LES HOMARDIERS PASSENT LEUR MES­SAGE

Acadie Nouvelle - - LA UNE -

Plu­sieurs cen­taines de pê­cheurs de ho­mard de la Pé­nin­sule aca­dienne ont sou­li­gné leur mé­con­ten­te­ment en je­tant des ca­siers vides de­vant le Centre cultu­rel de Ca­ra­quet, l’édi­fice dans le­quel se trouve le bu­reau du dé­pu­té fé­dé­ral d’Aca­die-Ba­thurst, Serge Cor­mier.

Le geste po­sé par les homardiers lors de cet évé­ne­ment or­ga­ni­sé par l’Union des pê­cheurs des Ma­ri­times (UPM) se vou­lait sym­bo­lique.

Quelque 75 pê­cheurs de Mis­cou sont tou­chés par la fermeture ré­cente d’une im­por­tante zone de 1400 ki­lo­mètres car­rés dans le golfe du Saint-Laurent après que des ba­leines noires aient été ob­ser­vées dans la ré­gion. Ils doivent re­ti­rer leurs ca­siers de l’eau d’ici ven­dre­di à 17h. On craint d’autres an­nonces de fermetures tem­po­raires au cours des pro­chains jours.

«Si les ba­leines conti­nuent de se dé­pla­cer dans la baie des Cha­leurs, il y a un énorme risque de fermeture qui pour­rait af­fec­ter les pê­cheurs de Ca­ra­quet, de Pi­geon Hill… Ce ne se­ra pas seule­ment Mis­cou», dit Mar­tin Mal­let, di­rec­teur gé­né­ral par in­té­rim de l’UPM.

Se­lon Mar­tin Mal­let, les pê­cheurs sont en fa­veur de la pro­tec­tion des ba­leines noires, une es­pèce en voie de dis­pa­ri­tion, mais ils vou­draient que Do­mi­nic Le­Blanc, mi­nistre fé­dé­ral des Pêches et des Océans, prenne en compte leurs be­soins.

L’UPM au­ra droit à un autre tête-à-tête avec le mi­nistre Le­Blanc ven­dre­di. Le lieu de la ren­contre n’a pas été pré­ci­sé.

Des pê­cheurs pré­sents au ras­sem­ble­ment ont d’ailleurs pro­fi­té de la pré­sence des mé­dias pour ré­cla­mer la dé­mis­sion du mi­nistre Le­Blanc.

Mar­tin Mal­let n’est pas prêt à al­ler aus­si loin pour l’ins­tant.

«Au ni­veau de l’UPM, on veut pou­voir conti­nuer de tra­vailler avec le mi­nistre Le­Blanc. Je pense qu’il y a moyen de s’en­tendre à un mo­ment don­né. Il semble avoir de bonnes in­ten­tions, mais il aus­si de la mau­vaise in­for­ma­tion.» PÊ­CHEURS IN­QUIETS

La vie de Rus­sell Vi­bert, de Mis­cou, gra­vite au­tour de la pêche de­puis sa tendre jeu­nesse.

«Mon père, mon grand-père et mon ar­rière-grand-père étaient des pê­cheurs.»

En dé­but de se­maine, un avis a été émis par Pêches et Océans pour an­non­cer la fermeture tem­po­raire d’un mi­ni­mum de 15 jours de 10 qua­dri­la­tères de pêche entre Mis­cou et la Gas­pé­sie. Rus­sell Vi­bert est tou­jours sous le choc.

«Je n’au­rais pu ja­mais m’ima­gi­ner que la si­tua­tion avec les ba­leines noires tou­che­rait l’in­dus­trie de la pêche au ho­mard. Tout le monde nous di­sait que ça pour­rait ar­ri­ver, mais per­sonne ne le croyait vrai­ment jus­qu’à ce que ça ar­rive. Je n’y crois pas en­core. Je n’ai ja­mais en­ten­du par­ler d’une ba­leine qui s’est em­pê­trée dans de l’équi­pe­ment de pêche au ho­mard.»

À moins d’un avis contraire, M. Vi­bert et ses ho­mo­logues doivent le­ver les ca­siers ven­dre­di avant 17h. L’homme, qui donne des for­ma­tions de sécurité en mer, craint que les condi­tions ma­rines soient trop dan­ge­reuses.

«Il y a énor­mé­ment de vent ces temps-ci et la mer est hou­leuse. Ce ne se­rait pas sé­cu­ri­taire pour nous de re­ti­rer nos trappes dans ces condi­tions.»

Lors d’une confé­rence té­lé­pho­nique, jeu­di après-mi­di, Pêches et Océans Ca­na­da s’est mon­tré ou­vert à pro­lon­ger la date d’échéance si né­ces­saire.

«La sécurité des pê­cheurs est notre pré­oc­cu­pa­tion prin­ci­pale. Si les condi­tions em­pêchent les gens de re­ti­rer leurs ca­siers de fa­çon sé­cu­ri­taire, on changera la date», a dit Adam Burns, di­rec­teur gé­né­ral en ges­tion des res­sources ha­lieu­tiques.

M. Burns main­tient que les me­sures mises en place par Pêches et Océans com­bi­nées avec les li­mites de vi­tesse de na­vi­ga­tion im­po­sées par Trans­ports Ca­na­da de­meurent le meilleur moyen de pro­té­ger les ba­leines noires.

«Les me­sures ont un réel im­pact sur les pê­cheurs, les trans­for­ma­teurs et les com­mu­nau­tés du Ca­na­da at­lan­tique, mais les risques à long terme sont bien réels.»

Les ba­leines noires sont une es­pèce en voie de dis­pa­ri­tion. Il n’en res­te­rait que 450 dans le monde en­tier. Douze ba­leines ont été trou­vées mortes dans les eaux du golfe du Saint-Laurent en 2017. Des né­crop­sies ont per­mis de conclure que plu­sieurs dé­cès ont été cau­sés par l’em­pê­tre­ment avec de l’équi­pe­ment de pêche ou des col­li­sions avec de grands na­vires.

«De­puis le dé­but, on dit qu’il y a plu­sieurs op­tions pour co­ha­bi­ter avec les ba­leines. Il n’y a eu au­cune flexi­bi­li­té de la part du gou­ver­ne­ment pour conser­ver une pêche cô­tière cette sai­son.»

Des homardiers ont je­té des ca­siers vides de­vant le Centre cultu­rel de Ca­ra­quet, où se trouve le bu­reau du dé­pu­té fé­dé­ral Serge Cor­mier. - Aca­die Nou­velle: Da­vid Ca­ron

da­vid.ca­ron@aca­die­nou­velle.com @da­ca­die87

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.