ILS ONT DIT:

Le Temps (Tunisia) - - PROXIMITE -

«Je lance un ap­pel au calme à l’at­ten­tion des syn­di­ca­listes de la Fé­dé­ra­tion gé­né­rale des en­sei­gnants du se­con­daire et aux en­sei­gnants en gé­né­ral, avec un re­fus to­tal de tout ce qui est de na­ture com­pro­mettre l’ave­nir de nos en­fants. Je m’adresse aux pro­fes­seurs, aux syn­di­ca­listes, aux fa­milles, qui se comptent par mil­lions, et aux élèves, pour leur dire que nous sommes pré­oc­cu­pés, nous ne sommes pas contents et nous avons peur pour l’ave­nir de nos en­fants et l’ave­nir de l’en­sei­gne­ment pu­blic. Nous sommes contre toute ac­tion qui pour­rait com­pro­mettre l’ave­nir des élèves» Nou­red­dine Bhi­ri (Pré­sident du bloc par­le­men­taire d’en­nahd­ha)

«Notre par­ti re­fuse les tra­vaux de l’ins­tance de la vé­ri­té et de la di­gni­té (IVD) ain­si que sa dé­ter­mi­na­tion à in­dem­ni­ser des per­sonnes qui ont pris les armes contre l’etat et dont cer­tains sont im­pli­quées dans l’af­faire de «l’eau de feu», à Bab Soui­ka. Par ailleurs, on pren­dra part au sit-in pré­vu 14 et 15 dé­cembre cou­rant. Un sit-in qui se tien­dra de­vant le siège de la Caisse de pré­voyance et de re­traite des avo­cats (CAPREA), sous le signe de «Sit-in du re­fus». Ob­jec­tif ? Ex­pri­mer notre re­fus ca­té­go­rique de la dé­ci­sion de L’IVD, re­la­tive à l’in­dem­ni­sa­tion de per­sonnes qu’elle consi­dère comme «vic­times», alors que par­mi elles, cer­taines ont pris les armes contre l’etat. Pour ce qui est de la plainte dé­po­sée à l’en­contre du chef du gou­ver­ne­ment, Yous­sef Cha­hed, le pa­quet a ou­vert une ins­truc­tion, a tra­duit la plainte de­vant la po­lice ju­di­ciaire, et on at­tend d’être convo­qués pour être en­ten­dus.» Abir Mous­si (Pré­si­dente du par­ti des­tou­rien libre)

« Les di­rec­teurs ré­gio­naux ont, à cette oc­ca­sion, pré­sen­té les dos­siers re­la­tifs à l’ac­cé­lé­ra­tion dans le trai­te­ment des dos­siers les plus ur­gents à l'ins­tar de la ré­gu­la­ri­sa­tion des quar­tiers construits sur des ter­rains do­ma­niaux, l'oc­troi des ter­rains do­ma­niaux agri­coles au pro­fits des di­plô­més chô­meurs et autres se­lon une nou­velle ap­proche en co­or­di­na­tion avec les gou­ver­neurs ain­si que l'ac­cé­lé­ra­tion des tra­vaux d'avan­ce­ment de cer­taines nou­velles di­rec­tions ré­gio­nales qui se­ront ins­tal­lées l'an­née pro­chaine. Par ailleurs, il est né­ces­saire de pas­ser à la vi­tesse su­pé­rieure au vu des chal­lenges at­ten­dus pour la pro­chaine étape au ni­veau de notre dé­par­te­ment tant à l'échelle cen­trale et prin­ci­pa­le­ment sur le plan ré­gio­nal dans le but de boos­ter da­van­tage le pro­ces­sus de dé­ve­lop­pe­ment» Hé­di Mek­ni (Mi­nistre des Do­maines de l’etat et des Af­faires fon­cières)

«La ré­forme fis­cal est une pro­blé­ma­tique qui touche l’en­semble des autres ré­formes et faire des ju­ge­ments au­jourd’hui sur l’ef­fi­ca­ci­té des ré­formes au ni­veau de la fis­ca­li­té est pré­ma­tu­ré, sa­chant que la ré­forme est un pro­ces­sus et non pas un évé­ne­ment et ce pro­ces­sus ne consti­tue en au­cun cas la sup­pres­sion d’un ré­gime en le re­pla­çant par un autre. Ega­le­ment le gou­ver­ne­ment a in­tro­duit en pe­tites doses les re­com­man­da­tions qui ont étés dé­ga­gées par l’ordre des As­sises Na­tio­nale de la

Fis­ca­li­té de no­vembre 2014 au cours des­quelles une pré­sen­ta­tion des prin­ci­pales conclu­sions de la ré­forme fis­cale a été éla­bo­rée, une cin­quan­taine de me­sures qui touchent plu­sieurs as­pects tel que la le­vée du se­cret ban­caire, l’élar­gis­se­ment du champ d’ap­pli­ca­tion de la TVA, l’har­mo­ni­sa­tion à l’in­ter­na­tio­nal et biens d’autres me­sures one étés en­tre­prises. Aus­si, les condi­tions de mise en place de la ré­forme fis­cale étaient ex­trê­me­ment dif­fi­ciles en rai­son du contexte po­li­ti­co-éco­no­mique du pays qui était au bord d’une ex­plo­sion dans les an­nées 2013-2014 s’y ajoute la si­tua­tion des fi­nances pu­bliques qui était ca­tas­tro­phique avec un dé­fi­cit bud­gé­taire qui dé­pas­sait les 7%. Du coup, il fau­drait en­tre­prendre en toutes ur­gence des me­sures pour ren­for­cer les res­sources propres en aug­men­tant cer­tains im­pôts et taxes mais aus­si ins­ti­tuer des contri­bu­tions conjonc­tu­relles.» Fay­cel Der­bal (Conseiller au­près du chef du gou­ver­ne­ment char­gé de la ré­forme fis­cale)

Ces dé­cla­ra­tions ont été ac­cor­dées à dif­fé­rents mé­dias

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.