu­tif.

Se­lon les es­ti­ma­tions de cer­tains ob­ser­va­teurs, pas moins de 135 dé­pu­tés de­vraient, au fi­nal, ap­prou­ver le re­ma­nie­ment, ce qui son­ne­ra comme un vote de confiance au gou­ver­ne­ment de Yous­sef Cha­hed.

Un re­ma­nie­ment tou­chant 13 mi­nis­tères et 5 se­cré­ta­riats d’etat avait été an­non­cé par le chef du gou­ver­ne­ment, qui a pré­ci­sé que ce jeu de chaises mu­si­cales vise à « for­mer une équipe gou­ver­ne­men­tale so­li­daire et res­pon­sable qui peut as­su­rer la sta­bi­li­té dans le pays, ré­soudre les ques­tions brû­lantes et sor­tir de la crise po­li­tique ». Mais le pré­sident de la Ré­pu­blique, Bé­ji Caïd Es­seb­si, a dé­jà fait sa­voir qu'il n'ap­prou­vait pas ce re­ma­nie­ment qui com­porte, se­lon lui, des vio­la­tions de la Consti­tu­tion comme la créa­tion de nou­veaux mi­nis­tères sans l’ob­ten­tion de l’aval du con­seil des mi­nistres. Le lo­ca­taire du pa­lais de Car­thage a ce­pen­dant in­di­qué, lors d’une confé­rence de presse te­nue mer­cre­di, qu’il ne blo­que­ra pas la dé­ci­sion du par­le­ment, as­su­rant qu’il s’ac­quit­te­ra de ses pré­ro­ga­tives consti­tu­tion­nelles en termes de pres­ta­tion de ser­ment et de pu­bli­ca­tion du dé­cret re­la­tif à l’avè­ne­ment gou­ver­ne­ment (re­ma­nié) dans le Jour­nal of­fi­ciel de la Ré­pu­blique Tu­ni­sienne (JORT), une fois la confiance lui au­ra été ac­cor­dée.

Jeu­di, le lo­ca­taire du Pa­lais de la Kas­bah s’est em­pres­sé de rec­ti­fier le tir en te­nant un con­seil des mi­nistres pour ava­li­ser la créa­tion de nou­veaux mi­nis­tères (mi­nis­tère en charge de la Fonc­tion pu­blique, de la mo­der­ni­sa­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion et des po­li­tiques pu­bliques, dé­si­gna­tion d’un mi­nistre au­près du chef du gou­ver­ne­ment char­gé de l’éco­no­mie so­ciale et so­li­daire). Il a éga­le­ment adres­sé à nou­veau la liste com­plète des nou­veaux membres du gou­ver­ne­ment au chef de l’etat

Rap­pe­lons que l’ar­ticle 92 de la Consti­tu­tion sti­pule que «le chef du gou­ver­ne­ment est com­pé­tent en ma­tière de créa­tion, mo­di­fi­ca­tion et sup­pres­sion des mi­nis­tères et des se­cré­taires d’etat, ain­si que la fixa­tion de leurs at­tri­bu­tions et pré­ro­ga­tives, après dé­li­bé­ra­tion du Con­seil des mi­nistres».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.