Des fi­nan­ce­ments à por­tée de main

L'Economiste Maghrébin - - Focus -

Les res­pon­sables tu­ni­siens en charge des pro­blèmes liés aux chan­ge­ments cli­ma­tiques ont in­té­rêt, do­ré­na­vant, à ces­ser de dé­plo­rer le manque de fi­nan­ce­ments. A cette fin, ils doivent s’in­for­mer de la dis­po­ni­bi­li­té, à l’échelle in­ter­na­tio­nale, d’im­por­tantes res­sources dé­diées à l’éco­no­mie verte.

Pour preuve, le Groupe de la Banque mon­diale a an­non­cé, le 3 dé­cembre 2018, qu’il por­te­ra ses in­ves­tis­se­ments ac­tuels sur cinq ans à en­vi­ron 200 mil­liards de dol­lars en fa­veur de l’ac­tion cli­ma­tique pour la pé­riode 2021/2025, dans le but d’ai­der les pays à en­ga­ger des me­sures am­bi­tieuses dé­diées au cli­mat.

Il s’agi­ra, no­tam­ment, d’amé­lio­rer la fia­bi­li­té des pré­vi­sions, des sys­tèmes d’alerte pré­coce et des ser­vices d’in­for­ma­tion sur le cli­mat afin d’ai­der quelque 250 mil­lions d’ha­bi­tants dans 30 pays en dé­ve­lop­pe­ment à mieux an­ti­ci­per les risques cli­ma­tiques.

Les in­ves­tis­se­ments at­ten­dus contri­bue­ront, par ailleurs, à dé­ployer des sys­tèmes de pro­tec­tion so­ciale plus ré­ac­tifs dans 40 pays et à fi­nan­cer des in­ves­tis­se­ments dans une agri­cul­ture cli­ma­to-in­tel­li­gente dans 20 pays.

Face aux ef­fets gran­dis­sants des chan­ge­ments cli­ma­tiques sur la vie et les moyens de sub­sis­tance des po­pu­la­tions, sur­tout les plus dé­mu­nies, ce nou­veau plan va consi­dé­ra­ble­ment ren­for­cer les me­sures de sou­tien à l’adap­ta­tion et à la ré­si­lience, ajoute la BM.

Il consti­tue éga­le­ment un chan­ge­ment d’échelle re­mar­quable des am­bi­tions de l’ins­ti­tu­tion, qui in­vite la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale à faire de même.

L’en­ve­loppe de 200 mil­liards de dol­lars se­ra com­po­sée pour moi­tié de fi­nan­ce­ments di­rects de la BM (BIRD/IDA), les 100 mil­liards res­tants étant consti­tués de fi­nan­ce­ments di­rects de la So­cié­té Fi­nan­cière In­ter­na­tio­nale (IFC) et de l’Agence Mul­ti­la­té­rale de Ga­ran­tie des In­ves­tis­se­ments (MIGA) ain­si que des fonds pri­vés mo­bi­li­sés par le Groupe.

Les ini­tia­tives ci­blées concer­ne­ront, no­tam­ment, trois sec­teurs clés. Dans le do­maine de l’éner­gie, il s’agit de la pro­duc­tion, l’in­té­gra­tion et la construc­tion d’in­fra­struc­tures d’éner­gies re­nou­ve­lables d’une puis­sance to­tale de 36GW et grâce à des me­sures d’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique, à la réa­li­sa­tion de 1,5 mil­lion de GWh d’éco­no­mies.

Pour les villes, 100 villes se­ront ai­dées dans l’amé­na­ge­ment de l’es­pace de ma­nière du­rable et sobre en car­bone et à op­ter pour un dé­ve­lop­pe­ment fa­vo­ri­sant les trans­ports en com­mun et le co­voi­tu­rage.

S’agis­sant de l’ali­men­ta­tion et l’uti­li­sa­tion des terres, le tra­vail se­ra axé sur l’op­ti­mi­sa­tion de la ges­tion in­té­grée des pay­sages dans une cin­quan­taine de pays pour une su­per­fi­cie at­tei­gnant jus­qu’à 10 mil­lions d’hec­tares de fo­rêts.

Cons­ciente que des mil­lions d’in­di­vi­dus dans le monde su­bissent dé­jà les consé­quences dra­ma­tiques de phé­no­mènes cli­ma­tiques toujours plus vio­lents, l’ins­ti­tu­tion a fait des pro­jets d’adap­ta­tion l’une de ses cibles prio­ri­taires.

En por­tant le sou­tien fi­nan­cier di­rect aux me­sures d’adap­ta­tion à près de 50 mil­liards de dol­lars par an pour la pé­riode 2021-25, le Groupe de la Banque mon­diale va, pour la pre­mière fois, leur ac­cor­der la même im­por­tance qu’aux in­ves­tis­se­ments vi­sant à ré­duire les émis­sions de gaz à ef­fet de serre.

Se­lon la di­rec­trice gé­né­rale de la BM, Kris­ta­li­na Geor­gie­va :“Le chan­ge­ment cli­ma­tique a des ef­fets dra­ma­tiques sur la sur­vie et les moyens de sub­sis­tance des po­pu­la­tions “. Et d’ajou­ter : ” Nous de­vons com­battre les causes du phé­no­mène, mais aus­si nous adap­ter à ses consé­quences qui touchent sou­vent de ma­nière dis­pro­por­tion­née les plus pauvres “.

C’est la rai­son pour la­quelle la Banque mon­diale s’en­gage à por­ter ses fi­nan­ce­ments cli­ma­tiques à 100 mil­liards de dol­lars, dont la moi­tié iront à la construc­tion d’ha­bi­ta­tions, d’écoles et d’in­fra­struc­tures plus adap­tées et à des in­ves­tis­se­ments dans une agri­cul­ture à l’épreuve du cli­mat, une ges­tion du­rable des res­sources en eau et des fi­lets so­ciaux adap­ta­tifs “, a-t-elle ajou­té.

Ces nou­veaux fi­nan­ce­ments se­ront ga­rants du ca­rac­tère sys­té­ma­tique des me­sures d’adap­ta­tion, sa­chant que la Banque mon­diale va mettre au point un sys­tème d’éva­lua­tion pour suivre les pro­grès réa­li­sés dans le monde et pous­ser à l’ac­tion.

Le Groupe de la Banque mon­diale s’at­ta­che­ra à exa­mi­ner chaque pro­jet en fonc­tion de son im­pact sur le cli­mat et à conce­voir des me­sures d’at­té­nua­tion adap­tées, mais aus­si à in­di­quer les chiffres bruts et nets d’émis­sions de gaz à ef­fet de serre et à ap­pli­quer à tous ses in­ves­tis­se­ments un prix du car­bone vir­tuel.

Pour ren­for­cer l’im­pact glo­bal à l’échelle des pays, la BM sou­tien­dra la prise en compte des en­jeux cli­ma­tiques dans la pla­ni­fi­ca­tion des po­li­tiques et la dé­fi­ni­tion des in­ves­tis­se­ments et dans les phases de mise en oeuvre et d’éva­lua­tion et ai­de­ra éga­le­ment une ving­taine de pays à ap­pli­quer et ac­tua­li­ser leurs contri­bu­tions na­tio­nales.

Il s’agit, éga­le­ment, de s’en­ga­ger da­van­tage aux cô­tés des mi­nis­tères des Fi­nances pour conce­voir et mettre en oeuvre des po­li­tiques trans­for­ma­trices re­po­sant sur des me­sures à faible in­ten­si­té de car­bone

Cen­trale so­laire Noor au Ma­roc

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.