Af­faires

COMME DEUX POIS­SONS DANS L’EAU

Fugues - - Entrevue_ Avec mikael l. Brisebois et daniel vaudr - PA­TRICK BRU­NETTE

Ils se connaissent de­puis plu­sieurs an­nées et ont dé­ci­dé de plon­ger en­semble dans la créa­tion d’Océa, une en­tre­prise qué­bé­coise de fa­bri­ca­tion de cos­tumes de si­rènes. Mikael, 28 ans, re­ve­nait d’un voyage au­tour du monde. C’est pen­dant ce pé­riple que l’idée lui est ve­nue de se lan­cer dans la fa­bri­ca­tion de cos­tumes de si­rène. Lors d’une ac­ti­vi­té de plon­gée en apnée en Ca­li­for­nie, il jette le re­gard plus loin et y voit des en­fants s’amu­sant fol­le­ment dans l’eau avec leur queue de si­rène. «Je suis al­lé es­sayer ça!, se rap­pelle-t-il. Je suis re­tom­bé en en­fance.»

À peine re­ve­nu au Qué­bec, il contacte son ami Da­niel, 49 ans et lui de­mande s’il ne met­trait pas à pro­fit ses com­pé­tences en mar­ke­ting et en pla­ce­ment web pour s’al­lier à lui et se lan­cer en af­faires. Océa émer­geait! C’était en avril 2015, il y a un an.

Loin d’être les pre­miers et les seuls à se lan­cer dans la confec­tion de queues de si­rènes, les deux en­tre­pre­neurs ont vou­lu se dé­mar­quer en mi­sant la carte «pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment». Après plu­sieurs pro­to­types, Mikael est ar­ri­vé à créer une mo­no­palme, cette par­tie qui trouve au bout du maillot, à la hau­teur de ses at­tentes. «La mo­no­plame est faite de plas­tique re­cy­clée non re­cou­verte de tis­su. Ce qui est ori­gi­nal, c’est que la queue de si­rène vient avec un crayon non-per­ma­nent qui per­met de per­son­na­li­ser celle-ci et quand on va dans l’eau, ça s’ef­face!» La ques­tion en­vi­ronn en­vi­ron­ne­men­tale est au coeur des pré­oc­cu­pa­tions des deux en­tre­pre­neurs. Pour chaque queue de si­rène ven­due, Océa verse 1$ à la fon­da­tion «Mis­sion Blue» de l’Amé­ri­caine Syl­via Earle qui tra­vaille à éta­blir des aires ma­rines pro­té­gées.

Pour Da­niel, l’ob­jec­tif à long terme de la com­pa­gnie va plus loin : «Sur notre site web, on en­cou­rage les jeunes à po­ser des ac­tions concrètes dans la pré­ser­va­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Pour nous, chaque pe­tit geste compte.» Long­temps im­pli­qué dans des or­ga­nismes LGBT comme la Chambre de com­merce LGBT du Qué­bec, Équipe Mon­tréal et Gay and Les­bian In­ter­na­tio­nal Sport As­so­cia­tion, Da­niel res­sent tou­jours ce be­soin de s’im­pli­quer dans les causes so­ciales.

Le 1er avril ap­proche. Mé­fiez-vous des fausses nou­velles et autres ar­naques im­pli­quant des pois­sons. Mais au­tant vous ras­su­rer tout de suite, celle-ci n’en est pas une : Mikael L. Bri­se­bois et Da­niel Vau­drin partent à la conquête du monde et de ses océans à grand coups de queues… de si­rène! Ce­ci n’est pas un pois­son d’avril mais un pro­jet qui a le vent dans les voiles.

Mais au-de­là du cô­té éco­lo­gique, c’est sur­tout le cô­té lu­dique du pro­jet qui créé des vagues. Sur­fant sur la po­pu­la­ri­té des films et émis­sions de té­lé­vi­sion pour en­fants met­tant en ve­dettes les si­rènes, Océa vise avant tout un mar­ché de fillettes. Mais les deux en­tre­pre­neurs ou­ver­te­ment gais sou­haitent que ces maillots soient aus­si por­tés par des gar­çons. «Pour­quoi pas par une équipe de tri­tons!», ajoute Da­niel.

Ven­dues sur Ama­zon tant au Ca­na­da qu’aux États-Unis, les queues de si­rène sont of­fertes en trois cou­leurs dif­fé­rentes et en quatre gran­deurs. «On a une nou­velle col­lec­tion qui de­vrait être lan­cée à la fin de l’été», an­nonce fiè­re­ment Mikael qui pour­suit ac­tuel­le­ment une for­ma­tion aux HEC. «Être en­tre­pre­neur, c’est nou­veau pour moi!» af­firme ce­lui qui, plus jeune, rê­vait de de­ve­nir ac­teur!

Vi­si­ble­ment, Mikael et Da­niel nagent côte à côte dans un pro­jet qui les em­balle. Heu­reux comme des pois­sons dans l’eau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.