Des écri­vains kai­roua­nais au por­tillon de la lit­té­ra­ture francophone

Nou­velle pa­ru­tion

Le Temps (Tunisia) - - ARTS & CULTURE - Hech­mi KHALLADI

Ha­bib Fal­foul est un écri­vain bi­lingue (arabe et fran­çais). Il est pré­sident du Club de la fran­co­pho­nie à l’union des Ecri­vains Tu­ni­siens. Il est l’au­teur de plu­sieurs ou­vrages ayant dé­jà à son par­cours un ro­man en langue arabe pa­ru en 2012, trois autres en langue fran­çaise pa­rus res­pec­ti­ve­ment en 2013(L’éter­nel Re­tour à la terre), en 2014 (La der­nière tra­ver­sée) et en 2017 (So­lu­tion d’at­tente in­avouée).

Il est éga­le­ment es­sayiste, ayant pu­blié en 2011 un es­sai in­ti­tu­lé « la ci­vi­li­sa­tion oc­ci­den­tale : mythes et li­mites » et en 2016 il signe son deuxième es­sai en arabe « La lit­té­ra­ture tu­ni­sienne francophone » et une an­tho­lo­gie in­ti­tu­lée « La verve poé­tique de Ja­lal El Mokh » pa­rue en 2017. Au­jourd’hui, il s’in­té­resse en­core une fois à la lit­té­ra­ture tu­ni­sienne francophone en se pen­chant es­sen­tiel­le­ment sur les écri­vains et les poètes kai­roua­nais d’ex­pres­sion fran­çaise. Il s’agit de son nou­veau livre pu­blié ré­cem­ment « Les écri­vains kai­roua­nais fran­co­phones ».

Le livre as­sez vo­lu­mi­neux com­prend deux par­ties dis­tinctes : la pre­mière, in­ti­tu­lée « Mo­nu­ments ara­bo-mu­sul­mans » où l’au­teur donne un aper­çu his­to­rique sur la ville de Kai­rouan, sa Grande Mos­quée, la Mos­quée aux Trois Por­tails, Mau­so­lée de l’imam Souh­noun, Ma­ra­bout Si­di Abid Ghe­ria­ni, Si­di Amor Aba­da, Le Bas­sin des Agh­la­bides, Bir Bar­rou­ta, les Rem­parts de Kai­rouan et d’autres mo­nu­ments his­to­riques non moins im­por­tants. Cette pre­mière par­tie contient des pho­tos (mal­heu­reu­se­ment en noir et blanc) re­pré­sen­tant les dif­fé­rents lieux ci­tés. La deuxième par­tie, la prin­ci­pale, com­porte les noms des écri­vains fran­co­phones kai­roua­nais, leurs bio­gra­phies, leurs oeuvres lit­té­raires. Il énu­mère donc tous les écri­vains, hommes et femmes, en no­tant les par­ti­cu­la­ri­tés de l’écri­ture de cha­cun, le conte­nu de leurs oeuvres, ci­tant sou­vent cer­tains pas­sages ou ex­traits de leurs pro­duc­tions res­pec­tives. A vrai dire, ces écri­vains sont si nom­breux qu’on ne peut pas les ci­ter tous, mais nous nous bor­ne­rons d’en in­di­quer quelques noms men­tion­nés dans ce livre. L’au­teur nous pré­sente en­vi­ron une cin­quan­taine de noms d’écri­vains kai­roua­nais d’ex­pres­sion fran­çaise, dont plus de trente écri­vains hommes, le reste étant des écri­vains femmes. Par­mi les noms ci­tés par l’au­teur, on re­trouve, entre autres, Has­sou­na Mos­ba­hi, Ha­tem Ka­roui, Ah­med Toui­li, Ab­del­wa­hab Bou­ha­di­ba, Hé­di Ti­mou­mi, Ah­med Ki­la­ni, Sla­hed­dine Ke­chrid, Ab­del­ja­lil Te­mi­mi, Mo­ha­med Sah­bi Bas­ly, Ched­lia Bou­ha­fa,, Ay­da Fal­foul, Az­za Fi­la­li, Dor­ra Ba­rhou­mi, Rim El Am­ri.

Ce livre, peut-on lire dans l’in­tro­duc­tion de l’au­teur, est la suite du livre pré­cé­dent « La lit­té­ra­ture tu­ni­sienne francophone » pu­blié par l’au­teur lui-même en 2016 ; il vise à mon­trer les spé­ci­fi­ci­tés de la lit­té­ra­ture francophone de Kai­rouan et de ses écri­vains qui sont im­bus de leur ori­gine ara­bo-mu­sul­mane, at­ta­chés à leur ville sainte et à son his­toire glo­rieuse et fiers de leurs tra­di­tions an­ces­trales tou­jours constantes jus­qu’à nos jours. Par ailleurs, ce livre n’est pas un simple in­dex ou ré­per­toire des écri­vains kai­roua­nais et de leurs oeuvres en langue fran­çaise, loin s’en faut, mais il cherche à mon­trer la ri­chesse de la culture francophone dans cette ville pour­tant re­con­nue être ara­bo-mu­sul­mane et grande pro­tec­trice de la langue arabe, mon­trant ain­si à quel point les let­trés, les in­tel­lec­tuels et les hommes culti­vés de cette ville sont ou­verts sur les cultures de l’oc­ci­dent, no­tam­ment celle de la France et la langue fran­çaise, dans la­quelle ils ont écrit des oeuvres très im­por­tantes.

Ces écri­vains kai­roua­nais fran­co­phones, se­lon l’au­teur, se sont ex­pri­més dans la langue de Mo­lière dans les dif­fé­rents genres lit­té­raires (poé­sie, ro­mans, théâtre, nou­velle, conte, es­sai…) et dans toutes les autres dis­ci­plines : l’his­toire, la tra­duc­tion, la science, le jour­na­lisme…) Le dé­no­mi­na­teur com­mun de ce monde d’écri­vains fran­co­phones est leur ap­par­te­nance à cette ville sainte, à ce mi­lieu ara­bo­mu­sul­man, en ac­cor­dant une cer­taine pré­fé­rence à l’écri­ture dans la langue fran­çaise.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.