Une athée conserve son mi­nis­tère au sein de l’Église unie du Ca­na­da

Acadie Nouvelle - - ÉDITORIAL - Co­lin Per­kel La Presse ca­na­dienne

Une mi­nistre qui se dit ou­ver­te­ment athée conser­ve­ra son poste dans sa congré­ga­tion de l’Église unie à To­ron­to. Gret­ta Vos­per et l’Église unie ont ré­glé leurs dif­fé­rends cette se­maine, avant un «pro­cès ec­clé­sias­tique» sans pré­cé­dent qui de­vait avoir lieu ce mois-ci, et qui au­rait pu se sol­der par le ren­voi de la mi­nistre du culte. Cer­tains fi­dèles par­laient d’un «pro­cès pour hé­ré­sie». Mme Vos­per, âgée de 60 ans, a été or­don­née mi­nistre de l’Église unie en 1993, mais elle ma­ni­feste ou­ver­te­ment de­puis des an­nées son athéisme et sa non-croyance en la Bible — elle ne croit pas en un être sur­na­tu­rel théiste et in­ter­ven­tion­niste. Elle s’est ré­jouie ven­dre­di du rè­gle­ment à l’amiable qui la li­bère d’«un nuage qui la hante de­puis plus de trois ans».

Les termes du rè­gle­ment doivent de­meu­rer confi­den­tiels, mais l’on sait que la mi­nistre athée ne se­ra sou­mise à au­cune res­tric­tion de l’Église unie, la deuxième confes­sion re­li­gieuse en im­por­tance au Ca­na­da. Cette église chré­tienne pro­gres­siste a dé­jà ad­mis qu’elle de­vait trou­ver dans ce cas-ci un équi­libre entre la foi en Dieu et l’in­clu­sion des opi­nions di­ver­gentes.

«En tant que dis­ciples de Jé­sus et en­fants du Créa­teur, nous conti­nuons de re­cher­cher un équi­libre entre ces va­leurs fon­da­men­tales, qui in­ter­agissent», ex­pli­quait ré­cem­ment aux fi­dèles de l’Église unie leur di­ri­geant au Ca­na­da, Ri­chard Bott, élu en juillet. M. Bott pré­ci­sait tou­te­fois qu’«en tant qu’Église chré­tienne, nous conti­nuons à nous at­tendre à ce que les mi­nistres de l’Église unie du Ca­na­da offrent leur lea­der­ship con­for­mé­ment à nos dé­cla­ra­tions de foi com­munes». gée de 60 ans, Mme Vos­per a été or­don­née en 1993 et est mi­nistre de la congré­ga­tion de West Hill, à To­ron­to, de­puis 1997. La plu­part de ses fi­dèles ac­tuels ap­puient ses opi­nions, mais cer­tains ont été plus cri­tiques, af­fir­mant que les croyances de cette mi­nistre athée entrent en contra­dic­tion fon­da­men­tale avec la doc­trine et les va­leurs de l’Église unie.

À la suite de plaintes, un co­mi­té de la Confé­rence de To­ron­to avait conclu en 2016, dans une dé­ci­sion par­ta­gée, que Mme Vos­per n’était pas apte à oc­cu­per un mi­nis­tère, car «elle ne croit pas en Dieu, en Jé­sus-Ch­rist ou au SaintEs­prit».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.