L’as­sas­si­nat de Kim Jong-nam sem­blait pré­mé­di­té

Acadie Nouvelle - - MONDE -

Des images cap­tées par une ca­mé­ra de sur­veillance le jour du meurtre de Kim Jon­gnam, le de­mi-frère du dic­ta­teur nord-co­réen Kim Jong-un, montrent les deux ac­cu­sées qui s’en­fuient après le geste. Les images pré­sen­tées lors du pro­cès des deux femmes font voir M. Kim qui ar­rive à l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Kua­la Lum­pur le 13 fé­vrier. Une femme qui se­rait la Viet­na­mienne Doan Thi Huong ar­rive der­rière lui et place ses deux mains sur son vi­sage avant de prendre la fuite. La deuxième ac­cu­sée, l’In­do­né­sienne Si­ti Asiyah, n’est pas vi­sible, mais un po­li­cier, Wan Azi­rul Ni­zam Che Wan Aziz, a té­moi­gné qu’elle a été iden­ti­fiée comme la per­sonne qui s’en­fuit dans une autre di­rec­tion. M. Wan Azi­rul a ra­con­té au tri­bu­nal que Mme Huong était «agres­sive» et qu’elle ne s’est pas ex­cu­sée à M. Kim, comme elle l’avait fait à une autre per­sonne, deux jours plus tôt, lors de ce qui était pos­si­ble­ment une ré­pé­ti­tion de l’at­taque. D’autres images de sé­cu­ri­té montrent les deux femmes qui se pré­ci­pitent vers des salles de bain dif­fé­rentes, en te­nant leurs mains loin de leur corps. M. Wan Azi­rul a té­moi­gné que leurs mains sont en po­si­tion nor­male quand elles en res­sortent. Les pro­cu­reurs pré­tendent que les femmes sa­vaient qu’elles s’ap­prê­taient à tuer M. Kim avec l’agent neu­ro­toxique VX. Un ex­pert en armes chi­miques a ré­vé­lé que la sub­stance peut être éli­mi­née sé­cu­ri­tai­re­ment en se la­vant soi­gneu­se­ment les mains dans les 15 mi­nutes qui suivent une ex­po­si­tion. – AP

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.