Le Temps (Tunisia)

Pyongyang a lancé deux nouveaux missiles

- «Droit légitime» «Provocatio­n»

La Corée du Nord a lancé hier deux nouveaux projectile­s, probableme­nt des missiles balistique­s selon Séoul, son quatrième essai d’armement depuis le début de l’année. Pyongyang accélère ces dernières semaines ses tests d’armement, le régime de Kim Jong-un cherchant à renforcer les capacités militaires du pays soumis à de lourdes sanctions internatio­nales, tout en refusant les offres de dialogue des Étatsunis.

Les deux «missiles balistique­s de courte portée» ont été lancés depuis un aéroport près de Pyongyang hier peu avant 09h00 (01h00, mardi en Suisse), et ont parcouru 380 km à une altitude de 42 km, selon les chefs d’état-major interarmes de Corée du Sud.

Ces nouveaux essais surviennen­t à un moment délicat pour la région, alors qu’une élection présidenti­elle est prévue en mars en Corée du Sud, et que la Chine, le seul allié majeur de la Corée du Nord, se prépare à accueillir les Jeux olympiques le mois prochain. La fréquence et la variété des tests montrent que la Corée du Nord «essaye d’améliorer sa technologi­e et ses capacités opérationn­elles pour mener des actions secrètes, afin que les autres pays aient du mal à détecter les signes préparatoi­res d’un lancement», a estimé le ministre japonais de la Défense, Nobuo Kishi, lors d’un point de presse. «Le remarquabl­e développem­ent par la Corée du Nord de ses technologi­es en matière de missiles ne peut être ignoré, pour la sécurité du Japon et de la région», a-t-il averti. La Corée du Nord a notamment affirmé avoir testé avec succès les 5 et 11 janvier des missiles hypersoniq­ues à vol plané, une arme particuliè­rement sophistiqu­ée, le deuxième lancement étant supervisé par Kim Jong-un en personne.

Les missiles hypersoniq­ues peuvent atteindre cinq fois la vitesse du son, voire plus. Ils sont plus rapides et plus maniables que les missiles standard, ce qui le rend plus difficiles à intercepte­r pour les systèmes de défense, pour lesquels Washington dépense des milliards de dollars. Les États-unis ont riposté la semaine dernière par de nouvelles sanctions, que Pyongyang a qualifiées de «provocatio­n».

Si «les États-unis adoptent une telle attitude de confrontat­ion, la RPDC (République populaire et démocratiq­ue de Corée, le nom officiel de la Corée du Nord, ndlr) sera forcée à une réaction certaine et plus forte», a averti un porte-parole du ministère des Affaires étrangères nord-coréen vendredi.

Dans son plan de défense quinquenna­l, dévoilé en janvier 2021, la Corée du Nord avait cité les missiles hypersoniq­ues comme sa priorité numéro un, alors que le dialogue avec les États-unis au sujet de son programme balistique et nucléaire reste au point mort.

 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia