Nos his­toires à l’écran

UNE VI­SION MO­DERNE D’UNE

Fugues - - Image + Nation, Festival Film Lgbtq De Montréal - YVES LAFONTAINE

(la bles­sure), c’est à la fois la ci­ca­trice phy­sique de la cir­con­ci­sion im­po­sée à ces jeunes gar­çons, et c’est aus­si la dou­leur d’un se­cret im­pos­sible à par­ta­ger, ce­lui d’une mas­cu­li­ni­té dif­fé­rente. Ce se­cret re­lie trois per­son­nages, ado­les­cents ou adultes, cha­cun à un stade dif­fé­rent de leur ini­tia­tion, cha­cun en che­min pour de­ve­nir un homme. Tout en ren­dant compte avec sé­rieux de son contexte so­cial et en dé­mon­trant le dé­ca­lage entre les rituels an­ces­traux et ces jeunes pri­vés de leurs iphones et de leurs vê­te­ments fé­tiches, le film ne se laisse pas en­fer­mer dans le moule du film-à-su­jet, et n’ou­blie pas de faire du ci­né­ma. D’une cer­taine ma­nière, The Wound rap­pelle par mo­ment le ci­né­ma lgbt des an­nées 90, lorsque l’on par­lait de new queer ci­né­ma : c’est à dire des films qui cher­chaient à illus­trer un mode de vie dif­fi­cile, une dou­lou­reuse condi­tion propre aux gais. Des films “pré-co­ming out“, comme on le dit éga­le­ment. Le ré­sul­tat dé­passe néan­moins cette for­mule fa­mi­lière. Tout d’abord grâce à un ton par­ti­cu­lier, entre vio­lence es­qui­vée et bien­veillance in­at­ten­due. La nuit me­nace de tout en­glou­tir, mais entre-temps, le so­leil cou­chant fait une émou­vante toile de fond pour un bai­ser vo­lé. Cette sub­ti­li­té d’écri­ture se re­trouve avant tout dans le trio de pro­ta­go­nistes, trois gar­çons tou­chants aux por­traits nuan­cés, cha­cun à son tour vic­time et bour­reau de cette ma­chine à faire des hommes. Pour son pre­mier film, le Sud-Afri­cain John Tren­gove fait en ef­fet preuve d’une cer­taine am­bi­tion, et le su­jet du film est au­tant la mas­cu­li­ni­té et son vain ap­pren­tis­sage que l’ho­mo­sexua­li­té. Rares sont les films à se de­man­der avec sé­rieux ce que ça veut dire, d’être un homme. Plus rares en­core sont les films à ne pas y ré­pondre à tra­vers la re­la­tion hommes /femmes. The Wounds offre une vi­sion fort mo­derne d’une mas­cu­li­ni­té queer, noire et al­ter­na­tive, qui mé­rite d’être re­mar­quée.

Afrique Af i d du sud, d mon­tagnes dC du Cap Oi Orien­tal. lC Comme tous l les ans, Xo­la­ni, ou­vrier so­li­taire, par­ti­cipe avec d’autres hommes de sa com­mu­nau­té aux cé­ré­mo­nies ri­tuelles d’ini­tia­tion d’une di­zaine d’ado­les­cents. L’un deux, ve­nu de Jo­han­nes­burg, dé­couvre un se­cret pré­cieu­se­ment gar­dé…

The Wound

DU 23 NO­VEMBRE AU 3 DÉ­CEMBRE

THE WOUND

ALAS­KA IS A DRAG jour, l’heure et le lieu de la re­pré­sen­ta­tion: image-na­tion.org ou fugues.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.