Une contra­ven­tion de l’Al­ber­ta… pour une femme de Ma­dran qui n’y a ja­mais mis les pieds

Acadie Nouvelle - - ACTUALITÉS - real.fra­dette@aca­die­nou­velle.com

L’in­ca­pa­ci­té d’une per­sonne de faire la dif­fé­rence entre un O et un D - et là, on ne parle pas de la té­lé-réa­li­té Oc­cu­pa­tion Double - au­rait pu coû­ter cher à une ré­si­dente de la ré­gion Cha­leur.

Cette his­toire est as­sez par­ti­cu­lière, mais elle vaut la peine d’être ra­con­tée.

En al­lant cher­cher son cour­rier il y a deux se­maines, Ma­de­leine Rous­selle, de Ma­dran, près de Ba­thurst, ne s’at­ten­dait cer­tai­ne­ment pas à re­ce­voir une lettre de la Force po­li­cière de Le­th­bridge, en Al­ber­ta.

Sur­tout qu’elle n’y a ja­mais mis les pieds! L’écrit men­tionne que le 14 oc­tobre, à 12h59, son vé­hi­cule à mo­teur au­rait été sur­pris au coin de Staf­ford Drive et de Block North à rou­ler à 65 km/h dans une zone de 50 km/h. Deux pho­tos ra­dar montrent l’ar­rière d’un vé­hi­cule de marque Hon­da de cou­leur fon­cée avec une plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion du Nou­veau-Bruns­wick.

Le nu­mé­ro de la plaque sem­blait coïn­ci­der en tout point avec celle de la voi­ture de Mme Rous­selle, qui conduit pour­tant une Che­vro­let Ma­li­bu blanche.

La contra­ven­tion exige un paie­ment de 120$, avec de pos­sibles frais de re­tard, et in­dique une convo­ca­tion en Cour pro­vin­ciale de l’Al­ber­ta, à Le­th­bridge, le mar­di 11 dé­cembre à 9h30.

C’est en re­gar­dant de plus près la deuxième pho­to - un plan gros­si de la plaque - qu’elle a consta­té l’er­reur entre le O de la der­nière lettre de la plaque du vé­hi­cule fau­tif, avec ses quatre coins ar­ron­dis, et le D de la der­nière lettre de la plaque de son au­to­mo­bile.

In­quiète, elle de­mande alors à son com­pa­gnon de vie, Gilles Poi­rier, de Ca­ra­quet, d’ap­pe­ler en Al­ber­ta - parce qu’il se dé­brouille mieux qu’elle en an­glais - afin d’avoir le fin mot de l’his­toire.

Après plu­sieurs ten­ta­tives in­fruc­tueuses - et même un ap­pel qui au­rait abou­ti quelque part aux États-Unis -, le couple a pen­sé qu’il pou­vait s’agir d’une nou­velle forme de fraude. Ils ont alors co­gné à la porte de la GRC, mais ils se sont fait ré­pondre que le dos­sier ap­par­te­nait ef­fec­ti­ve­ment à un ser­vice mu­ni­ci­pal de po­lice.

«Ma­de­leine n’est ja­mais al­lée en Al­ber­ta! Le plus loin qu’elle s’est ren­due, c’est à Mon­tréal», a ré­pé­té M. Poi­rier en mon­trant les do­cu­ments à l’Acadie Nou­velle.

La loi sti­pule que le pro­prié­taire des en­re­gis­tre­ments d’un vé­hi­cule est res­pon­sable de toute in­frac­tion au Code de la route au pays. Les pho­tos ra­dar peuvent dé­ter­mi­ner, à l’aide de la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion, le pro­prié­taire du vé­hi­cule en cause, mais elles ne peuvent prou­ver qui était au vo­lant du­dit vé­hi­cule.

Mal­gré toutes ces ter­gi­ver­sa­tions, l’his­toire n’a pas eu de plus fâ­cheuses consé­quences pour Ma­de­leine Rous­selle. La Force po­li­cière de Le­th­bridge a fi­na­le­ment ad­mis son er­reur au dé­but no­vembre.

Le billet de contra­ven­tion a été an­nu­lé et au­cune autre ac­tion ne se­ra prise contre la vic­time de cet im­bro­glio, lui a-t-on fait sa­voir dans un mes­sage trans­mis sur sa boîte vo­cale.

Tout est bien qui fi­nit bien? Pas tout à fait. Gilles Poi­rier de­mande main­te­nant à la po­lice al­ber­taine une lettre confir­mant l’er­reur afin de l’in­clure dans le dos­sier d’as­su­rance au­to­mo­bile de Mme Rous­selle. Le couple veut ain­si évi­ter toute confu­sion qui pour­rait éle­ver la prime à payer pour la pro­chaine an­née. ■

La contra­ven­tion en pro­ve­nance de l’Al­ber­ta que Ma­de­leine Rous­selle a re­çu, à sa grande sur­prise, en oc­tobre. - Gra­cieu­se­té

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.