... ain­si qu’à Dieppe

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Pa­trick La­celle pa­trick.la­celle@aca­die­nou­velle.com

Un pan d’histoire tombe à Dieppe.

Sears était l’un des prin­ci­paux lo­ca­taires du grand centre com­mer­cial de Dieppe. En fait, le dé­taillant ca­na­dien consti­tuait la deuxième plus grande sur­face (107 029 pieds car­rés) de la Place Cham­plain après Wal­mart (133 621 pieds car­rés).

Toys R Us est aus­si un grand ma­ga­sin de cette des­ti­na­tion du ma­ga­si­nage avec ses 31 140 pieds car­rés. Le géant de la vente de dé­tails de jouets a en­ta­mé en sep­tembre les pro­cé­dures pour se pro­té­ger de ses créan­ciers au Ca­na­da et aux États-Unis. Pour l’ins­tant, leurs ma­ga­sins restent ou­verts.

De ce point de vue, l’ave­nir du centre com­mer­cial de Dieppe ne semble pas très pro­met­teur. Or, le maire de l’en­droit, Yvon La­pierre, ne croit pas que la Place Cham­plain éco­pe­ra d’une trop lourde perte. Il reste même po­si­tif face à l’ave­nir du centre com­mer­cial.

«On a vu des chan­ge­ments conti­nuel­le­ment à la Place Cham­plain et se­lon ce qu’on me dit, ils ont une liste d’at­tente quand même as­sez longue. Je suis con­vain­cu que quel­qu’un vou­dra prendre cet es­pace-là à un mo­ment don­né. On sait aus­si que Ca­dillac Fair­view a ache­té tous les autres bâ­ti­ments au­tour d’eux dans les deux ou trois der­nières an­nées. C’est le plus gros joueur au Ca­na­da dans le sec­teur des centres com­mer­ciaux. Ils doivent cer­tai­ne­ment pla­ni­fier quelque chose», a confié M. La­pierre à l’Aca­die Nou­velle.

Pour le maire, la fer­me­ture de Sears était pré­vi­sible. Il a as­sis­té au cours des an­nées à une baisse d’acha­lan­dage du ma­ga­sin de Dieppe. Le sta­tion­ne­ment est en mau­vais état et les lam­pa­daires n’étaient plus en­tre­te­nus.

«Quand on re­garde le sta­tion­ne­ment com­pa­ra­ti­ve­ment au reste de la Place Cham­plain, c’est quand même… Nous on se plai­gnait aux gens de la Place Cham­plain parce qu’on re­ce­vait des plaintes. Les po­teaux sont rouillés… On leur en­voyait les plaintes, mais c’est un contrat dif­fé­rent du reste du centre com­mer­cial. Ils ne pou­vaient donc pas agir là-des­sus. Étant don­né la po­si­tion de la com­pa­gnie (Sears), l’en­droit où in­ves­tir, ce n’était pas dans l’as­phalte», a in­di­qué M. La­pierre.

S’il ne s’en fait pas trop pour l’ave­nir du centre com­mer­cial, le pre­mier ma­gis­trat de la ci­té aca­dienne se dé­sole pour les gens qui per­dront leur emploi.

«Le pire, c’est vrai­ment pour les em­ployés. Je connais­sais quand même quelques per­sonnes qui tra­vaillaient là. Dans cer­tains cas, ils sont à la re­traite main­te­nant, mais ça au­ra quand même un im­pact sur tout ce mon­de­là. Dans la si­tua­tion de faillite, les em­ployés sont sou­vent les der­niers en ligne pour al­ler cher­cher quelque chose avec la fer­me­ture.»

La li­qui­da­tion en pré­vi­sion de la fer­me­ture des ma­ga­sins Sears doit com­men­cer d’ici au 19 oc­tobre et du­rer de 10 à 14 se­maines.

Ca­dillac Fair­view, l’en­tre­prise pro­prié­taire de la Place Cham­plain, a re­je­té la de­mande d’en­tre­vue de l’Aca­die Nou­velle et s’est re­fu­sé à tout com­men­taire.

«En ma­tière d’em­pla­ce­ment, c’était vrai­ment un bel en­droit qui était un peu né­gli­gé.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.