FICHE SIGNALÉTIQUE DE L’ORI­GNAL

Biosphere - - Héros Local -

L’ori­gnal (Alces alces) a les pattes longues et fines, qui se ter­minent par des sa­bots four­chus me­su­rant sou­vent plus de 18 cm de lon­gueur, qui s'élar­gissent lors­qu'il marche dans la tourbe ou de la neige molle.

Sous la gorge de la plu­part des orignaux pend un fa­non de peau ve­lue qui peut at­teindre jus­qu’à 30 cm de lon­gueur.

L’ori­gnal a une vue très faible, mais cette la­cune est com­pen­sée par ses sens de l’odo­rat et de l’ouïe.

Sa for­mi­dable force phy­sique et sa grande éner­gie lui per­mettent de se dé­pla­cer sur presque tous les types de ter­rain. Grâce à ses longues pattes, l’ori­gnal peut cir­cu­ler ai­sé­ment par­mi les arbres tom­bés et dans la neige, là où le cerf et le loup n’ose­raient pas s’aven­tu­rer.

Mal­gré sa taille im­po­sante, même un mâle adulte pa­na­ché peut se dé­pla­cer dans la fo­rêt dense presque aus­si si­len­cieu­se­ment qu’un chat. Mais lors­qu'il est ef­frayé, il lui ar­rive de s’en­fon­cer avec fra­cas dans le sous-bois.

La sai­son des amours com­mence en sep­tembre. Dans un habitat pro­pice, plus de 90 % des fe­melles de­viennent gra­vides et jus­qu’à 30 % portent des ju­meaux. En pé­riode de di­sette, tou­te­fois, le pour­cen­tage des fe­melles gra­vides peut tom­ber à 50 % et la nais­sance de ju­meaux de­vient ex­cep­tion­nelle.

À sa nais­sance, le pe­tit n’est qu’une me­nue co­pie peu gra­cieuse de sa mère. S’il s’agit d’un ju­meau, il peut pe­ser 6 kg, si­non son poids va­rie entre 11 et 16 kg.

Le pe­tit naît sans défense. Sa mère le cache de ses nom­breux en­ne­mis dans un four­ré ou sur une île pen­dant quelques jours. Quelques jours à peine après sa nais­sance, le jeune court dé­jà plus vite qu’un hu­main et nage avec fa­ci­li­té. Au cours du pre­mier mois, il peut prendre plus de 500 g par jour et, plus tard dans l’été, plus de 2 kg par jour pen­dant un cer­tain temps.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.