Les pré­ci­sions de la CAF

Le Temps (Tunisia) - - SPORTS -

n’a pas ap­pli­qué le vo­let sanc­tion parce qu’on a te­nu compte de cer­tains fac­teurs. Il y un pays qui mo­bi­lise des moyens co­los­saux. Mais mal­heu­reu­se­ment, il y a des aléas liés aux états d’avan­ce­ment des chan­tiers. Donc, on ne va pas le pu­nir deux fois. Au jour d’au­jourd’hui, le Ca­me­roun est qua­li­fié. […] Si les Co­mores gagnent, le ré­sul­tat va jouer. […] Le Ca­me­roun n’est pas ex­clu. [...] Ils doivent se qua­li­fier sur le ter­rain", a as­su­ré le Con­go­lais. Si les Lions In­domp­tables ne perdent pas à do­mi­cile face aux Co­mores lors de la der­nière jour­née des qua­li­fi­ca­tions en mars pro­chain, ils va­li­de­ront donc leur billet pour la phase fi­nale.

La Gui­née pas ras­su­rée Moins de 24 heures après le lan­ce­ment of­fi­ciel de l’ap­pel à can­di­da­ture pour rem­pla­cer le Ca­me­roun, Oma­ri a par ailleurs ré­vé­lé qu’un pre­mier

Constant Om­ra­ni, 2ème vice-pré­sident de la CAF pos­tu­lant s’est ma­ni­fes­té et ce­lui-ci me par­ler d’une deuxième can­di­da­ture", est plu­tôt in­at­ten­du, puis­qu’il s’agit a in­di­qué le di­ri­geant, avant de du Con­go-braz­za­ville ! "Il y en a un confir­mer les pro­pos du pré­sident de qui a dé­jà écrit, le Con­go-braz­za­ville. l’ins­tance panafricaine, Ah­mad, qui a Notre se­cré­taire gé­né­ral ad­joint pro­po­sé en dé­but de se­maine de An­tho­ny Baf­foe m’a dit qu’il al­lait dé­ca­ler toutes les CAN suite au re­trait de l’or­ga­ni­sa­tion de 2019 au Ca­me­roun.

Du coup, la CAF sou­haite que le pays des Lions In­domp­tables ré­cu­père la CAN 2021, ini­tia­le­ment at­tri­buée à la Côte d’ivoire, qui de­vra pa­tien­ter deux ans de plus, jus­qu’en 2023. En toute lo­gique, le pays-hôte ini­tial de la CAN 2023, la Gui­née, risque donc de de­voir lui aus­si at­tendre jus­qu’en 2025. Au su­jet de l’édi­tion 2023, Oma­ri est res­té énig­ma­tique en dé­cla­rant tout de même : " Dans les ar­chives, ce dossier n’existe pas. Il y a eu une at­tri­bu­tion. Mais le dossier n’existe pas. Nous avons de­man­dé au se­cré­ta­riat de nous sor­tir le dossier de fond.". Rien de très ras­su­rant pour le pays de Na­by Kei­ta qui, comme d’autres, va conti­nuer de re­te­nir son souffle en at­ten­dant de connaître toutes les ré­per­cus­sions qu’au­ra ce re­trait de l’édi­tion 2019 au Ca­me­roun… l’édi­tion

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.