By­ron doit en­core faire ses preuves

Acadie Nouvelle - - SPORTS -

Les ama­teurs de pool de ho­ckey ont pro­ba­ble­ment consta­té que plu­sieurs pu­bli­ca­tions spé­cia­li­sées hé­sitent à don­ner au­tant de points à Paul By­ron que les 43 qu’il a ac­cu­mu­lés en 2016-2017. Comme quoi pour le ra­pide et com­ba­tif at­ta­quant du Ca­na­dien de Mon­tréal, plus ça change, plus c’est pa­reil.

Loin de s’en for­ma­li­ser, By­ron a plu­tôt pas­sé beau­coup de temps en gym­nase pour don­ner plus de to­nus à son phy­sique, afin de pas­ser à tra­vers l’exi­geant ca­len­drier.

«Je me suis en­traî­né cinq jours par semaine avec les pré­pa­ra­teurs phy­siques de l’équipe, et ils ont conçu un pro­gramme d’en­traî­ne­ment vi­sant à m’as­su­rer de res­ter en san­té et de ne pas su­bir de bles­sure pen­dant la sai­son. L’ob­jec­tif n’était pas au­tant de gros­sir que de de­ve­nir plus fort pour ga­gner plus de ba­tailles à un contre un dans les coins contre des dé­fen­seurs de la trempe de Shea We­ber, et pour qu’il soit plus dif­fi­cile de m’éloi­gner de la ron­delle», a ex­pli­qué By­ron, qui fait os­cil­ler le pèse-per­sonne à 162 livres com­pa­ra­ti­ve­ment à 158 il y a un an.

Deuxième bu­teur chez le Ca­na­dien en 2016-2017 avec 22, et seul autre joueur après Max Pa­cio­ret­ty à avoir fran­chi ce pla­teau au sein de l’équipe, By­ron sait qu’il a li­vré un ren­de­ment au-de­là des at­tentes la sai­son der­nière. Tou­te­fois, ses pen­sées pen­dant l’entre-sai­son ont da­van­tage por­té sur la fin en queue de pois­son du Tri­co­lore que sur ses propres ex­ploits.

«La sen­sa­tion de dé­cep­tion en avril est pro­ba­ble­ment l’as­pect au­quel j’ai le plus pen­sé. Qu’est-ce que j’au­rais pu faire de plus pen­dant les sé­ries pour être meilleur? Qu’au­rions-nous pu faire, comme équipe, pour être meilleurs? De voir les Sé­na­teurs battre les Ran­gers et pas­ser à un but de par­ti­ci­per à la fi­nale de la coupe Stan­ley alors que nous au­rions pu être dans leur po­si­tion..., at-il énu­mé­ré.

Sur le plan per­son­nel, By­ron ne cache pas qu’il ai­me­rait re­pro­duire les sta­tis­tiques qu’il a amas­sées l’an der­nier.

Si je pou­vais at­teindre de nou­veau le pla­teau de 20 buts et ré­col­ter une ving­taine d’aides, il s’agi­rait d’une excellente an­née pour moi», es­time By­ron.

En cette pre­mière jour­née d’en­traî­ne­ment sur glace du Ca­na­dien de Mon­tréal, ven­dre­di à Bros­sard, les 60 joueurs pré­sents - Je­re­miah Ad­di­son est sur le car­reau en rai­son d’une bles­sure à l’épaule - ont été ré­par­tis dans deux groupes prin­ci­paux de 26 pa­ti­neurs cha­cun qui, à tour de rôle, sont pas­sés par la pa­ti­noire et la salle de vi­déo. La même re­cette se­ra em­ployée sa­me­di.

«Nous avons huit matchs pré­pa­ra­toires et une par­tie in­traé­quipe - di­manche après-mi­di au Centre Bell - et ça ne nous donne pas beau­coup de temps d’ici le dé­but de la sai­son pour avoir des en­traî­ne­ments et ap­por­ter les ajus­te­ments né­ces­saires, a ex­pli­qué Ju­lien.

«C’était plus im­por­tant pour moi de mettre l’ac­cent sur le sys­tème de jeu, les ajus­te­ments et ce que l’on re­cherche. Et comme nous au­rons des joueurs à La­val qui vont pra­ti­quer à peu près le même sys­tème, c’est im­por­tant pour nous de leur don­ner la chance de connaître nos at­tentes.»

Ce dé­but de nou­velle an­née per­met­tra à Ju­lien d’im­plan­ter son sys­tème de jeu de fa­çon beau­coup plus ap­pro­fon­die, ce que le temps ne lui per­met­tait pas de faire à son ar­ri­vée avec le Ca­na­dien à la mi-fé­vrier.

Ce pre­mier jour du camp d’en­traî­ne­ment du Ca­na­dien a aus­si per­mis à Ju­lien d’amor­cer ses pre­mières ex­pé­riences en ju­me­lant cer­tains nou­veaux ve­nus à des vé­té­rans, sur­tout à la ligne bleue, où se si­tuent

Dans un autre geste plu­tôt in­tri­gant, Ju­lien a pla­cé Vic­tor Mete, un jeune de 19 ans, à la gauche du vé­té­ran Shea We­ber. De là à croire que le porte-cou­leurs des Knights de Lon­don cogne dé­jà à la porte de la LNH, il y a un pas que l’en­traî­neur­chef du Ca­na­dien n’est évi­dem­ment pas prêt à fran­chir.

«En mi­lieu de sai­son, tu fais les ajus­te­ments né­ces­saires pour re­dres­ser l’équipe sans trop la bou­le­ver­ser. L’an der­nier, on a ap­por­té des ajus­te­ments qui étaient très im­por­tants. Main­te­nant, on a la chance d’ap­por­ter les autres ici, au camp d’en­traî­ne­ment.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.