Om­ni­trax re­fuse de re­mettre le che­min de fer de Chur­chill en état

Acadie Nouvelle - - ÉCONOMIE -

Les 900 ha­bi­tants de Chur­chill, sur la baie d’Hud­son, au Ma­ni­to­ba, sont pri­vés de leur lien fer­ro­viaire de­puis le prin­temps à cause d’un li­tige entre Ot­ta­wa et la com­pa­gnie amé­ri­caine qui ex­ploite le che­min de fer. La com­pa­gnie Om­ni­trax, de Den­ver, au Co­lo­ra­do, a in­di­qué mar­di qu’elle son­geait à pour­suivre le gou­ver­ne­ment ca­na­dien en ver­tu de l’Ac­cord de libre-échange nord-amé­ri­cain (ALÉNA). Cette me­nace consti­tue le plus ré­cent cha­pitre dans une sa­ga qui vise à dé­ter­mi­ner qui est res­pon­sable de la rup­ture de ce lien fer­ro­viaire très im­por­tant pour la com­mu­nau­té éloi­gnée de Chur­chill, qui n’est pas ac­ces­sible par la route. De­puis de graves inon­da­tions au prin­temps der­nier, Om­ni­trax re­fuse de re­mettre en état son Che­min de fer de la baie d’Hud­son. Les ré­si­dants de Chur­chill doivent donc payer plus cher les pro­duits de base comme les car­bu­rants et les ali­ments, qui sont main­te­nant ache­mi­nés par avion. Om­ni­trax sou­tient que la dé­ci­sion d’Ot­ta­wa de mettre un terme au mo­no­pole de la Com­mis­sion ca­na­dienne du blé, en 2012, a ré­duit consi­dé­ra­ble­ment les trans­ports de cé­réales sur son che­min de fer qui se rend jus­qu’au port de Chur­chill, sur la baie d’Hud­son, puisque les pro­duc­teurs peuvent do­ré­na­vant uti­li­ser des che­mins de fer et des ports ca­na­diens plus au sud. Le pré­sident d’Om­ni­trax, Merv Tweed, est Ca­na­dien; il était dé­pu­té conser­va­teur d’ar­riè­re­ban lorsque le gou­ver­ne­ment de Ste­phen Har­per a pris cette dé­ci­sion en 2012. M. Tweed sou­tient au­jourd’hui qu’Ot­ta­wa a vio­lé une dis­po­si­tion de l’ALÉNA en fai­sant preuve de dis­cri­mi­na­tion en­vers Om­ni­trax, au pro­fit de concur­rents ca­na­diens. Om­ni­trax es­père ré­gler à l’amiable, mais est prête à in­ten­ter une pour­suite de 150 mil­lions $ si au­cun rè­gle­ment n’in­ter­vient. Ot­ta­wa, qui a dé­jà me­na­cé de pour­suivre Om­ni­trax pour avoir ces­sé d’en­tre­te­nir le che­min de fer, a sou­te­nu mar­di que l’en­tre­prise avait re­çu 18,8 mil­lions $ en sub­ven­tions fé­dé­rales il y a une di­zaine d’an­nées, à condi­tion qu’elle main­tienne en ser­vice le che­min de fer. Om­ni­trax plaide qu’elle n’a pas les moyens de dé­bour­ser les 43 mil­lions $ qui se­raient né­ces­saires pour ré­pa­rer le che­min de fer. L’en­tre­prise dis­cute par ailleurs avec des com­mu­nau­tés nor­diques pour leur cé­der la pro­prié­té du che­min de fer – une tran­sac­tion qui né­ces­si­te­rait l’aide du gou­ver­ne­ment. – La Presse ca­na­dienne

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.