Éco­mar­ché de Be­res­ford: les portes fer­me­ront plus tard

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

L’Éco­mar­ché de Be­res­ford fer­me­ra deux se­maines plus tard que d’ha­bi­tude, à la de­mande des mar­chands. Dans le même temps, la Coopérative agroa­li­men­taire du Nord-Est pose ses ja­lons de fon­da­tion. Béa­trice Sey­mour

C’est le 30 sep­tembre que les portes du mar­ché vont se re­fer­mer sur sa sixième sai­son.

«Les fer­miers qui avaient des pro­duits d’au­tomne ont de­man­dé si c’était pos­sible de res­ter ou­vert plus long­temps. Nous es­pé­rons que l’acha­lan­dage se­ra suf­fi­sant pour jus­ti­fier les fins de semaine sup­plé­men­taires. En fin de semaine, il y a une ac­ti­vi­té (Ex­pé­rience Touche-à-tout) qui va sû­re­ment at­ti­rer du monde au mar­ché», avance Anne BardLa­vigne, la conseillère mu­ni­ci­pale de Be­res­ford qui siège au co­mi­té de l’Éco­mar­ché.

Les kiosques ont af­fi­ché com­plet cet été et les vi­si­teurs étaient au ren­dez-vous. Se­lon les res­pon­sables du mar­ché, 20% des mar­chands vendent de l’agroa­li­men­taire. Ils veulent pous­ser en­core plus l’offre dans ce do­maine.

La Coopérative agroa­li­men­taire du NordEst pour­rait pro­vo­quer cet ef­fet. L’ini­tia­tive, qui doit être en place l’an pro­chain, vise à ce que les fer­miers an­noncent leurs mar­chan­dises sur un site web, dans une sorte de ma­ga­sin vir­tuel, et prennent les com­mandes. Ils af­fichent à quel mar­ché les consom­ma­teurs pour­ront ré­cu­pé­rer leurs mar­chan­dises et à quelle date.

«Nous tra­vaillons sur les sta­tuts et rè­gle­ments de la nou­velle co­op et le plan d’af­faires. L’as­sem­blée de fon­da­tion est pré­vue le 19 no­vembre. D’ailleurs, nous par­ti­ci­pe­rons à l’ÉcoFes­ti­val de la Pé­nin­sule aca­dienne, la fin de semaine du 23 sep­tembre, pour com­men­cer le re­cru­te­ment des membres fon­da­teurs de la co­op», a ré­vé­lé Eu­gé­nie Bou­dreau, du co­mi­té pro­vi­soire.

La Ferme Terre Par­ta­gée, si­tuée à Ro­gers­ville, en a fait l’es­sai par trois fois à l’Éco­mar­ché cet été. Les ré­sul­tats ont été très concluants.

«C’était la pre­mière an­née où nous avions un sys­tème de com­mandes en ligne. Ça fa­ci­lite ex­trê­me­ment la tâche pour nous, sur­tout pour les gros pro­duits. Nous ven­dons des quar­tiers de co­chons, des poules, des de­mia­gneaux, alors c’est un moyen d’as­su­rer la vente et de ne pas su­bir de pertes im­por­tantes», ex­plique Ke­vin Ar­se­neau, le co­pro­prié­taire de la ferme.

Si Ke­vin Ar­se­neau constate une grande ou­ver­ture pour da­van­tage de fer­miers au mar­ché de Be­res­ford, il dé­tecte une cer­taine ré­ti­cence dans d’autres in­fra­struc­tures du genre.

«Les gens ont peur que si on di­vise la tarte en deux, trois ou quatre, avec des fer­miers qui vendent des pro­duits sem­blables, que ça va rendre les dé­pla­ce­ments moins ren­tables pour eux. C’est tout à fait le contraire. Je ne vois pas les autres fer­miers de la ré­gion comme étant de la con­cur­rence. Notre vraie con­cur­rence, ce sont les Wal-Mart, les So­beys, les Su­perS­tore, les Cost­co. Je dis que si nous pou­vons of­frir plus de pro­duits aux consom­ma­teurs, ils se­ront plus nom­breux à se dé­pla­cer et à ache­ter en­core plus.»

L’agri­cul­ture au Nou­veau-Bruns­wick gé­nère près de 600 mil­lions $ en re­cettes brutes et 1,5 mil­liard de dol­lars de re­ve­nus dé­cou­lant d’ac­ti­vi­tés à va­leur ajou­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.