Hors piste

Biosphere - - Premier Plan -

Le gaufre gris est ca­rac­té­ri­sé par sa ca­pa­ci­té phé­no­mé­nale de creu­sage de tun­nels, et ses ex­cep­tion­nelles dents et griffes.

NOM SCIEN­TI­FIQUE

Tho­mo­mys tal­poides

HABITAT

Prai­ries na­tu­relles, pâ­tu­rages et parcs ur­bains dans le sud du Ma­ni­to­ba, de la Sas­kat­che­wan, de l’Al­ber­ta et de la C.-B.

SI­TUA­TION

Peu me­na­cé, se­lon l’Union internationale de conser­va­tion de la na­ture (UICN).

QU’EST-CE QUI LE REND UNIQUE?

Sa ca­pa­ci­té phé­no­mé­nale de creu­sage de tun­nels et ses ex­cep­tion­nelles dents et griffes.

AMUSANT À SA­VOIR

À peu près de la taille d’un gros ta­mia, le fur­tif gaufre gris uti­lise ses longues in­ci­sives et ses longues griffes courbes ac­tion­nées par les puis­sants muscles de ses membres pour creu­ser in­fa­ti­ga­ble­ment. Ce sper­mo­phile vé­gé­ta­rien creuse un vaste ré­seau de tun­nels à la re­cherche de ra­cines, de bulbes et de tu­ber­cules, et re­pousse la terre de sur­plus vers la sur­face, ce qui dé­core le pay­sage de mon­ti­cules de terre, qui peuvent at­teindre un mètre de dia­mètre et jus­qu’à 50 cm de haut. Dans le cadre d’une étude, on a sui­vi un gaufre gris qui a creu­sé 146 m de tun­nels et créé 161 mon­ti­cules — jus­qu’à 14 en une même jour­née. Pour contrer l’usure conti­nue de ses puis­sants ou­tils de creu­sage, les griffes an­té­rieures du ron­geur peuvent croître de 14 cm par an­née, tan­dis que ses in­ci­sives for­mant ci­seau gran­dissent d’un re­mar­quable 44 cm.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.