POUR DIS­CU­TER DE SEXUA­LI­TÉ ET DE SAN­TÉ SEXUELLE

Lan­cé au Bis­tro Ste-Cath le 10 oc­tobre der­nier, lors d’un 5 à 7, le pro­gramme Jeune Queer Youth d’ACCM (ou Si­da Bé­né­vole Mon­tréal) vise es­sen­tiel­le­ment, comme son nom l’in­dique, la jeu­nesse queer. On pou­vait dé­jà d’ailleurs en­ta­mer des dis­cus­sions sur div

Fugues - - Actus - Tous les ren­sei­gne­ments concer­nant Jeune Queer Youth peuvent être consul­tés sur le site web d’ACCM à acc­mon­treal.org ou sa page Fa­ce­book: https://m.fa­ce­book.com/ACC­Mon­treal/ AN­DRÉ C. PASSIOUR

Éta­lé sur cinq ans, Jeunes Queer Youth ou JQY est un pro­gramme mis sur pied par ACCM en col­la­bo­ra­tion avec RÉZO, la Coa­li­tion Jeu­nesse LGBT, ASTT(e)Q (Ac­tion San­té Tra­ves­tis & Trans­sexuel.le.s du Qué­bec) et Pro­jet 10. Ce pro­gramme vise à faire ré­flé­chir les jeunes queer sur leur san­té sexuelle et aux ITSS (in­fec­tions trans­mis­sibles par le sexe et par le sang), que l’on puisse par­ler de stra­té­gies de pré­ven­tion et que ce­la puisse les in­ci­ter à créer des pro­jets en ce sens. Il y au­ra aus­si deux confé­rences par an­née, dont la pre­mière s’est te­nue en oc­tobre.

Mais en quoi JQY est dif­fé­rent des autres pro­grammes que ACCM a dé­jà eus pour des jeunes ou jeunes étu­diants? «Pour moi, JQY est l'op­por­tu­ni­té idéale pour fa­vo­ri­ser et pour op­ti­mi­ser l'au­to-dé­ter­mi­na­tion en ma­tière de san­té et d'édu­ca­tion sexuelle au­près de jeunes qui en ont par­ti­cu­liè­re­ment be­soin. On per­met aux jeunes queer et trans d'ac­croître leurs connais­sances et de dé­ve­lop­per les ap­ti­tudes né­ces­saires pour pla­ni­fier et ini­tier un pro­jet à suc­cès. Chez ACCM, les pro­grammes ont tou­jours vi­sé à édu­quer les jeunes en mi­lieu sco­laire ain­si que les en­sei­gnants qui na­viguent dans ces eaux. Avec JQY, on vise plus par­ti­cu­liè­re­ment une jeu­nesse en pleine re­cherche de re­pères et en plein dé­ve­lop­pe­ment de leur concep­tion de soi. Au lieu de leur par­ler de ces en­jeux, on en­gage les jeunes queer et trans eux-mêmes à en en dis­cu­ter de la ma­nière qui est la plus at­ti­rante pour eux. Ain­si, c'est un pro­jet qui com­pense pour le manque d'édu­ca­tion en ma­tière de san­té sexuelle dans notre sys­tème édu­ca­tif et ce, avec un épa­nouis­se­ment de soi à tra­vers des pro­jets conçus par et pour les jeunes», ex­plique le Di­rec­teur gé­né­ral d’ACCM, le dy­na­mique Jean­sil Bruyère. Est-ce que vous êtes ai­dé par le gou­ver­ne­ment ou une autre or­ga­ni­sa­tion pour fi­nan­cer un tel pro­gramme sur cinq ans? «JQY est une ini­tia­tive fi­nan­cée par l’Agence de la san­té pu­blique du Ca­na­da, conti­nue Jean­sil Bruyère. Ce­la étant dit, nous de­vons nous as­su­rer que ce pro­gramme res­pecte des règles éta­blies afin de dé­mon­trer que les in­ves­tis­se­ments ef­fec­tués en valent la peine. À n’im­porte quel mo­ment, un or­ga­nisme par­te­naire peut être re­ti­ré de la coa­li­tion JQY s’il ne se conforme pas aux ob­jec­tifs fixés et à ses res­pon­sa­bi­li­tés vis-à-vis du pro­gramme et ce, sous l’au­to­ri­té de l’Agence de la san­té pu­blique. Évi­dem­ment, j’es­père que ce­la n’ar­ri­ve­ra pas!»

Nous le sa­vons tous, bien des jeunes se tournent vers l’In­ter­net pour des ré­ponses à des ques­tion­ne­ments sur la sexua­li­té, etc. et, sou­vent, de fa­çon très dis­crète afin que l’en­tou­rage ne le sache pas. Ce pro­gramme d’ACCM dé­sire ain­si dé­cloi­son­ner ces ques­tions pour les ame­ner à la sur­face et faire ré­flé­chir.

«Nous croyons que l'ac­cès à l’édu­ca­tion sexuelle est un droit. Le re­trait des cours d’édu­ca­tion sexuelle à l’école en 2005 a eu comme ef­fet de ré­duire le sa­voir-faire des jeunes en lien avec la san­té sexuelle, en par­ti­cu­lier chez celles et ceux qui ne s'iden­ti­fient pas comme cis­genre ou hé­té­ro­sexuel.le. Nous croyons qu'il est né­ces­saire que les jeunes puissent re­ce­voir une édu­ca­tion sexuelle in­clu­sive, adap­tées aux réa­li­tés des per­sonnes queer et trans», peut-on lire sur le site web de l’or­ga­nisme.

Par­mi les ob­jec­tifs que l’on cherche à at­teindre, on re­trouve l’amé­lio­ra­tion des connais­sances concer­nant la san­té sexuelle au­près des jeunes et du per­son­nel du mi­lieu; fa­vo­ri­ser des re­la­tions har­mo­nieuses et res­pec­tueuses entre les pairs; dé­ve­lop­per des com­pé­tences en or­ga­ni­sa­tion de pro­jets et en leadership; en­fin, trans­for­mer po­si­ti­ve­ment le mi­lieu fré­quen­té par les jeunes en fai­sant la lutte à la «LGBT­pho­bie» et en fai­sant la pro­mo­tion de l’in­clu­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.