Vers une grève gé­né­rale dans les éta­blis­se­ments pu­blics de san­té

Les mé­de­cins, phar­ma­ciens et den­tistes en co­lère

Le Temps (Tunisia) - - LA UNE - Wa­lid KHE­FI­FI

■ La réunion de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive du syn­di­cat gé­né­ral des mé­de­cins, phar­ma­ciens et chi­rur­giens-den­tistes de la san­té pré­vue le 22 dé­cembre de­vrait lan­cer un mot d’ordre de grève gé­né­rale

■ Le syn­di­cat ré­clame des aug­men­ta­tions sa­la­riales de 100%, la re­va­lo­ri­sa­tion des ho­no­raires des heures de garde et l’adop­tion du pro­jet de loi re­la­tif à la res­pon­sa­bi­li­té mé­di­cale

• La réunion de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive du syn­di­cat gé­né­ral des mé­de­cins, phar­ma­ciens et chi­rur­giens-den­tistes de la san­té pré­vue le 22 dé­cembre de­vrait lan­cer un mot d’ordre de grève gé­né­rale

• Le syn­di­cat ré­clame des aug­men­ta­tions sa­la­riales de 100%, la re­va­lo­ri­sa­tion des ho­no­raires des heures de garde et l’adop­tion du pro­jet de loi re­la­tif à la res­pon­sa­bi­li­té mé­di­cale

La réunion de sa com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive du syn­di­cat gé­né­ral des mé­de­cins, phar­ma­ciens et chi­rur­giens-den­tistes de la san­té pu­blique, pré­vue le 22 dé­cembre, de­vrait abou­tir au lan­ce­ment d’un mot d’or­drede grève gé­né­rale dans les éta­blis­se­ments pu­blics de san­té (EPS), en signe de pro­tes­ta­tion contre le re­fus du mi­nis­tère de la San­té pu­blique de sa­tis­faire les re­ven­di­ca­tions du cadre mé­di­cal et de la pri­va­ti­sa­tion à marche for­cée du sys­tème na­tio­nal de san­té. «La réunion de la com­mis­sion ad­mi­nis­tra­tive de­vrait dé­cré­ter une grève gé­né­rale sec­to­rielle, tant la grogne ne cesse de s’am­pli­fier contre la mar­gi­na­li­sa­tion mé­de­cins, des phar­ma­ciens et des chi­rur­giens-den­tistes exer­çant dans le sec­teur pu­blic», a dé­cla­ré le Dr Mo­ha­med Hé­di Souis­si, se­cré­taire gé­né­ral du syn­di­cat rat­ta­ché à l’union Gé­né­rale Tu­ni­sienne du Tra­vail (UGTT).

«Nous sommes au­jourd’hui convain­cus que le re­fus des au­to­ri­tés de tu­telle d’amé­lio­rer la si­tua­tion ma­té­rielle des mé­de­cins se si­tue dans le cadre d’un plan de dé­man­tè­le­ment du sys­tème pu­blic de san­té dans un pre­mier temps et des cli­niques pri­vées tu­ni­siennes dans une phase ul­té­rieure, en pré­lude à l’ar­ri­vée des hô­pi­taux pri­vés qui s’ap­puie­ront sur un per­son­nel mé­di­cal low­cost ori­gi­naire de cer­tains pays asia­tiques», a-til ajou­té.

Le syn­di­cat gé­né­ral des mé­de­cins, phar­ma­ciens et chi­rur­giens-den­tistes de la san­té pu­blique ré­clame no­tam­ment des aug­men­ta­tions sa­la­riales de 100% au moins au pro­fit des mé­de­cins exer­çant dans les éta­blis­se­ments pu­blics, afin de li­mi­ter les «écarts énormes» avec le sec­teur pri­vé ain­si que la re­va­lo­ri­sa­tion des émo­lu­ments des heures de garde et de tra­vail de nuit.

La ma­jo­ra­tion des sa­laires est des­ti­née à li­mi­ter l’exode mas­sif des mé­de­cins exer­çant dans le sec­teur pu­blic vers le sec­teur pri­vé ain­si que l’émi­gra­tion des blouses blanches vers d’autres pays, où les ré­mu­né­ra­tions sont sans com­mune me­sure avec celles pra­ti­quées en Tu­ni­sie. Se­lon les cal­culs du syn­di­cat, en­vi­ron 60 mé­de­cins quittent la Tu­ni­sie chaque mois, en signe de pro­tes­ta­tion contre la dé­té­rio­ra­tion de leur si­tua­tion mo­rale et ma­té­rielle.

Le syn­di­cat im­pute cette hé­mor­ra­gie à plu­sieurs fac­teurs, dont les sa­laires bas, la mul­ti­pli­ca­tion des agres­sions ci­blant le corps mé­di­cal et la dé­té­rio­ra­tion des in­fra­struc­tures et des équi­pe­ments mé­di­caux dans les hô­pi­taux. Un mé­de­cin exer­çant dans le sec­teur pu­blic touche en ef­fet entre 1800 et 2800 di­nars en fonc­tion de son grade et de sa spé­cia­li­té.

La ré­mu­né­ra­tion de l’heure de garde d’un mé­de­cin ré­sident va­rie, quant à elle entre 440 mil­limes et cinq di­nars se­lon les spé­cia­li­tés !

Le syn­di­cat re­ven­dique, par ailleurs, l’adop­tion du pro­jet de loi re­la­tif à la res­pon­sa­bi­li­té mé­di­cale, qui a été dé­jà sou­mis au Par­le­ment, la ré­vi­sion du dé­cret n° 92-1206 du 22 juin 1992, por­tant or­ga­ni­sa­tion de l’ex­ploi­ta­tion des of­fi­cines de dé­tail afin de per­mettre l’ou­ver­ture de plus de 400 nou­velles of­fi­cines et la créa­tion de 2000 em­plois. Il de­mande, aus­si, l’an­nu­la­tion du nu­mé­rus clau­sus (nombre d’ha­bi­tants pris en consi­dé­ra­tion pour l’ou­ver­ture d’une nou­velle phar­ma­cie) et la ré­vi­sion des textes de lois re­la­tives aux fonc­tions phar­ma­ceu­tiques dans les éta­blis­se­ments pu­blics de san­té.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.