Le pré­sident Trump évoque un ac­cord bi­la­té­ral de libre-échange avec le Ca­na­da

Acadie Nouvelle - - CANADA -

Le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump se dit prêt à conclure un ac­cord bi­la­té­ral de libre-échange avec le Ca­na­da si les né­go­cia­tions en­tou­rant l’Ac­cord de libre-échange nord-amé­ri­cain (ALÉNA), qui im­pliquent aus­si le Mexique, échouaient. La Presse ca­na­dienne

M. Trump a te­nu ces propos mer­cre­di dans le bu­reau ovale de la Mai­son-Blanche, au dé­but de sa ren­contre avec le pre­mier mi­nistre ca­na­dien Jus­tin Tru­deau. Ce voyage qui mè­ne­ra aus­si M. Tru­deau à Mexi­co coïn­cide avec la qua­trième ronde de re­né­go­cia­tion de l’ALÉNA qui se dé­roule à Alexan­dria, en Vir­gi­nie.

«C’est pos­sible que nous n’ar­ri­vions pas à une en­tente ni avec l’un ni avec l’autre», a dit M. Trump en ré­ponse aux ques­tions des jour­na­listes pen­dant la séance de pho­to, alors que le pre­mier mi­nistre Tru­deau était as­sis à ses cô­tés. «En at­ten­dant, nous fe­rons une en­tente avec un (des deux). Mais je pense que nous avons l’oc­ca­sion de faire quelque chose de très créa­tif qui se­ra bon pour le Ca­na­da, le Mexique et les États-Unis», a pour­sui­vi le pré­sident amé­ri­cain.

Aux jour­na­listes qui in­sis­taient, il n’a rien pré­ci­sé. «On ver­ra ce qui va ar­ri­ver», a-t-il lâ­ché, une fois de plus. Il a éga­le­ment conve­nu qu’il pour­rait conclure deux ac­cords bi­la­té­raux, l’un avec le Ca­na­da, l’autre avec le Mexique, si les né­go­cia­tions de l’ALÉNA se re­trou­vaient dans une im­passe.

Do­nald Trump a sou­vent ré­pé­té qu’il pré­fé­re­rait dé­chi­rer l’ALÉNA plu­tôt que de le re­né­go­cier, mais c’est la pre­mière fois qu’il évoque pu­bli­que­ment la pos­si­bi­li­té d’un ac­cord bi­la­té­ral avec le Ca­na­da.

Dans ce qui est de­ve­nu une brève mê­lée de presse, le pré­sident Trump a vou­lu sou­li­gner qu’il ne par­le­rait pas que de l’ALÉNA avec son hôte.

«Nous al­lons dis­cu­ter de dé­fense», a-t-il of­fert. «(Les Ca­na­diens) sont des al­liés ex­tra­or­di­naires et la dé­fense mu­tuelle est très im­por­tante. Et je sup­pose que nous dis­cu­te­rons aus­si d’of­fen­sive mu­tuelle», a-t-il ajou­té. On ne le dit pas as­sez sou­vent, se­lon lui, mais pas­ser à l’of­fen­sive fait par­tie de la dé­fense d’un ter­ri­toire, à son avis.

En ré­pon­dant à une autre ques­tion, il est re­ve­nu sur le prin­ci­pal dos­sier de sé­cu­ri­té in­ter­na­tio­nale qui pré­oc­cupe la pla­nète en ce mo­ment.

«Je pense que j’ai une at­ti­tude dif­fé­rente à propos de la Corée du Nord, com­pa­ra­ti­ve­ment à d’autres per­sonnes», a-t-il dit. «J’écoute tout le monde. Mais au bout du compte, mon at­ti­tude est celle qui compte. C’est comme ça que ça marche. C’est comme ça que le sys­tème fonc­tionne», a-t-il rap­pe­lé.

«Peut-être que je prends plus à coeur ce su­jet que d’autres per­sonnes, peut-être que mon at­ti­tude est plus dure (...) Au bout du compte, je fe­rai ce qui est juste pour les États-Unis et, vrai­ment, ce qui est juste pour le monde», a-t-il dé­cla­ré.

M. Tru­deau n’a ré­pon­du à au­cune des ques­tions des jour­na­listes. Il faut dire que seule la der­nière in­ter­ven­tion lui a été adres­sée. «On est en né­go­cia­tion, pré­sen­te­ment», a-t-il eu le temps de dire à propos de l’ALÉNA pen­dant que les jour­na­listes étaient re­fou­lés vers la porte.

Plus tôt mer­cre­di, Jus­tin Tru­deau a ren­con­tré un puis­sant groupe d’élus amé­ri­cains. Les lé­gis­la­teurs amé­ri­cains se sont le­vés et ont ap­plau­di à la fois l’ar­ri­vée et le dé­part du Ca­na­dien. Mais l’en­thou­siasme af­fi­ché à cette réunion au capitole dis­si­mu­lait les écueils en­tou­rant la conclu­sion d’une nou­velle ver­sion de l’ALÉNA.

Les par­ti­ci­pants à la réunion ont dé­cla­ré que le pre­mier mi­nistre Tru­deau avait dé­fen­du le sys­tème ca­na­dien de ges­tion de l’offre, mais qu’il avait aus­si fait l’ob­jet de pres­sions pour per­mettre un meilleur ac­cès aux im­por­ta­tions de pro­duits lai­tiers amé­ri­cains. Il a éga­le­ment été in­vi­té à li­bé­ra­li­ser les échanges de pro­duits cultu­rels et à sup­pri­mer les ex­cep­tions pré­vues à l’ac­cord ac­tuel.

Cer­tains lé­gis­la­teurs amé­ri­cains sont éga­le­ment in­quiets face aux pre­mières po­si­tions ra­di­cales prises par les né­go­cia­teurs de leur propre pays, que les dif­fé­rents groupes du mi­lieu des af­faires ont qua­li­fiées d’ir­réa­listes, en pré­ve­nant qu’elles pour­raient sa­bo­ter les pour­par­lers.

M. Tru­deau était au capitole avec des di­zaines de membres du puis­sant co­mi­té de la Chambre des re­pré­sen­tants qui su­per­vise les né­go­cia­tions com­mer­ciales.

«Les États-Unis vendent plus au Ca­na­da qu’à la Chine, au Ja­pon et au Royaume-Uni réunis, a dé­cla­ré M. Tru­deau dans son al­lo­cu­tion d’ou­ver­ture. Nous sommes dé­jà votre plus gros client.»

Cette vi­site se dé­roule alors que les pre­miers signes de dif­fi­cul­tés sur­viennent dans les né­go­cia­tions de l’ALÉNA, les grands groupes d’af­faires ex­pri­mant main­te­nant la crainte que l’ac­cord en vi­gueur de­puis 1994 puisse dis­pa­raître.

Jus­tin Tru­deau et Do­nald Trump, mer­cre­di, dans le bu­reau oval. − La Presse ca­na­dienne: Sean Kil­pa­trick

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.