Twit­ter ferme un compte hai­neux pa­ro­diant une dé­pu­tée li­bé­rale fé­dé­rale

Un compte Twit­ter se pré­sen­tant comme une pa­ro­die de la dé­pu­tée li­bé­rale fé­dé­rale Iq­ra Kha­lid a été fer­mé, ven­dre­di, après que cette der­nière eut por­té plainte en rai­son de men­tions dif­fa­ma­toires sur la re­li­gion mu­sul­mane, son pré­ten­du sou­tien à la cha­ria

Acadie Nouvelle - - CANADA - Mia Rabson La Presse ca­na­dienne

Iq­ra Kha­lid, qui a été, l’an der­nier, la cible de messages hai­neux et de me­naces de mort après avoir dé­po­sé une mo­tion condam­nant l’is­la­mo­pho­bie et le ra­cisme sys­té­mique avait de­man­dé à Twit­ter d’en­quê­ter sur le pro­fil sa­ti­rique.

Jeu­di, l’ad­mi­nis­tra­teur du compte a confir­mé avoir re­çu un aver­tis­se­ment de Twit­ter. Il avait alors mo­di­fié le nom d’uti­li­sa­teur, le pseu­do­nyme, la photo et la bio­gra­phie du pro­fil pour se confor­mer à la po­li­tique sur les comptes pa­ro­diques.

Tou­te­fois, en mi-jour­née ven­dre­di, il ne res­tait plus trace du compte contro­ver­sé sur Twit­ter.

Au to­tal, une cin­quan­taine de comptes sont re­liés sur Twit­ter par le mot-clic #pa­ro­dy­ca­bi­net et semblent avoir été créés par des dé­trac­teurs du gou­ver­ne­ment li­bé­ral de Jus­tin Tru­deau.

Bien que plu­sieurs de ces comptes se contentent de se mo­quer des mi­nistres ou de les cri­ti­quer, ce­lui qui ci­blait Mme Kha­lid met l’ac­cent sur ses ra­cines mu­sul­manes et l’ac­cuse de sou­te­nir des dji­ha­distes ou même la cha­ria.

Un autre compte qui pa­ro­die pour sa part le mi­nistre de l’Im­mi­gra­tion, Ah­med Hussen - lui aus­si mu­sul­man —, adopte la même ap­proche.

Mme Kha­lid, une dé­pu­tée d’ar­rière-ban qui re­pré­sente la cir­cons­crip­tion Mis­sis­sau­ga-Erin Mills, s’étonne d’avoir son propre compte sa­ti­rique étant don­né qu’elle n’est pas membre du ca­bi­net. Elle sou­tient qu’elle n’au­rait au­cun pro­blème avec ce der­nier... s’il res­tait dans les li­mites du co­mique.

«Tout le monde a le droit de dire ce qu’il pense, mais les li­ber­tés viennent avec des res­pon­sa­bi­li­tés et lorsque nous avons le pou­voir de nous ex­pri­mer, nous de­vrions le faire avec soin», a-t-elle ex­pli­qué en en­tre­vue avec La Presse ca­na­dienne.

«C’est dom­mage qu’ils pro­pagent des fausses nou­velles et sèment la peur et la di­vi­sion», a-t-elle ajou­té.

La po­li­ti­cienne se dit par­ti­cu­liè­re­ment trou­blée par une pu­bli­ca­tion is­sue du faux compte de son col­lègue Ah­med Hussen, où l’on a re­pris l’an­nonce de son bar­be­cue an­nuel, pré­vu ce wee­kend, en le re­bap­ti­sant «Évé­ne­ment BBQ ha­lal an­ti-ca­na­dien pro-is­la­mique».

«Je ne suis pas fâ­chée, in­siste la dé­pu­tée. C’est juste que je ne veux pas qu’on conti­nue de ré­pandre des in­for­ma­tions er­ro­nées.»

Le compte en ques­tion était sui­vi par plus d’un mil­lier d’abon­nés, dont au moins une cin­quan­taine étaient tou­te­fois eux aus­si des comptes sa­ti­riques.

Plu­sieurs comptes ont été sus­pen­dus ou ef­fa­cés de la pla­te­forme Twit­ter à la suite de plaintes, dont au moins deux pro­fils qui pa­ro­diaient la mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment Ca­the­rine McKen­na.

L’un d’entre eux a été fer­mé en juin puis­qu’il usur­pait pra­ti­que­ment l’iden­ti­té de Mme McKen­na. Ce cas avait sus­ci­té un dé­bat entre con­ser­va­teurs et li­bé­raux au su­jet de la li­ber­té d’ex­pres­sion.

Bon nombre de ces pro­fils ont mo­di­fié leurs pa­ra­mètres pour res­pec­ter la po­li­tique de Twit­ter et évi­ter d’être fer­més. n

Iq­ra Kha­lid a été élue sous la ban­nière li­bé­rale pour la pre­mière fois en 2015 dans une cir­cons­crip­tion on­ta­rienne. - Gra­cieu­se­té

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.