CONFI­DENCES SUR LES DÉ­BUTS DE CAR­RIÈRE

7 Jours - - Télé -

«Nous avons par­lé des pre­miers em­plois de cha­cun. Le pre­mier em­ploi d’été d’Alexandre a été ce­lui de clown. Par la suite, il a es­sayé de par­ti­ci­per à la Course au­tour du monde, mais sa can­di­da­ture n’a pas été re­te­nue... Il s’est en­suite ins­crit à l’École de l’hu­mour, où ça n’a pas fonc­tion­né pour lui en tant qu’hu­mo­riste. Il a es­sayé en­suite d’être ad­mis en tant qu’au­teur, mais il a en­core été re­fu­sé.

À part une se­maine pas­sée dans une mer­ce­rie, Notre-Dame de Pa­ris a été le pre­mier vrai em­ploi de Ma­rie-Eve. Et en ce qui concerne Jean-Fran­çois, la tran­si­tion entre son bac en ac­tua­riat et ses dé­buts à l’École de l’hu­mour a été très dif­fi­cile pour lui. Di­plô­mé en ac­tua­riat, il n’ar­ri­vait pas à trou­ver de tra­vail. Il n’avait pas un sou, il ar­ri­vait à peine à man­ger, il ne pou­vait pas sor­tir avec ses amis parce qu’il n’avait pas d’ar­gent. Il a fi­ni par se dire qu’il était prêt à en fi­nir et il a son­gé au suicide. Fi­na­le­ment, il a dé­ci­dé de faire l’au­di­tion de la der­nière chance et il a été ac­cep­té à l’École de l’hu­mour. On sen­tait un ma­laise chez Alexandre. Ça le re­joi­gnait vu le suicide ré­cent de son fils. Alexandre et moi tra­vaillons d’ailleurs ac­tuel­le­ment à un do­cu­men­taire sur le suicide. J’ai pré­sen­té un extrait au sou­per. Il fal­lait voir la ré­ac­tion de Ma­rie-Eve, elle était ébran­lée...»

«DE­PUIS LE DÉ­PART DE SON FILS, ALEXANDRE S’EST ÉTOUR­DI. CE QU’IL A AC­COM­PLI DE­PUIS EST PHÉ­NO­MÉ­NAL! LE TEMPS DE SE PO­SER EST PEUT-ÊTRE AR­RI­VÉ POUR LUI…»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.