Union du Magh­reb Arabe Le Roi Mo­ha­med VI fait-il re­naître l’es­poir ?

L'Economiste Maghrébin - - La quinzaine maghrébine - Par Mo­ha­med Gon­ta­ra

Dans son dis­cours pro­non­cé le 6 no­vembre 2018, à l’oc­ca­sion du 4ème an­ni­ver­saire de la Marche verte (1975), or­ga­ni­sée pour la ré­cu­pé­ra­tion du Sa­ha­ra, le mo­narque ché­ri­fien a pro­po­sé « la créa­tion d’un mé­ca­nisme po­li­tique conjoint de dia­logue et de concer­ta­tion » avec l’Al­gé­rie.

Le Con­seil de sé­cu­ri­té de l’ONU a dé­ci­dé, le 31 oc­tobre 2018, de re­nou­ve­ler pour six mois la mis­sion du Mi­nur­so (Mis­sion des Na­tions unies pour l’or­ga­ni­sa­tion d’un ré­fé­ren­dum au Sa­ha­ra Oc­ci­den­tal). Un re­nou­vel­le­ment de plus di­ront cer­tains qui ob­servent sans cesse des re­nou­vel­le­ments de cette Mis­sion de­puis sa créa­tion, en 1991, date de la mise en place de cette opé­ra­tion de main­tien de la paix com­po­sée d’un dé­ta­che­ment de quelque 230 mi­li­taires qui ob­servent nuit et jour les ac­ti­vi­tés sur le ter­rain (es­sen­tiel­le­ment les forces ma­ro­caines et celles de la RASD (Ré­pu­blique Arabe Sah­raouie Dé­mo­cra­tique) qui re­ven­diquent le ter­ri­toire de 266 000 km2, éva­cué par l’Es­pagne en 1976, ain­si que le ré­fé­ren­dum sur le sta­tut fi­nal de ce ter­ri­toire.

Un re­nou­vel­le­ment de plus dans la me­sure où ce qu’on ap­pelle le « conflit du Sa­ha­ra Oc­ci­den­tal », que le Ma­roc ap­pelle les Pro­vinces ma­ro­caines du Sud, n’a pas trou­vé de so­lu­tion, em­poi­son­nant la vie des Magh­ré­bins qui savent que l’Union du Magh­reb Arabe, lan­cée, en 1989, à Mar­ra­kech, ne fonc­tion­ne­ra vrai­ment nor­ma­le­ment qu’après sa ré­so­lu­tion.

On sait que le conflit op­pose le Ma­roc et l’Al­gé­rie. Ce der­nier pays re­ven­dique le droit du peuple sah­raoui à dis­po­ser d’un Etat au nom du prin­cipe du droit des peuples à l’au­to­dé­ter­mi­na­tion.

Le conflit, qui dure de­puis un peu plus de qua­rante ans, a connu des mo­ments très forts. Avec une agres­sion phy­sique sur­ve­nue au cours d’une réunion de l’ONU sur la dé­co­lo­ni­sa­tion, en mai 2017, celle du Co­mi­té des 24 en Nou­velle-Ca­lé­do­nie, un ter­ri­toire fran­çais dans la ré­gion du Pa­ci­fique Sud.

UN « STA­TUT D’AU­TO­NO­MIE »

L’Al­gé­rie, qui ac­cueille une bonne par­tie des di­ri­geants de la RASD à Tin­douf (com­mune al­gé­rienne si­tuée à 1460 km au sud d’Al­ger) re­fuse toute pro­po­si­tion autre que celle de l’in­dé­pen­dance du peuple sah­raoui.

Et donc à la pro­po­si­tion du Ma­roc, qui date de 2007, et qui en­tend ac­cor­der un « sta­tut d’au­to­no­mie » qui per­met­tra « aux po­pu­la­tions du Sa­ha­ra de gérer elles-mêmes et dé­mo­cra­ti­que­ment leurs af­faires ».

« Avec des or­ganes lé­gis­la­tif, exé­cu­tif et ju­di­ciaire do­tés de com­pé­tences ex­clu­sives », mais en spé­ci­fiant que l’Etat ma­ro­cain « conser­ve­ra ses com­pé­tences dans les do­maines ré­ga­liens ».

Les Ma­ro­cains vous disent qu’ils ne peuvent al­ler plus loin ; ce­la tou­che­rait à l’in­té­gri­té ter­ri­to­riale. Un consen­sus existe, à ce pro­pos, par­mi toutes les com­po­santes de la so­cié­té ma­ro­caine.

Que faire ? Pour l’heure, nombre d’ex­perts et de di­plo­mates qui connaissent le dos­sier vous di­ront qu’ils ne voient pas, du moins, dans l’état ac­tuel des choses de so­lu­tions réelles pour dé­pas­ser le conflit.

Reste qu’une nou­velle donne vienne de voir le jour. Une donne à la­quelle beau­coup s’ac­crochent. Il s’agit de ce nombre de com­men­ta­teurs ont ap­pe­lé la « main ten­due du Roi Mo­ha­med VI à l’Al­gé­rie ».

Dans son dis­cours pro­non­cé le 6 no­vembre 2018, à l’oc­ca­sion du 4ème an­ni­ver­saire de la Marche verte (1975), or­ga­ni­sée pour la ré­cu­pé­ra­tion du Sa­ha­ra, le mo­narque ché­ri­fien a pro­po­sé « la créa­tion d’un mé­ca­nisme po­li­tique conjoint de dia­logue et de concer­ta­tion » avec l’Al­gé­rie.

Une ini­tia­tive lan­cée à la veille de la te­nue (4 et 5 dé­cembre 2018), à Ge­nève, de pour­par­lers entre le Ma­roc, le Front Po­li­sa­rio (Front po­pu­laire de Li­bé­ra­tion de la Sa­guia el Ham­ra et du Rio de Oro), l’Al­gé­rie et la Mau­ri­ta­nie, en vue de re­lan­cer le pro­ces­sus de paix qui n’avance pas de­puis 2012

Laâyoune, ville du sud ma­ro­cain qui ac­cueille le quar­tier gé­né­ralde la Mi­nur­so

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.