Loi de Fi­nances 2019 Dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment Yous­sef Cha­hed Réactiver l’éco­no­mie, soi­gner le so­cial

Réactiver l’éco­no­mie, soi­gner le so­cial

L'Economiste Maghrébin - - Editorial -

Fu­tu­ra­lia 2018

Un ex­ploit à l’ac­tif de la Co­nect

La 22ème édi­tion de Futurallia, fo­rum d’af­faires spé­cia­li­sé dans la pro­mo­tion des re­la­tions in­ter­en­tre­prises à l’in­ter­na­tio­nal re­grou­pant des di­ri­geants d’en­tre­prises en quête de dé­ve­lop­pe­ment à l’in­ter­na­tio­nal et re­po­sant sur le prin­cipe de ren­dez-vous pré­pro­gram­més B/B, vient de se te­nir du 14 au 16 no­vembre 2018 à Tu­nis.

Le chef du gou­ver­ne­ment a pré­sen­té, sa­me­di, 24 no­vembre 2018, lors de la plé­nière consa­crée à la pré­sen­ta­tion du rap­port gé­né­ral au­tour du pro­jet de bud­get de l’Etat 2019, la dé­cla­ra­tion du gou­ver­ne­ment. Les deux in­ter­ven­tions du chef du gou­ver­ne­ment, le ma­tin et tard la nuit, ont re­vê­tu une di­men­sion, par­ti­cu­liè­re­ment po­li­tique, et in­sis­té sur les prio­ri­tés na­tio­nales pour l’an­née pro­chaine. En voi­ci les mo­ments forts.

Les pro­chaines élec­tions se tien­dront dans les dé­lais

Yous­sef Cha­hed a ré­ité­ré son at­ta­che­ment à pour­suivre le pro­ces­sus dé­mo­cra­tique et à ga­ran­tir le dé­rou­le­ment des pro­chaines échéances élec­to­rales dans les meilleures condi­tions. Dans ce sens, il a af­fir­mé l’en­ga­ge­ment du gou­ver­ne­ment à four­nir un cli­mat pro­pice pour le bon dé­rou­le­ment des élec­tions et ce en ap­por­tant tout le sou­tien né­ces­saire à l’Ins­tance su­pé­rieure in­dé­pen­dante pour les élec­tions (Isie).

Plai­doyer pour l’adop­tion de lois fon­da­men­tales

Yous­sef Cha­hed a ap­pe­lé les dé­pu­tés à tout faire pour adop­ter les lois dé­ter­mi­nantes pour la pour­suite de la tran­si­tion dé­mo­cra­tique. Par­mi celles-ci, il a ci­té la loi por­tant créa­tion de la Cour consti­tu­tion­nelle, la loi élec­to­rale et in­sis­té sur l’ur­gence d’exa­mi­ner les pro­jets de loi à ca­rac­tère fi­nan­cier sou­mis au par­le­ment.

Paix so­ciale

Le chef du gou­ver­ne­ment a mis en exergue l’im­por­tance de la paix so­ciale dans cette pé­riode et mis l’ac­cent sur les me­sures so­ciales for­mu­lées dans le pro­jet de loi de fi­nances 2019.

Re­ve­nant sur la grève gé­né­rale dans la fonc­tion pu­blique du 22 no­vembre 2018, le chef du gou­ver­ne­ment a af­fir­mé que le droit à la grève est ga­ran­ti, sa­luant l’UGTT pour le bon dé­rou­le­ment des pro­tes­ta­tions pa­ci­fiques.

Les ac­cu­sa­tions de coup d’Etat, une mas­ca­rade

« Le gou­ver­ne­ment conti­nue­ra à tra­vailler et ne se­ra en au­cun cas ébran­lé par les ac­cu­sa­tions de coup d’Etat », c’est en ces termes que Yous­sef Cha­hed a ré­pon­du à ses dé­trac­teurs, no­tam­ment Slim Ria­hi se­cré­taire gé­né­ral de Ni­daa, dans ce sens : « Ceux qui voient dans le re­tour à la lé­gi­ti­mi­té et à la Consti­tu­tion un putsch n’au­ront au­cun im­pact. C’est une mas­ca­rade ! Les dé­mo­crates ne croient qu’à la lé­gi­ti­mi­té consti­tu­tion­nelle où le peuple choi­sit li­bre­ment ses re­pré­sen­tants ».

Le chef du gou­ver­ne­ment a ain­si re­le­vé la fin de la crise po­li­tique à tra­vers le res­pect de la Consti­tu­tion mal­gré « les ten­ta­tives de cer­tains d’en­ve­ni­mer la si­tua­tion po­li­tique ».

Pour­suite de la lutte contre la cor­rup­tion

Le chef du gou­ver­ne­ment a in­di­qué à ce su­jet que le « pro­jet de loi de fi­nances pré­voit pas moins de 11 me­sures de lutte contre la cor­rup­tion ».

D’im­por­tantes me­sures so­ciales sont pré­vues

Yous­sef Cha­hed a ré­vé­lé que les me­sures so­ciales for­mu­lées dans le pro­jet de loi de fi­nances confirment l’in­ten­tion du gou­ver­ne­ment de so­lu­tion­ner cer­tains pro­blèmes.

« Nous avons de grands dé­fis à re­le­ver et de grandes prio­ri­tés à ré­gler mais les res­sources sont vrai­ment li­mi­tées », a-t-il dit avant d’ajou­ter : « La dé­té­rio­ra­tion du pou­voir d’achat, le chô­mage, et d’autres maux so­ciaux sont les consé­quences de plu­sieurs pro­blèmes qui se sont ac­cu­mu­lés. Nous avons es­sayé de trou­ver des so­lu­tions à tra­vers ce pro­jet de loi de fi­nances et qui concernent no­tam­ment la né­ces­si­té de consom­mer les pro­duits tu­ni­siens, l’amé­lio­ra­tion de la si­tua­tion de cer­tains en­sei­gnants très mal payés et ce en dé­pit des dif­fi­cul­tés des fi­nances pu­bliques. Nous avons aus­si pris des me­sures en fa­veur du sec­teur de la San­té pu­blique. Nous avons 22 uni­tés sa­ni­taires dans plu­sieurs ré­gions in­té­rieures prêtes sur tous les plans mais qui ne fonc­tionnent tou­jours pas faute de res­sources hu­maines ».

A cause de la crise po­li­tique la crois­sance n’était pas au ren­dez vous

Yous­sef Cha­hed a im­pu­té la faible crois­sance de l’éco­no­mie du pays à la crise po­li­tique :

« A cause de la crise po­li­tique, la Tu­ni­sie n’a pu réa­li­ser un taux de crois­sance éle­vé au cours de cette an­née », a es­ti­mé di­manche tard au soir le chef du gou­ver­ne­ment.

« Nul ne peut nier les ré­per­cus­sions de cette crise sur les in­dices de crois­sance. On au­rait dû réa­li­ser un taux de crois­sance bien meilleur », a-t-il en­core sou­li­gné.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.