Pour une Jour­née mon­diale des pauvres

Soeur Au­réa Cor­mier, Moncton Se­cré­taire de la confé­rence Mère Te­re­sa, So­cié­té de Saint-Vincent de Paul

Acadie Nouvelle - - MON OPINION -

Le pape Fran­çois a le don de ré­veiller les gens aux sombres réa­li­tés qui les en­tourent. En ef­fet, il pro­pose que cette an­née, le 19 no­vembre soit la Jour­née mon­diale des pauvres. C’est la pre­mière fois qu’une telle jour­née se­ra cé­lé­brée, mais le pape dé­sire que cette fête soit sou­li­gnée chaque an­née. Sa de­mande s’adresse non seule­ment aux ca­tho­liques, mais aux autres dé­no­mi­na­tions re­li­gieuses et à toutes les per­sonnes de bonne vo­lon­té. Il met en garde de ne pas seule­ment ai­mer les pauvres en pa­roles, mais en actes. Sou­vent, les per­sonnes en si­tua­tion de pau­vre­té se dé­battent seules, car elles n’ont pas d’ar­gent pour se payer un loyer conve­nable, man­ger adé­qua­te­ment et en­core moins, se payer des loi­sirs. Elles res­tent ha­bi­tuel­le­ment iso­lées à la mai­son, sans voi­sins et amis qui leur rendent vi­site. Pour faire une dif­fé­rence dans la vie des pauvres, plu­sieurs ac­tions peuvent être en­tre­prises. Par exemple, pour­quoi ne pas al­ler ren­con­trer ces per­sonnes aux en­droits où elles se trouvent, s’as­seoir avec elles et vé­ri­ta­ble­ment les écou­ter? En conver­sant avec elles au­tour d’une tasse de ca­fé et en pre­nant un pe­tit goû­ter, c’est sur­pre­nant ce qui pour­rait se pas­ser. Les pré­ju­gés à leur égard pour­raient bien tom­ber parce que l’on com­pren­drait mieux leur si­tua­tion et leur ma­nière de faire. La Jour­née mon­diale des pauvres est une belle oc­ca­sion pour ap­puyer fi­nan­ciè­re­ment les per­sonnes dans le be­soin ou en­core, les or­ga­nismes qui leur viennent en aide.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.