CATLIN SOTHERS À VILLE MONT-ROYAL

Decorhomme - - SOMMAIRE - PAR YVES LAFON­TAINE

Mal­gré le dé­part des en­fants, il était im­pen­sable pour ce couple de quit­ter la mai­son fa­mi­liale qu’il oc­cu­pait de­puis 25 ans. Si­tuée dans un quar­tier hup­pé, la vaste de­meure a été le théâtre de plu­sieurs grands évé­ne­ments fa­mi­liaux, de soi­rées et de fêtes mé­mo­rables. Les pro­prié­taires, à la veille de de­ve­nir grands-pa­rents, ont plu­tôt mi­sé sur la ré­no­va­tion de plu­sieurs pièces de la mai­son. L’idée étant de mo­der­ni­ser la cui­sine, le bu­reau, la chambres des maîtres et sa par­tie pri­va­tive, tout en res­pec­tant le style ar­chi­tec­tu­ral clas­sique pré­va­lant ailleurs dans la mai­son.

Comme la cui­sine avait été amé­na­gée dans le ga­rage lors d’une ré­no­va­tion an­té­rieure, le dé­fi n’en était que plus im­por­tant. Il fal­lait tout re­com­men­cer pour don­ner l’illu­sion de la lu­mière et de la hau­teur et dire adieu au pla­fond bas en bé­ton, aux conduites de ven­ti­la­tion et aux murs en par­paings. Au­jourd’hui, des ar­moires blanches, agen­cées à du noyer blan­chi, ont rem­pla­cé les an­ciennes ar­moires fon­cées. La blan­cheur des comp­toirs et des es­paces de tra­vail ajoute une nou­velle di­men­sion ar­chi­tec­tu­rale. Le lu­mi­naire, ins­tal­lé au-des­sus de la grande table, ap­porte une touche in­dus­trielle alors que les longues bandes de lu­mières DEL en­cas­trées com­posent un éclai­rage am­biant élé­gant.

Pour la cui­sine, il fal­lait ré­pondre à deux cri­tères de base: conce­voir un es­pace pour cui­si­ner ul­tra-ef­fi­cace en plus de per­mettre l’ac­cueil de pe­tits groupes d’in­vi­tés ou de ras­sem­ble­ments plus im­po­sants. On a op­té pour des ar­moires pleine gran­deur d’un blanc mat, afin de ca­cher les élec­tro­mé­na­gers et of­frir d’abon­dants es­paces de ran­ge­ment, et pour contras­ter avec les teintes chaudes du bois blond. Les ar­moires lisses, exemptes de poi­gnée, sont gages d’un par­ti pris mi­ni­ma­liste tan­dis qu’un bloc de bou­cher en frêne, in­té­gré à l’îlot, per­met à deux per­sonnes en même temps de pré­pa­rer les re­pas.

Sur les murs, des rails en bois font of­fice de mi­ni-ga­le­rie en per­met­tant aux pro­prié­taires, ama­teurs d’art, de mo­di­fier à loi­sir la dis­po­si­tion des ob­jets ou de les rem­pla­cer.

Au deuxième étage, les murs ont été dé­pla­cés et re­con­fi­gu­rés pour amé­na­ger une bi­blio­thèque, de très amples pla­cards et une luxueuse chambre des maîtres avec salle de bain at­te­nante et walk-in aux pro­por­tions ma­jes­tueuses.

La bi­blio­thèque sur me­sure en teck, qui donne sur la chambre, ren­ferme une im­pres­sion­nante col­lec­tion de des­sins et de livres d’art. Pour éli­mi­ner la sen­sa­tion de cou­pure entre les pièces, toutes les ou­ver­tures ont été aug­men­tées au maxi­mum de hau­teur et de lar­geur.

La chambre des maîtres, au de­si­gn mi­ni­ma­liste, ma­riant clas­sique et mo­derne, se dé­ploie sur un plan­cher d’in­gé­nie­rie en chêne blanc. Dans le pas­sé, à cause du manque de ran­ge­ment, les pro­prié­taires étaient obli­gés d’uti­li­ser les pla­cards de la chambre ad­ja­cente. En ré­cu­pé­rant le tiers de la bi­blio­thèque, on a pu conce­voir un très grand walk-in pour la pro­prié­taire et un mur com­plet de ran­ge­ment cô­té chambre pour le pro­prié­taire.

De grands pan­neaux de chêne blanc ta­pissent la chambre et gar­nissent le mur de la salle de bain at­te­nante pour for­mer une tran­si­tion qua­si-in­vi­sible. L’uti­li­sa­tion du même ma­té­riau offre en ef­fet une conti­nui­té vi­suelle et per­met l’uni­fi­ca­tion des deux pièces en un seul grand vo­lume. On ac­cède à la par­tie salle de bain et walk-in par deux en­trées mu­nies de portes cou­lis­santes pleine hau­teur pour plus d’in­ti­mi­té.

Vaste mais cha­leu­reuse, la salle de bain est conçue avec des ma­té­riaux aux formes or­ga­niques, sus­ci­tant une at­mo­sphère in­vi­tante. Les tuiles de por­ce­laine grand for­mat res­pectent les ca­rac­té­ris­tiques clas­siques de la mai­son en y ajou­tant une fac­ture mo­derne. Chaque tuile a été po­sée en fonc­tion de ses vei­nures, de ma­nière à as­su­rer une flui­di­té dans le mou­ve­ment et une conti­nui­té entre les murs et les plan­chers. De même, les plan­chers ra­diants per­mettent un ac­cès tout en dou­ceur à la douche eu­ro­péenne avec son drain li­néaire en­cas­tré.

L’ef­fet de flui­di­té et d’ou­ver­ture est ac­cen­tué par plu­sieurs élé­ments; la va­ni­té longue et mince, le banc de douche en quartz po­sé en saillie et les globes en verre souf­flé. Signe évident de raffinement, les ex­tré­mi­tés de la pa­roi vi­trée de la douche et des cloi­sons en verre fu­mé dis­pa­raissent en­tiè­re­ment dans le plan­cher et le pla­fond.

Ré­pon­dant aux voeux des pro­prié­taires, les de­si­gners ont conçu un comp­toir lon­gi­ligne de 15 pieds (4,5 mètres) de long pour lo­ger les deux la­va­bos sé­pa­rés par un es­pace cen­tral dé­ga­gé, uti­li­sé comme va­ni­té. Pour ac­cen­tuer da­van­tage l’im­pres­sion d’es­pace, un mi­roir de huit pieds de large (2,5 mètres) est po­sé entre deux grandes fe­nêtres qui donnent sur des érables ma­tures. Avec les chan­ge­ments de sai­sons, le feuillage des arbres offrent un spec­tacle en per­pé­tuel mou­ve­ment.

Les cloi­sons vi­trées d’un gris fu­mé rap­pellent la vei­nure cou­leur char­bon des tuiles tout en of­frant un contraste avec les fi­nis en bois. Les cloi­sons donnent éga­le­ment un ca­rac­tère plus pri­vé à la zone de la toi­lette et du bi­det sans lui re­ti­rer cet as­pect na­tu­rel et ou­vert.

Un tel pro­jet a pu abou­tir grâce au tra­vail mé­ti­cu­leux ac­com­pli à cha­cune de ses étapes. Les four­nis­seurs ont re­le­vé le dé­fi haut la main avec brio et dex­té­ri­té.

À PRO­POS DE CATLIN STOTHERS DE­SI­GN

Catlin Stothers De­si­gn est une firme de de­si­gn mul­ti-dis­ci­pli­naire ba­sée à Mon­tréal. La fon­da­trice de CS De­si­gn, Catlin Stothers, a réuni des col­la­bo­ra­teurs qui par­tagent la même pas­sion pour la créa­tion d’in­té­rieurs ré­si­den­tiels simples, ori­gi­naux et uniques. Catlin compte quelques clients avant-gar­distes qui ap­pré­cient sa dé­marche «ho­lis­tique» du de­si­gn : re­le­ver des dé­fis d’amé­na­ge­ment avec une ap­proche glo­bale.

À PRO­POS DE NEWSAM CONSTRUC­TION

Newsam Construc­tion est une com­pa­gnie de ré­no­va­tion qui se spé­cia­lise dans les pro­jets sur me­sure. La com­pa­gnie des­sert une clien­tèle mont­réa­laise de­puis les an­nées 1980, avec tou­jours le même pro­fes­sion­na­lisme et le sou­ci du tra­vail ar­ti­sa­nal de qua­li­té. Les chefs de pro­jet offrent des conseils avi­sés et créa­tifs en por­tant tou­jours une at­ten­tion mé­ti­cu­leuse aux dé­tails. Grâce à la com­pé­tence de ses pro­fes­sion­nels et la qua­li­té de ses sous-contrac­tants, Newsam peut se van­ter de li­vrer des pro­jets clé en main d’une va­leur ex­cep­tion­nelle tout en res­pec­tant les dé­lais et les contraintes bud­gé­taires.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.