OP­TI­MI­SER L’AMÉ­NA­GE­MENT DE SA TERRASSE

Decorhomme - - Sommaire - PAR SÉ­BAS­TIEN DESCHÊNES

Les pro­jets de rénovation in­té­rieure oc­cupent une grande par­tie de notre temps chez Rénovation Deschênes. C’est bien vrai que dans notre cli­mat, nous sommes gé­né­ra­le­ment por­tés à fa­vo­ri­ser l’amé­na­ge­ment de nos in­té­rieurs. Mais les temps changent et le « temps »aus­si. Les tem­pé­ra­tures douces de l’été s’al­longent main­te­nant jusque dans l’au­tomne et on a même pu pro­fi­ter de nos ter­rasses un 24 dé­cembre il y a quelques an­nées. C’est pour­quoi nous sommes par­fai­te­ment conscients qu’in­ves­tir dans la confi­gu­ra­tion et le confort des ex­té­rieurs est loin d’être un gas­pillage. L’amé­na­ge­ment des ter­rasses est un vrai plai­sir pour nous et les dé­fis qu’on doit y re­le­ver sont aus­si sti­mu­lants que ceux qu’on re­trouve entre quatre murs. Nous tra­vaillons pré­sen­te­ment sur un su­perbe pro­jet de terrasse sur le Pla­teau Mont-Royal et où ce sont les toits des ga­rages qui se trans­forment en im­mense terrasse de 24 pieds par 24 pieds. Notre dé­fi est de créer de l’ombre et d’amé­na­ger un es­pace qui in­tègre har­mo­nieu­se­ment une cui­sine ex­té­rieure et un es­pace convi­vial pour re­ce­voir de grandes ta­blées, avec fau­teuils et di­vans pour la dé­tente. Un pro­jet es­ti­val en­thou­sias­mant à sou­hait, tant pour les oc­cu­pants que pour nous ! Nous vous en mon­tre­rons le ré­sul­tat dans un pro­chain nu­mé­ro.

FRAέCHEUR ET IN­TI­MI­TÉ

L’une des pre­mières rai­sons qui poussent nos clients à sou­hai­ter l’amé­na­ge­ment (ou le ré­amé­na­ge­ment) d’une terrasse est gé­né­ra­le­ment le dé­sir d’un es­pace sup­plé­men­taire fonc­tion­nel où ils peuvent pro­fi­ter de la vie 3 sai­sons sur 4 (par­fois même 4 sai­sons sur 4, si l’on ins­talle un spa ou un bar­be­cue pou­vant être uti­li­sés l’hi­ver). Au coeur des es­paces ur­bains, ces toits verts et ter­rasses amé­na­gés de­viennent de vé­ri­tables oa­sis, par­fois pri­vées, par­fois par­ta­gées. La vé­gé­ta­tion en pot, les plantes grim­pantes viennent à notre res­cousse lors­qu’il s’agit de dé­li­mi­ter des zones d’in­ti­mi­té qui per­mettent un usage col­lec­tif des lieux en toute flui­di­té. En ef­fet, les ap­par­te­ments en co­pro­prié­té comportent sou­vent des es­paces ex­té­rieurs communs qu’il est pos­sible de rendre plus in­times avec un peu d’in­gé­nio­si­té. Que ce soit des câbles ten­dus où s’ac­crochent les vignes, des cloi­sons grilla­gées, ou même des mu­rets, les pos­si­bi­li­tés qui s’offrent à nous au mo­ment de la concep­tion sont nom­breuses et nous per­mettent de créer fa­ci­le­ment des zones de bon­heur et d’in­ti­mi­té.

OU­VERT 24 HEURES SUR 24, DE MARS À DÉ­CEMBRE !

Pour ce qui est des sources lu­mi­neuses, le choix est vaste et les pos­si­bi­li­tés in­fi­nies pour l’éclai­rage des es­paces ex­té­rieurs. Grâce aux ap­pliques au LED, aux élé­ments dé­co­ra­tifs lu­mi­neux et autres sources de lu­mière, la terrasse change de vi­sage lorsque le so­leil se couche. On peut faire le choix de mon­trer ou ca­mou­fler chaque élé­ment lu­mi­neux pour ob­te­nir des es­thé­tiques très dif­fé­rentes. Lais­sez-vous inspirer par les lu­mières du pont Jacques-Cartier, les ré­sul­tats peuvent être très im­pres­sion­nants.

Les lampes chauf­fantes et ra­dia­teurs d’ex­té­rieur sont d’autres élé­ments qui dé­cuplent le temps d’oc­cu­pa­tion de nos toits et ter­rasses. Les foyers d’ex­té­rieur au pro­pane peuvent aus­si être en­vi­sa­gés et de­viennent vite nos meilleurs amis lorsque les soi­rées fraîches de la fin d’été ou du dé­but du prin­temps se pointent et qu’on sou­haite uti­li­ser la terrasse «hors-sai­son». On peut leur pré­fé­rer des in­fra­rouges dis­crets avec leur au­ra cha­leu­reuse, mais au fi­nal, peu im­porte le choix qu’on fait à ce ni­veau, il s’agit d’un in­ves­tis­se­ment très vite ren­ta­bi­li­sé.

DES ES­PACES MUL­TI­FONC­TIONS

Les ha­bi­tudes des Qué­bé­cois ont énor­mé­ment chan­gé de­puis 20 ans. L’époque où l’on se conten­tait de cuire nos grillades sur un Hi­ba­chi est ré­vo­lue. Grâce à une bonne pla­ni­fi­ca­tion de la cons-truc­tion (écran coupe-vent, chauffe-terrasse, éclai­rages, orien­ta­tion ré­flé­chie, etc.) les consom­ma­teurs d’au­jourd’hui n’hé­sitent pas à faire usage de leur terrasse en tout temps et faire jaillir le feu de­puis un es­pace en­nei­gé.

Au dé­part, la terrasse sur le toit ser­vait sur­tout à ac­cueillir une zone-dé­tente, ou à ad­mi­rer la vue et ins­tal­ler un spa. Les ten­dances ré­centes l’ont vu se dé­tour­ner de cet usage ex­clu­sif et on voit main­te­nant des cui­sines ex­té­rieures en­tières s’ins­tal­ler sur nos toits. Ils de­viennent ain­si une deuxième mai­son, prin­ci­pa­le­ment pour la pé­riode es­ti­vale. Le toit se fait le lieu de ré­cep­tion par ex­cel­lence, et ce, 24 heures sur 24. Les ap­pa­reils élec­tro­niques re­joignent donc les ga­zi­nières et BBQ et les ter­rasses se trans­forment donc en piste de danse im­pro­vi­sée comme en cui­sine la­bo­ra­toire pour le chef de la mai­son. Pour un usage à l’an­née, op­tez pour un BBQ à cou­vert d’une double épais­seur, qui per­met­tra aux ama­teurs de grillades de dé­fier le froid en pré­pa­rant leurs re­pas pré­fé­rés sur un grill qui reste bien chaud. C’est l’épais­seur de l’acier qui nous per­met de cui­si­ner en ex­té­rieur même l’hi­ver, tout en gar­dant une consom­ma­tion de pro­pane rai­son­nable et une cha­leur constante. Avec les ap­pa­reils au char­bon, la ques­tion de l’épais­seur de l’acier ne se pose que pour les cuis­sons longues puisque les viandes sai­sies ne se­ront pas af­fec­tées. Ce­la dit, pen­sez à ins­tal­ler votre es­pace cuis­son der­rière un mu­ret le pro­té­geant du vent si vous pen­sez à l’uti­li­ser pen­dant quatre sai­sons.

Au ni­veau des ins­tal­la­tions, les per­go­las font main­te­nant leur ap­pa­ri­tion en ville et on les voit de plus en plus ré­gu­liè­re­ment.

Fa­ci­le­ment mo­du­lables et adap­tables, on peut les choi­sir tem­po­raires ou per­ma­nentes, opaques ou non (les ver­dures grim­pantes pou­vant sou­vent sa­tis­faire à la tâche pour l’ombre et l’in­ti­mi­té). Les per­go­las ont ain­si l’avan­tage d’of­frir une so­lu­tion d’amé­na­ge­ment simple et très sa­tis­fai­sante.

L’AMEU­BLE­MENT EX­TÉ­RIEUR À LA RES­COUSSE DU COCOONING

De­puis les der­nières an­nées, le choix of­fert en ma­tière d’ameu­ble­ment ex­té­rieur a lit­té­ra­le­ment ex­plo­sé. Ce­la per­met de ra­di­ca­le­ment trans­for­mer une terrasse en lounge aus­si confor­table que votre sa­lon (par­fois même da­van­tage !). La terrasse de­vient le lieu par ex­cel­lence pour la dé­tente, que ce soit le ca­fé du ma­tin ou la conver­sa­tion ani­mée qui se ter­mine en pleine nuit. Les ma­té­riaux de re­cou­vre­ment pour les cous­sins, poufs et so­fa ont évo­lué pour nous per­mettre de ne pas craindre trop les in­tem­pé­ries et les on­dées pas­sa­gères qui nous prennent par sur­prise. Au-de­là de l’ameu­ble­ment, les élé­ments dé­co­ra­tifs font aus­si leur place sur nos ter­rasses. D’ailleurs, il n’est plus rare de re­trou­ver des oeuvres d’art qui agré­mentent nos ex­té­rieurs. La terrasse n’est plus le pa­rent pauvre du sa­lon et pos­sède main­te­nant sa per­son­na­li­té propre.

LES DÉ­FIS À RE­LE­VER

Vous com­men­cez peut-être à me connaître un peu et vous sa­vez com­ment j’aime re­le­ver les dé­fis. Les ter­rasses ne font pas ex­cep­tion et les dé­fis sont très fré­quents. Lors­qu’on parle d’es­paces ex­té­rieurs, on se re­trouve ré­gu­liè­re­ment avec des sur­faces qui n’ont pas été conçues pour sou­te­nir des charges et il faut être très pré­cau­tion­neux. Le chal­lenge ici, c’est le poids des struc­tures qu’on vou­dra y ins­tal­ler. Il y a bien sûr de grandes dif­fé­rences entre des struc­tures de bois ou d’acier. Pour des struc­tures lé­gères, la vé­gé­ta­tion sur câble d’acier ten­du est un must et nous donne beau­coup de la­ti­tude. Le look est évi­dem­ment un élé­ment clé des dé­fis à re­le­ver et nous de­vons sou­vent faire des com­pro­mis entre l’es­thé­tique et les rè­gle­ments mu­ni­ci­paux sur les­quels il est im­por­tant d’être bien in­for­mé. Mais pour nous, tout ça fait par­tie du tra­vail et ne nous em­pêche ja­mais de me­ner à bien un pro­jet et don­ner à nos clients l’es­pace ex­té­rieur dont ils rê­vaient.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.