Il n'est pas en­core trop tard…

Ins­tan­ta­né

Le Temps (Tunisia) - - PROXIMITE - F.S.

Ni­daa Tou­nès n’a pas re­te­nu les le­çons des autres ex­pé­riences, au ni­veau de la lutte pour le pou­voir qui va de­ve­nir achar­née, au cours des mois à ve­nir, jus­qu’aux pro­chaines échéances élec­to­rales. Son al­liance contre­na­ture avec le mou­ve­ment En­nahd­ha et l’ar­ri­vée de Ha­fedh Caïd Es­seb­si à la tête de ce par­ti sont les sources de tous ses maux. Les échéances pas­sées ont dé­mon­tré que tous les par­tis qui s’al­lient au mou­ve­ment is­la­mistes sont brû­lés par les feux de la vo­lon­té de ce par­ti pour faire le vide au­tour de lui, ce qui est le cas, au­jourd’hui. La pé­riode de la Troï­ka a dé­mon­tré de quoi est ca­pable le mou­ve­ment is­la­miste. Il a la­mi­né d’abord le par­ti Et­ta­kat­tol pour le tra­vail et la li­ber­té de Mus­ta­pha Ben Jaa­far qui re­pré­sen­tait, alors, le prin­ci­pal con­cur­rent à la course au pou­voir, pour le ré­duire à néant… avec, seule­ment, un dé­pu­té, ac­tuel­le­ment, à l’as­sem­blée des re­pré­sen­tants du peuple (ARP), alors qu’il en comp­tait beau­coup plus. En pa­ral­lèle, il a in­suf­flé la fo­lie de gran­deur à l’an­cien pré­sident pro­vi­soire de la Ré­pu­blique, Mo­ha­med Mon­cef Mar­zou­ki, qui a per­du au change et pa­gaie, ac­tuel­le­ment, dans le vide. L’al­liance de Ni­daa Tou­nès avec le mou­ve­ment En­nahd­ha est la source de tous ses maux, comme, d’ailleurs, l’ont af­fir­mé nom­breux de ses res­pon­sables… puisque le mou­ve­ment is­la­miste l’a sa­bor­dé de toutes parts, pour qu’il perde plus de la moi­tié de ses dé­pu­tés. Tou­te­fois, Ni­daa a la chance de vvivre un chan­ge­ment to­tal de la conjonc­ture in­ter­na­tio­nale pour re­do­rer son bla­son, puisque l’exis­tence même du mou­ve­ment de Ra­ched Ghan­nou­chi dé­pend, au­jourd’hui, du de­gré de son adhé­sion aux orien­ta­tions du pré­sident Bé­ji Caïd Es­seb­si.

Mais, ce n’est pas avec un di­ri­geant comme Ha­fedh Caïd Es­seb­si que Ni­daa Tou­nès, un mou­ve­ment créé par la vo­lon­té de tout un peuple, pour faire obs­tacle à la mon­tée de l’ex­tré­misme re­li­gieux, que ce par­ti puisse re­naître de ses cendres.

La fu­sion de Ni­daa avec l’union pa­trio­tique libre (UPL) lui a don­né de nou­veaux es­poirs, mais, les der­nières dé­fec­tions de pas moins de sept de ses dé­pu­tés, avec la pos­si­bi­li­té d’autre dé­part, l’ont fait dé­chan­ter.

Le ver est dans le fruit et, pour faire face à la conjonc­ture et aux aléas, le par­ti de tous les Tu­ni­siens doit re­voir sa co­pie, dé­pas­ser ses di­ve­gences et réunir ses forces, sur­tout que le pré­sident de la Ré­pu­blique, com­pre­nant le dan­ger, pèse, ac­tuel­le­ment, de tout son poids pour ras­sem­bler les forces dé­mo­cra­tiques et pro­gres­sistes.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.