Miss High School Ame­ri­ca: So­phie Du­guay joue­ra la carte de l’au­then­ti­ci­té

Âgée de 14 ans, So­phie Du­guay par­ti­ra à la conquête du titre Miss High School Ame­ri­ca à Little Rock, aux États-Unis.

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - Sé­bas­tien La­rocque se­bas­tien.la­rocque@aca­die­nou­velle.com

Le concours, qui se tien­dra dans la ca­pi­tale de l’État de l’Ar­kan­sas est l’un des plus ré­pu­tés en Amé­rique du Nord.

Il fait no­tam­ment par­tie du top-10 des meilleures com­pé­ti­tions de ce genre sur le con­tinent.

So­phie Du­guay se­ra une des 60 par­ti­ci­pantes dans la ca­té­go­rie High School à ten­ter de se rem­por­ter les grands hon­neurs. Dé­fi qu’elle a hâte de re­le­ver.

«Je ne suis pas stres­sée, in­dique celle qui a mé­ri­té le titre de Miss New Bruns­wick High School Ame­ri­ca en juillet 2017. Je crois être bien pré­pa­rée. Je sais à quoi m’at­tendre.»

Son cou­ron­ne­ment en juillet 2017 a fait en sorte qu’elle était au­to­ma­ti­que­ment qua­li­fiée pour l’épreuve maî­tresse.

Par ailleurs, en plus d’être la seule re­pré­sen­tante du Ca­na­da cette an­née, elle vou­dra réus­sir là où d’autres ont échoué avant elle.

Afin de le faire, elle de­vra par­ve­nir à se tailler une place au sein du top-15. Elle croit sa­voir comment faire.

«Il faut avoir un ha­bille­ment qui te re­pré­sente, ex­plique-t-elle. Ça pa­raît quand c’est faux et que ce n’est pas toi.»

L’au­then­ti­ci­té est donc la clé de la vic­toire.

«Le pa­geant au­quel je vais par­ti­ci­per est axé sur la per­son­na­li­té plu­tôt que la beau­té.»

Elle est aus­si d’avis que son ex­pé­rience lui se­ra gran­de­ment utile. So­phie s’in­té­resse aux concours de­puis 2013.

À QUELQUES DÉ­FI­LÉS DE LA VIC­TOIRE

Les étapes pour s’y rendre ne sont pas de tout re­pos.

Ce­la fait main­te­nant un an que So­phie se pré­pare pour la compétition.

Par­mi les cri­tères à res­pec­ter, il faut être en me­sure de dé­mon­trer son en­ga­ge­ment dans la com­mu­nau­té.

«J’ai fait beau­coup de bé­né­vo­lat. Il faut faire au moins deux actes de bé­né­vo­lat tous les mois.»

Elle s’est donc in­ves­tie du cô­té de la SPCA de Ship­pa­gan, dans les brunchs pour les en­fants ma­lades et dif­fé­rentes marches, dont celle pour l’Alz­hei­mer, no­tam­ment. Chose cer­taine, elle n’a pas le temps de s’en­nuyer.

Par-des­sus le bé­né­vo­lat, il y a sans contre­dit la pré­pa­ra­tion et le «coa­ching» qui prennent beau­coup de temps.

Elle a aus­si dû choi­sir une cause pour la­quelle elle de­vien­drait mi­li­tante. Elle a op­té pour BRAVE (Buil­ding res­pect and va­lues for eve­ryone), un or­ga­nisme qui sen­si­bi­lise la po­pu­la­tion à l’in­ti­mi­da­tion.

«De­puis que je suis jeune, je vois ça dans les écoles. Ça doit ar­rê­ter, ce n’est pas bien.»

Au fi­nal, elle se­ra ju­gée sur trois vo­lets dis­tincts: en­tre­vues avec les juges (40%), dé­fi­lé fa­shion (20%) et dé­fi­lé bal (40%).

LA FACE MÉ­CON­NUE

Con­trai­re­ment à l’opi­nion gé­né­ra­li­sée quant à ce genre d’évé­ne­ment, So­phie Du­guay y voit beau­coup de po­si­tif dans son quo­ti­dien.

«C’est bon pour l’es­time de soi, pour le cô­té ar­tis­tique des gens, pour l’art ora­toire et pour l’édu­ca­tion, aus­si.»

Des qua­li­tés qu’elle par­vient à trans­po­ser dans son mi­lieu sco­laire.

«Ça m’a ai­dée à des mo­ments où j’ai dû prendre la pa­role en pu­blic.»

Le concours se dé­rou­le­ra du 18 au 23 juin.

«Ja­mais une Ca­na­dienne n’a réus­si à se clas­ser à cet évé­ne­ment.»

So­phie Du­guay se­ra une des soixante par­ti­ci­pantes dans la ca­té­go­rie High School à ten­ter de rem­por­ter les grands hon­neurs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.