Vers un pé­nu­rie de d’en­sei­gnants sup­pléants

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS -

Les ré­serves d’en­sei­gnants sup­pléants du Dis­trict sco­laire fran­co­phone Sud (DSF Sud) s’as­sèchent. Si rien n’est fait pour gon­fler les rangs, il risque d’y avoir de sé­rieux pro­blèmes au ni­veau du rem­pla­ce­ment des ef­fec­tifs d’ici les pro­chaines an­nées.

Les be­soins se font par­ti­cu­liè­re­ment sen­tir à Fredericton, à Mi­ra­mi­chi et à Saint-Jean. À l’école Sa­muel-de-Cham­plain de Saint-Jean, l’ar­ri­vée des ré­fu­giés sy­riens a entre autres per­mis de créer des postes de tu­to­rat en fran­çais à temps plein.

Les en­sei­gnants sup­pléants, en at­tente d’un contrat, ont été sol­li­ci­tés. En contre­par­tie, la banque de rem­pla­çants s’est vi­dée, et la ren­flouer dans un mi­lieu for­te­ment an­glo­phone est une tâche co­los­sale.

Le bon fonc­tion­ne­ment du sys­tème sco­laire néo-bruns­wi­ckois dé­pend lar­ge­ment des en­sei­gnants sup­pléants, sou­ligne la di­rec­trice gé­né­rale du DSF Sud, Mo­nique Bourque.

«L’an der­nier, à l’école Sa­muel-deC­ham­plain, il n’y a que trois jours sur le ca­len­drier sco­laire où il n’y a pas eu un be­soin d’en­sei­gnant sup­pléant. C’est la norme un peu par­tout. L’école compte une qua­ran­taine d’en­sei­gnants à temps plein au to­tal.»

Les sup­pléants ne rem­placent pas les en­sei­gnants qu’en cas de ma­la­die, ajoute-t-elle du même souffle.

«Nous of­frons de la for­ma­tion à nos en­sei­gnants lors de jours de per­fec­tion­ne­ment. Ça se passe du­rant la semaine de tra­vail, alors que les élèves sont à l’école. On doit avoir des gens pour les rem­pla­cer.»

Une pé­nu­rie d’en­sei­gnants sup­pléants au­rait donc un im­pact di­rect sur qua­li­té de l’en­sei­gne­ment aux élèves.

La di­rec­trice gé­né­rale voit le gouffre poindre à l’ho­ri­zon et veut prendre les grands moyens pour ré­gler la pro­blé­ma­tique. La mise sur pied d’une cam­pagne de re­cru­te­ment à grande échelle est consi­dé­rée.

Elle sou­haite d’ailleurs ren­con­trer des re­pré­sen­tants de l’Uni­ver­si­té de Monc­ton ain­si que de la Fa­cul­té des sciences de l’édu­ca­tion pour dé­ve­lop­per une stra­té­gie ga­gnante.

De 2011 à 2015, le nombre de di­plômes de pre­mier cycle dé­cer­nés en sciences de l’édu­ca­tion à l’Uni­ver­si­té de Monc­ton est pas­sé de 16 à 5, se­lon les don­nées ins­ti­tu­tion­nelles de l’uni­ver­si­té pour 2015-2016.

Mo­nique Bourque n’écarte pas l’idée d’éta­blir un par­te­na­riat avec l’As­so­cia­tion des en­sei­gnants fran­co­phone du Nou­veauB­runs­wick et de faire la pro­mo­tion de la pro­fes­sion d’en­sei­gnant dans les écoles se­con­daires de la pro­vince.

«On a plein d’idées, mais l’es­sen­tiel c’est d’en­cou­ra­ger les gens à consi­dé­rer al­ler en en­sei­gne­ment. C’est une belle pro­fes­sion, très va­lo­ri­sante.»

Mo­nique Bourque s’ex­plique en par­tie le dé­clin d’étu­diants en en­sei­gne­ment par de fausses ru­meurs. Se­lon le ra­con­tar qui cir­cule de­puis dé­jà plu­sieurs an­nées, le mar­ché de l’en­sei­gne­ment se­rait sur­sa­tu­ré. Rien de plus faux, sou­ligne la di­rec­trice gé­né­rale.

«Nous avons tou­jours eu de la place pour des en­sei­gnants. Il y a par­fois un cer­tain temps d’at­tente, mais pas chez nous, au DSF Sud, parce qu’on est en constante crois­sance.»

Elle es­time que les gens ont en­ten­du par­ler de com­pres­sions dans le sys­tème sco­laire, puis ils ont fait un lien non fon­dé avec un manque d’em­ploi dans l’in­dus­trie.

«Les pa­rents se sont pro­ba­ble­ment dit qu’il va­lait mieux que leurs en­fants aillent étu­dier dans un autre do­maine. Au­jourd’hui, on a be­soin da­van­tage de gens.»

Mo­nique Bourque es­père faire taire cette his­toire pour de bon.

«J’in­vite les jeunes à sé­rieu­se­ment consi­dé­rer une car­rière en en­sei­gne­ment. Se­lon moi, c’est la plus belle pro­fes­sion au monde.»

«Il n’y a presque plus d’étu­diants en édu­ca­tion qui sortent de l’Uni­ver­si­té de Monc­ton et ça risque d’être la même chose au cours des pro­chaines an­nées. On pour­rait étendre l’in­vi­ta­tion aux étu­diants des autres fa­cul­tés pour qu’ils y songent», a-t-elle dé­cla­ré aux membres du conseil d’édu­ca­tion du DSF Sud, mer­cre­di soir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.